Etrian Odyssey II

A l'occasion de la sortie prochain du cinquième opus de la saga Etrian Odyssey, nous vous proposons ce mois-ci de découvrir le travail du compositeur attitré de la série : Yuzo Koshiro. Vous trouverez donc dans cet article des repères biographique de l'intéressé, une courte sélection de ses travaux, ainsi qu'une critique complète de l'OST du deuxième opus de la série.

N'oubliez pas, comme à l'accoutumée, de vous rendre sur le jukebox afin de profiter au mieux de la bande-son proposée. Le forum et les réseaux sociaux sont également toujours à votre disposition pour partager votre ressenti, vis-à-vis de l'écoute ou de l'article en lui-même.

Biographie de Yuzo Koshiro (par Delldongo)

Né le 12 décembre 1967 à Tokyo, Yuzo Koshiro se retrouve très vite dans le bain de la musique, puisqu’il suit dès trois ans une formation de pianiste. Avec un père artiste et une mère professeur de piano il ne tarde pas à cumuler les instruments, se mettant ensuite au violon et même au violoncelle. A l’âge de 8 ans, il suit des cours avec Joe Hisaishi, le futur célèbre compositeur de musiques de films du Studio Ghibli (dont nous avons déjà parlé dans ces pages). Ce dernier restera d’ailleurs une référence pour lui. Ensuite, il étudiera en autodidacte et se met à composer pour son propre plaisir.

Vers l’âge de 18 ans, il souhaite devenir programmeur plutôt que musicien. C’est alors qu’il répond à une annonce de Falcom, qui lui propose de composer les musiques pour un nouveau jeu pour PC-88 : Ys. Par la suite, en compagnie d’autres compositeurs, il participe à plusieurs autres projets, dont la composition des bandes-son de Xanadu Scenario II, Ys II, Dragon Slayer IV, ou encore Romancia.

Cinq ans plus tard, en 1990, il quitte Falcom pour créer sa propre société de conception de jeux vidéo (avec sa mère) : Ancient Corp. dont il est aujourd’hui le président. Cela lui permet de signer notamment l’OST de La Légende de Thor sur Mega Drive. S’il reste assez méconnu du grand public occidental (contrairement au Japon où il se fait très rapidement une excellente réputation), il signe pourtant des musiques pour des jeux légendaires, comme Shenmue (sorti sur Dreamcast), ou encore Street of Rage, The Revenge of Shinobi et même Sonic the Hedgehog. On oublie également souvent qu’il a participé à l’OST de Castlevania: Portrait of Ruin. Il faut dire qu’au Japon, Koshiro est souvent cité comme le compositeur le plus important de l’ère 16-bits. Il influence d’ailleurs encore aujourd’hui les créateurs de musiques « chiptune ».

Concernant ses travaux les plus récents, nous pouvons citer les OST de tous les épisodes de la saga Etrian Odyssey, son travail sur la série Wangan Midnight et sur 7th Dragon. Chose amusante, que sans doute beaucoup ignorent : c’est lui qui a composé le thème de la chaîne de télévision Nolife.

Son style musical est assez particulier, et bien que souvent basées sur des sons purement électroniques, ses musiques restent très claires. En cela, elles possèdent un charme indéniable et sont souvent ancrées dans la tête des joueurs longtemps après avoir terminé un jeu. Si ses musiques sont généralement là pour éclairer une situation et mettre en avant des ambiances, le compositeur n’en oublie pas pour autant les mélodies quand il le faut, comme dans Super Adventure Island. Yuzo Koshiro, avec les bandes-son d’Actraiser, prouve aussi qu’il maîtrise parfaitement l’orchestration et les techniques classiques de composition, faisant de lui un des compositeurs de jeux vidéo les plus importants.

Sélection (par Delldongo)
Critique de l’OST (par Delldongo)

Les OST de la série des Etrian Odyssey se démarquent notamment par l’utilisation des instruments entièrement de synthèse. Ce deuxième épisode, Heroes of Lagaard, n’échappe pas à la règle et il faut noter que l’OST est divisée en deux : d’une part les musiques « originales » créées par Yuzo Koshiro pour le PC-88 (même si le jeu n’est jamais sorti sur ce support), et d’autres part celles de la version DS dont nous parlerons ici. Les différences entre ces deux versions sont de toute manière minimes, puisque tout l’intérêt pour Yuzo Koshiro est d’utiliser des sons pour eux-mêmes, et non pas dans le but de ressembler à un instrument réel.

