Critiques
Arc the Lad Piano Album
Composé par :
Masahiro Andoh
Arrangé par :
Keiichi Oku
Interprété par :
-
Sortie :
19.07.2000

Les albums arrangés pour piano des Final Fantasy ayant ouvert la voie, ce recueil basé sur la saga Arc the Lad explore à son tour cet instrument. Cependant, il serait assez peu judicieux de pousser la comparaison entre les "Piano Collections" et ce "Piano Album" plus loin. En effet, ce dernier se différencie autant dans son contenu (une sorte de pot-pourri des meilleurs thèmes des trois premiers "Arc the Lad") que dans son style, beaucoup moins classique et peut-être plus diversifié. Avant de voir tout ceci plus avant, un petit mot sur Masahiro Andoh, compositeur des OST originales. Guitariste de formation, il n'est pas spécialisé dans les musiques de RPG, j'en veux pour preuve sa participation à la bande originale de la série des "Gran Turismo" ou à des albums de remixs d'autres jeux vidéo. Il semble évident que son meilleur travail en matière d'OST reste cette participation à la saga Arc the Lad. Il possède également une discographie solo intéressante et assez abondante. Keiichi Oku s'est lui plutôt illustré en tant que compositeur pour des séries animés. On peut cependant le retrouver comme arrangeur et chef d'orchestre pour les fameux concerts "Orchestral Game Concerts" de Square, mais d'une façon très sporadique.

01 - Theme of Arc the Lad

Après une introduction brillante et assez virtuose faisant passer le motif chantant aux deux mains, le thème arrive, exposé de façon grandiose sur des notes répétées à la main gauche. Le côté solennel du morceau est très bien rendu, même s'il est un brin répétitif. l'épisode central se déroule dans une atmosphère plus inquiétante, notamment grâce à ces accords presque religieux et élégiaques. Le thème est repris une dernière fois, encore plus épique et grandiloquent que jamais et termine ainsi ce morceau d'ouverture très réussit, donnant ainsi le ton non seulement de tout l'album mais aussi de l'essence même de l'esprit de la saga.

02 - Arc

Cette piste ne se démarque pas beaucoup de la première, même si son caractère héroïque est moins prononcé. Etrangement, sa teinte nettement plus jazzy rend la pièce un peu plus sombre, mais dans le même temps, elle tombe dans une monotonie rythmique et harmonique. Dommage.

03 - Way to the Earth

C'est une pièce magnifique, nous faisant passer de l'allégresse à des atmosphères plus angoissées. l'introduction est tout ce qu'il y a de plus joyeux, utilisant surtout les notes aiguës du piano. Ensuite apparaît le thème, calme et chantant, mais qui s'anime petit à petit, amenant ainsi un passage très modulant et expressif, aux accents assez sombres. A la fin de cet épisode, une petite transition, calme et légère précède la reprise du thème. Le morceau se conclut en reprenant l'introduction guillerette, amenant une touche d'espoir amère.

04 - Battle with de Four Generals

Voici une pièce très énergique, mais qui possède également quelques accents pathétiques intéressants. Son atmosphère est radicalement différente des pièces précédemment entendue. Le thème est exposé en accords puissants aux deux mains. On y trouve donc une démarche volontaire proche d'un rythme militaire. Après la reprise du thème, la partie centrale apparaît plus reposante, mais s'anime progressivement afin de préparer la reprise du thème initial qui conclut cette pièce après moult répétitions, peut-être un peu trop nombreuses, ce qui d'ailleurs semble être une marque de fabrique de l'album.

05 - World Map

Un peu de repos nous est offert avec cette cinquième pièce. Une tranquillité bienvenue s'échappe de l'introduction qui s'effectue dans l'aigu. Le thème vient s'ajouter par la suite dans le grave d'une manière rare. La suite du morceau est d'ailleurs plus conventionnelle, tout en gardant cette même sérénité, à peine troublée par quelques traits rapides à la main droite. Une musique un peu anodine mais qui se laisse facilement entendre.

06 - Memories

Ce morceau possède une nostalgie douce. Le thème est exposé d'emblée comme une sorte de choral. Ensuite, il est repris sans qu'aucune note grave ne vienne heurter ce chant. Les motifs en arpèges laissent ensuite la place à l'épisode central, triste et presque immobile. Quelques lumières semblent apporter l'espoir, mais s'éteignent bientôt à la reprise du thème, rempli d'intervalles bizarres qui confèrent une étrangeté teintée de douleur au morceau avant une conclusion sans espoir.

