DS  GBA  GC  IOS  MD  N3DS  NES  PC  PS1  PS2  PS3  PS4  PS5  PSP  PSVITA  SNES  SWITCH  WII  WIIU  X360
Mass Effect 3

Fiche complète de ce jeu

Après quelques années de bons et loyaux services, notre vieux Commandant Shepard arrive au bout de son voyage. Pour ce troisième et dernier volet de la trilogie Mass Effect, fini de jouer désormais, la guerre est aux portes de la galaxie ! Les Moissonneurs sortent de leur tanière et n'ont qu'un but : détruire toutes les espèces évoluées, dont les humains évidemment. Pour couronner le tout, Cerberus vient rajouter son grain de sel, avec des motifs plus ou moins obscurs. Si la menace n'a jamais été aussi grande, reste à savoir comment elle est retranscrite dans le jeu. La fin d'une trilogie mythique dont on attendait beaucoup, mais qui se révèle moins percutante qu'on aurait pu l'espérer...

Pas de temps à perdre... mais pas la peine de se presser non plus !

L'histoire débute (ou plutôt, se poursuit) dès les premières secondes de jeu. À peine a-t-on le temps de se demander ce qui a pu se passer depuis la fin du second épisode que déjà on se retrouve au milieu d'une scène de combat, arme au poing, à devoir repousser l'adversaire. Car les Moissonneurs sont bien là, et ils sont même sur Terre !
Si le début de l'aventure se révèle tout de suite bien rythmé, où l'urgence de la situation est très bien rendue, par la suite cet aspect est bien moins présent. Passées les premières heures de jeu, assez linéaires, le jeu retombe vite dans la routine un peu molle « missions – shopping » des précédents épisodes. Le scénario suit une ligne assez unique : préparer la dernière bataille, et donc récolter un maximum d'alliés et d'équipements de guerre. Bien entendu, le système des missions (inchangé par rapport aux précédents) est plutôt agréable, mais pour ce troisième opus, il aurait été préférable de mettre un peu plus de pression sur le joueur. Ici, on a beau entendre que « la situation est urgente » et que « les Moissonneurs sont partout », cela n'empêche pas de se balader tranquillement des heures durant dans la Citadelle ou dans les diverses régions de la galaxie. Il manque donc un réel sentiment d'urgence dans le déroulement de l'histoire principale, qui aurait donné au jeu un peu plus de piquant.
En plus de la menace des Moissonneurs, il vous faudra également composer avec Cerberus qui tente de saboter vos préparatifs pour de mystérieuses raisons. Ainsi, l'Homme Trouble sera de retour, mais cette fois il ne sera pas là pour vous aider...

Tout est question de diplomatie et de choix :

D'autres conflits et intrigues politiques entre races devront également être gérés, afin que votre armée rallie un maximum d'alliés. Si généralement vous aurez la possibilité d'effectuer des choix tout au long des dialogues, et notamment dans les moments clés, en réalité les décisions que vous prendrez n'impacteront que très peu le déroulement de l'histoire. Certes, la fin sera plus ou moins dramatique pour vos alliés ou la Terre, mais sans que cela influence vraiment le dénouement général de cette guerre. Des « décisions » toutes relatives donc, qui généralement sont assez évidentes à prendre en réfléchissant un minimum.Les choix effectués dans les précédents épisodes auront aussi un impact, mais toujours de façon secondaire. On recroisera certains personnages, et on entendra parler d'autres, mais les références resteront assez légères. Dommage que pour cette dernière bataille il ne nous soit pas donné la possibilité de retrouver tous nos anciens partenaires pour former une équipe du feu de Dieu !

Immersion garantie !

L'univers du jeu reste toujours aussi bien développé et détaillé. Chaque race a son histoire, ses héros, ses intrigues et ses problèmes, éléments qui vous seront exposés au fil du jeu, notamment à travers les personnages que vous rencontrerez. Un codex, accessible à partir du menu principal, détaille chacun de ces aspects (planètes, races, personnages importants...), et ce, de manière à la fois écrite et orale (ce qui évite de se fatiguer les yeux). Il est donc facile et agréable d'en apprendre plus sur l'univers galactico-mystique de Mass Effect.
On notera en revanche que dans ce troisième volet, seule la Citadelle reste un lieu « amical », où l'on peut se balader et faire des emplettes. Tous les autres lieux seront destinés à des missions. Bien que la Citadelle soit assez vaste, on pourra tout de même regretter ce choix. D'un autre côté, ce lieu sert de dernier refuge à toute la galaxie, et c'est ici notamment que le sentiment de guerre sera le mieux rendu. Entre les réfugiés, les blessés de guerre, les politiciens tentant de gérer les conflits, toute la Citadelle est en permanence plongée dans une tension très réaliste. Seul petit problème : beaucoup de figurants du lieu restent assez figés, c'est-à-dire que vous les trouverez tout le temps au même endroit, en train de faire les mêmes choses... Un petit défaut qui nuit beaucoup au réalisme, et c'est dommage !

En résumé :
+ un univers complet et détaillé
+ des références aux anciens personnages et aux événements passés
- un scénario principal assez mou
- décisions n'impactant pas vraiment l'histoire

Préparer la guerre : les missions

Tout l'enjeu de ce dernier opus est donc de rassembler une armée suffisamment forte pour lutter contre les Moissonneurs, et ce, principalement à travers un système de missions. Celles-ci sont d'ailleurs plutôt bien rythmées et scénarisées. L’action se mêle agréablement à l'appréhension et au suspense. Bien qu'un peu répétitives (il s'agit généralement d'aller explorer un endroit en massacrant tous les ennemis qui s'y trouvent), ces quêtes disposent d'ambiances variées, à mi-chemin entre Star Wars et Alien. Certaines missions sont également plus liées à des personnages, et donneront lieu à des scènes émouvantes (ou pas).

En parallèle des missions sur le terrain, il vous faudra également explorer la galaxie pour y récolter diverses ressources. Le système (laborieux) du second épisode a été abandonné ; ici, l'exploration se limitera à scanner de façon globale un système planétaire, puis à récolter les ressources détectées sur les corps célestes concernés. Ces ressources peuvent permettent d'améliorer les préparatifs de la guerre (équipements, équipes de combattants, technologies...), mais certaines permettront également d'améliorer votre équipe.
Un « petit problème » viendra néanmoins pimenter la banalité de ces phases de fouilles : les Moissonneurs. Certains systèmes stellaires étant déjà sous leur contrôle, il vous faudra être discret lorsque vous les visiterez pour y chercher des ressources. Chaque nouveau scan attire de plus en plus leur attention, il faut donc essayer de repérer les ressources de chaque système au plus vite. Si jamais les Moissonneurs vous repèrent, il prendront le vaisseau en chasse, et s'ils réussissent à l'atteindre, ce sera la fin de la partie... Heureusement, les Moissonneurs oublient votre présence après chaque nouvelle mission accomplie, du coup il est possible de revenir dans un système où vous aviez été détectés pour continuer les fouilles.

Diverses petites missions auprès des PNJ de la Citadelle seront également disponibles (en leur apportant des infos ou des équipements utiles), un peu plus proches d'un RPG standard donc. Les nombreux choix que vous aurez à faire, bien qu'aux conséquences limitées, accentuent également le côté jeu de rôle.

En résumé :
+ missions bien rythmées et scénarisées
+ système de missions toujours efficace
+ fouille des systèmes un peu moins laborieuse que dans l'épisode précédent
- l'enchaînement des missions rend le scénario principal un peu mou...

Jeu d'Action ou RPG ?

L'un des points souvent soulevé lorsqu'il est question du 2ème opus est la trop forte part donnée au côté « action » du jeu. Qu'en est-il pour ce troisième volet ? Il faut bien l'avouer, le système du jeu n'a pas beaucoup évolué. Je vous invite donc à vous référer à la review de Mass Effect 2 pour avoir un aperçu du gameplay des combats. Ce qu'il faut retenir tout de même pour ce troisième épisode, c'est une amélioration de l'IA des ennemis (qui les rend un peu moins suicidaires), et un léger retour vers un côté un peu plus RPG. Dès le départ, vous pourrez choisir d'orienter le jeu sur l'action (en limitant les choix des dialogues pour aller directement à l'essentiel) ou au contraire sur le côté RPG (avec des choix plus élaborés).
On notera que la maniabilité est parfois une peu aléatoire. Par exemple, un seul bouton permet à la fois de courir, de se mettre à couvert, ou de franchir des obstacles. Il est donc assez fréquent de faire involontairement l'une des actions à la place d'une autre, et de se mettre en position dangereuse. Mais avec un peu de doigté, on apprend vite à maîtriser ce problème.