07 - Elk

Il s'agit de tout autre chose dans ce morceau très énergique, et un brin répétitif. d'aspect très volontaire, la partie grave est en permanence en mouvement, contrastant avec la partie mélodique, plus heurtée, et en note. l'impression d'ensemble du morceau reste plutôt mitigé, car rien n'est véritablement mémorable, à part un épisode central de quelques mesures. On regrettera aussi la fin qui se solde par un Fade Out ? de mauvaise facture.

08 - Academy

La pièce commence par une introduction, sorte d'ouverture dans un style ancien, qu'on s'attendrait presque à entendre joué à l'orgue. Un thème mélancolique, magnifique et expressif vient ensuite, avant de céder la place à un épisode aux harmonies plus héroïques (avec des notes descendantes dans le grave). Au milieu du morceau se trouve une sorte de cadence lente mettant en valeur la mélodie à la main gauche avant la reprise du thème. Une petite toccata jouée « forte » apporte une conclusion dramatico-romantique à cette jolie pièce, très à part dans l'album, mais somptueuse. Pour moi c'est très certainement le morceau qui possède le meilleur caractère d'ensemble et ainsi la plus belle pièce de l'album.

09 - Last Battle

d'aspect beaucoup plus virtuose, cette musique de combat adapté au piano est fort plaisante. Après les grondements initiaux, la mélodie se met en place et fonctionne comme un lointain rappel de la première pièce de l'album. On y retrouve le même caractère héroïque fort bienvenu. On pourra juste, encore une fois, regretter la fin du morceau, qui sort juste en « Fade Out » et n'apparaît pas comme une fin véritable.

10 - Music Man

Voici encore une pièce très à part dans l'album. La construction parait relativement complexe, mais il s'agit en fait d'une série de petites variations dans un style jazzy. Il manque un peu d'intensité dramatique ou épique qui caractérise tous les autres morceaux de cet album. l'ensemble est très agréable et ne manque pas de charme, mais le caractère plus léger et insouciant que le reste de l'album rend cette pièce plus anecdotique. On notera quand même quelques passages très périlleux pour le pianiste et très osés dans l'harmonie.

11 - Ending

Un rythme obsédant commence le morceau et nous place sous les meilleurs auspices. Sans être grandiloquent, le thème est au contraire fait de notes piquées, de même que son accompagnement. Malheureusement la pièce souffre du mal récurrent de cet album : la répétition à volonté. En effet, le morceau dure presque neuf minutes alors que son matériau sonore est malgré tout assez pauvre (mais pas inintéressant). Le passage central n'est en effet rien d'autre que le thème joué d'une façon plus lente, toutes notes liées. Puis ce même thème refait son apparition à la main gauche, dans le grave du clavier. La pièce devient d'ailleurs de plus en plus héroïque, avec de grands accords qui font leur apparition, le plus souvent martelés par le pianiste. La conclusion s'effectue sur un rythme plus allant, mais nous laisse une impression de monotonie.

12 - To Tomorrow

Une des plus belles pièces du recueil sans aucun doute. Mystérieuse aux premiers abords, avec ces deux premières notes, puis teintée d'espérance avec le chant de la main gauche. Ensuite, le morceau devient un peu ambigu : à la fois mélancolique et très affirmé. Finalement le côté triste l'emporte dans la partie centrale, amenant finalement au chant initial. Survient alors une modulation inattendue qui apporte un éclairage heureux sur le thème et sur sa conclusion. Un très beau morceau, qui conclut avec grâce cet album.

Que dire de plus sur ce bel album ? Son style hétéroclite est très agréable et très rafraichissant, mais peut-être un peu trop léger globalement pour concurrencer réellement les Piano Collections. Il subsiste aussi quelques longueurs qui auraient pu être évitées dans certains arrangement, alors que d'autres sont de petits chefs-d'oeuvre indispensable pour tout amateur de piano qui se respecte.

Rédigé par Delldongo

C'est louche comme une louche qui en remet une louche., Héros, Suikoden Tierkreis Thèmes
© 2000-2021 Toute reproduction interdite sans autorisation - Termes d'utilisation - Ikoula - Haut de la page
Partenariats : Puissance Zelda | Final Fantasy Ring | Régie pub