Re-créer son Shepard :

Tout comme dans l'épisode précédent, vous pourrez personnaliser l'apparence physique de Shepard, de façon assez détaillée, et choisir sa classe. Il est également possible de simplement importer votre ancien Shepard (avec possibilité de changer sa classe).
Compte-tenu de son expérience déjà avancée, le commandant commencera avec un niveau assez élevé, et des points de compétences à distribuer dès le début du jeu. Contrairement au second épisode, ici les compétences de vos combattants n'évolueront pas linéairement : à chaque gain de niveau, vous devrez choisir entre 2 évolutions possibles. Une sorte de mini-arbre de compétences, limité mais toujours plaisant.

S'équiper :

Vous aurez également la possibilité de choisir et d'améliorer votre équipement à plusieurs niveaux. Les armures peuvent être personnalisées (pour Shepard uniquement) en choisissant chaque pièce d'équipement séparément (casque, plastron...), parmi celles disponibles, chaque pièce possédant des caractéristiques différentes (améliorer la santé, la force des attaques armées...). Certaines armures spéciales sont également disponibles en « un seul bloc » (vous ne pourrez alors pas choisir chaque élément).
Les armes sont également personnalisables. Chaque arme peut évoluer en 5 niveaux grâce au système de recherches, moyennent une certaine somme d'argent, chacun de ces niveaux améliorant légèrement ses caractéristiques. Il est également possible d'associer à chaque arme 2 types d'innovations (qu'il faut d'abord acheter ou trouver), permettant d'ajouter certains atouts (augmentation de la puissance ou de la capacité des réserves, amélioration de la perforation des balles...). Cinq catégories d'armes sont disponibles. Shepard peut s'équiper de n'importe quelle arme (une par catégorie, donc 5 au maximum), mais ses coéquipiers ne maîtrisent chacun que 2 types d'armes. Mais équiper une arme n'est pas sans conséquences : le poids du matériel transporté affecte la vitesse de rechargement des pouvoirs. Selon votre style de jeu et de personnage, il faudra donc privilégier des armes plutôt légères.

Les relations humaines (ou non-humaines) :

Face à la menace des Moissonneurs, Shepard devra s'entourer de valeureux combattants pour former une équipe solide. Et c'est là que beaucoup de joueurs vont être déçus... Alors que le 2ème épisode consistait en grande partie à recruter des combattants, il faut croire que le vide intersidéral aura eu raison d'eux entre temps. Certains feront une apparition discrète, ou seront juste évoqués lors de certains événements, mais il sera impossible de les recruter de nouveau pour combattre à vos côtés. Ce qui est encore plus frustrant, c'est que pour ce combat final, votre équipe sera réduite à quelques combattants seulement (5 au minimum, 1 supplémentaire si vous avez une sauvegarde du 1er épisode, et 1 autre téléchargeable en contenu additionnel). Heureusement, d'autres personnages interviendront indirectement, notamment l'équipage du Normandy et ce bon vieux Joker.
Des romances seront également possibles, plus ou moins évidentes en fonction des personnages et des choix effectués dans les épisodes passés (notamment si vous avez changé de partenaire entre le premier et le deuxième opus, cela peut créer quelques rancunes...). C'est toujours appréciable, mais toute l'émotion du jeu demeure bien ailleurs. Les rêves de Shepard, où la solitude et le poids écrasant du destin sont très bien retranscrits, sont parmi les passages les plus réussis du jeu. Certaines scènes et dialogues sont vraiment réalistes et humanisés.

En résumé :
+ un côté RPG un peu plus présent que dans l'épisode précédent
+ personnalisation de l'équipement
+ choix possibles dans l'évolution de chaque compétence
- une équipe très réduite !
- impossible de retrouver les combattants des précédents épisodes

La bande-son : un opéra cosmique

S'il y a bien un point fort et quasi-irréprochable, c'est l'ambiance sonore. Que ce soit au niveau des musiques, dont la qualité réjouira vos tympans, ou des bruitages, tous plus réalistes et subtils les uns les autres, chaque élément sonore se fond parfaitement dans l'environnement et dans l'action. Les compositions se font parfois très discrètes et sombres, donnant une atmosphère très mystique aux lieux. Lorsque l'action se déclenche, la musique n'est pas en reste et prend toute son ampleur. Sans oublier les passages plus dramatiques, où chaque note souligne la détresse de la situation.
Les voix, entièrement en français, sont également très bien réussies. Quand on sait que chaque personnage (même secondaire) est entièrement doublé, on ne peut que saluer le travail effectué. Quelques bugs sont présents par moments (des voix coupées ou qui se répètent 2 fois), mais cela reste très minoritaire au vu de la quantité de dialogues.

En résumé :
+ musiques, voix ou bruitage : que du bon !!

Pas de révolution côté graphique, mais quand même...

Graphiquement, le jeu n'a pas énormément évolué depuis le second opus. Les personnages (alliés ou ennemis) restent toujours aussi bien modélisés et détaillés, avec certes des expressions un peu figées... L'environnement (3D) est également bien détaillé, avec une profondeur de champ en extérieur très agréable et une immersion en intérieur très réussie. Les ennemis sont visibles de loin, avant même d'être à portée de tir. Certains sont carrément hallucinants de gigantisme. Les effets visuels des attaques et des explosions sont assez réalistes et traduisent bien la chaos qui peut couvrir un champ de bataille.
On rencontre parfois quelques petits bugs assez mineurs (des bouts de personnage traversant les murs...). On notera tout de même que si certaines scènes sont extrêmement réalistes, d'autres donnent l'impression d'être un peu moins travaillées.
Le jeu ne révolutionne pas la série au niveau graphique, mais il n'en est pas moins très réussi.

En résumé :
+ graphiquement appréciable et réaliste
- des visages qui restent un peu trop figés

Une expérience à partager : le mode multijoueur fait son apparition

C'est l'une des grandes nouveautés pour cette série : l'arrivée du mode multijoueur. Que les puristes se rassurent, ce mode n'est pas du tout indispensable à la campagne solo, et son utilité reste bien marginale.
Dans ce mode, vous devrez créer un nouvel avatar, un soldat (humain ou alien) affecté à une mission en collaboration avec d'autres joueurs (jusqu'à 4 joueurs simultanément). Le principe de ces missions, découpées en 11 étapes successives, est très simple : résister à des vagues d'envahisseurs, neutraliser certains objectifs, puis rejoindre un point d'extraction. La réussite de ces missions pourra impacter la guerre en mode solo, en augmentant votre taux de succès sur les Moissonneurs (et donc en influençant les fins possibles).
Vous aurez la possibilité de faire évoluer votre avatar de la même façon que dans la campagne solo, et d'acheter de nouveaux équipements grâce aux crédits gagnés dans les missions.
Bien qu'augmentant la durée de vie du soft, ce mode n'est vraiment pas indispensable au jeu. Le plaisir de jouer à plusieurs est certes appréciable, mais la répétitivité des missions n'est pas des plus motivantes.

En résumé :
+ un nouveau mode qui plaira à certains joueurs, mais qui n'est pas indispensable

Dans la lignée de ses prédécesseurs, Mass Effect 3 demeure un très bon jeu, mêlant action et RPG. Bien qu'ayant une durée de vie légèrement inférieur au second opus, le jeu ne décevra pas les joueurs, avec son réalisme toujours bluffant, son gameplay agréable et intuitif, sa difficulté généralement bien dosée, et son aventure épique. S'il est un reproche à faire, c'est sans doute de ne pas avoir une conclusion plus percutante à l'épopée de Shepard (surtout après la fin grandiose du second volet). En restant trop dans la continuité des 2 autres, le troisième épisode manque un peu d'étincelles.
Une conclusion étrange pour une série galactiquement génialissime, mais qui reste un jeu excellent à ne pas rater, emprunt d'émotion et d'humanisme, et d'action !

Note attribuée : 18/20

Rédigé par Natahem le 29/10/2012

Retour

On se la fait cette petite sauterie ?, Fang, Final Fantasy XIII Thèmes
© 2000-2021 Toute reproduction interdite sans autorisation - Termes d'utilisation - Ikoula - Haut de la page
Partenariats : Puissance Zelda | Final Fantasy Ring | Régie pub