Il va de soi également, en regard du genre du jeu lui-même (le D-RPG) et de sa quasi absence de scénario, que les musiques sont là pour donner une ambiance, mais en aucun cas pour représenter un personnage ou une situation bien spécifique. De ce fait l’OST pourra sembler relativement répétitive : un thème de ville, un thème de donjon, un thème de combat et un thème de boss, et ainsi de suite.

Le style franc, clair et direct du compositeur s’exprime dès le début avec des thèmes calmes et posés qui donnent un relatif sentiment de sécurité au joueur pour le début de son aventure (Labyrinth I - Woodland Ruins [Dungeon 1 ~ 5F]). Battlefield - The First Campaign [Normal Battle - First Part] est quant à lui le premier thème de combat : énergique, simple dans le meilleur sens du terme car surtout efficace. Avec Town - Vast Lands Spreading in the North [Town Facility - Hi-Lagaard Dukedom Central City: Day], Yuzo Koshiro nous propose une mélodie sympathique. En effet, si la bande-son pourra sembler relativement décousue, elle est en fait relativement construite et forme un ensemble homogène.

L’ambiance se tend néanmoins avec Labyrinth II - Ever-Scarlet Forest [Dungeon 6 ~ 10F], car là où les premières pistes respiraient l’optimisme et l’envie d’aventure, le joueur se sentira sans doute beaucoup moins rassuré en entendant cette mélodie hésitante et quelque peu étrange. Peu rassurante également est la piste Battlefield - A Sudden Gust of Wind that Calls for Death [f.o.e. Battle] qui ne propose aucun réel point de repos, avec un rythme obsédant en fond. Heureusement pour le joueur tout n’est pas aussi sombre, et les thèmes des villes sont là pour apporter un peu de répit au joueur (Town - The Wind Doesn't Draw Heroes [Town Facility - Hi-Lagaard Dukedom Central City: Night], par exemple).

L’ambiance sonore du jeu est également essentielle aux joueurs, car Yuzo Koshiro a composé de véritables musiques : ce ne sont pas des boucles de 20 secondes se répétant à l’envi, mais bien de réelles compositions soignées et bien construites. On trouve par exemple Labyrinth III - Woodlands of Frozen Flowers [Dungeon 11 ~ 15F] pour illustrer cela, où l’utilisation des silences est aussi très importante. Il faut également souligner le fait que chaque musique possède sa propre identité, car même si le style du compositeur reste très perceptible, on ne confond pas une musique avec une autre. C’est ainsi que Battlefield - Guardians of the Sorrowful Ice [Artelinde & Raischutz], d’un ton à la fois martial et inquiétant se démarque nettement des pièces précédentes. La magnifique pièce Scene - Cherry Trees and Wings [Event - Winged Man] explore quant à elle des territoires nouveaux, ainsi que des harmonies de plus en plus expérimentales.

L’OST d’Etrian Odyssey II n’a pas vraiment de point faible, toutes les musiques reflètent un travail très propre de son auteur, ainsi qu’une belle science de la musique en général. La musique du boss final, Battlefield - Last Battle [Last Boss Battle], est particulièrement marquante à cet égard, remplie de dissonances mais remarquablement expressive et énergique. Dans son ensemble, la bande-son confirme le talent de Yuzo Koshiro, qu’on ne peut de toute façon pas restreindre à son seul travail sur cette série : c’est un compositeur qui mériterait d’être beaucoup plus connu et reconnu.

Quelques pistes à ne pas manquer
L'avis de Sadness

Cette OST respire l’aventure ! Le jeu date de 2008, mais le travail fait par Yuzo Koshiro est de très bonne facture. Même si toutes les musiques se basent sur des sons électroniques, l’écoute n’en est pas du tout altérée. On se prend à écouter certaines pistes plusieurs fois de par leurs différents côtés, à la fois reposant, à la fois épique. N’ayant pas fait le jeu, il y a tout de même des morceaux qui restent dans la tête, “The First Campaign” est pour moi l’une d’eux (surtout avec le remix qui a été fait pour Etrian Odyssey Untold 2: TKoF). Après je connais surtout ce compositeur à cause de divers jeux comme Persona Q: Shadow of the Labyrinth mais après écoute de toute l’OST on a envie de se plonger dans l’aventure de la série Etrian Odyssey.

L'avis de Wolfangele

Cette OST se laisse écouter, et les musiques collent vraiment bien aux thèmes. Ainsi on part en voyage dans des lieux divers et variés, notamment une exploration des villes paisibles avec Vast Lands Spreading in the North et Beautiful and Sublime Lands. Woodland of Frozen Flowers qui est assez originale et fait bien ressentir l'hiver. Une musique qui m'a paru très relaxante et a marqué mon esprit pour le repos qu'elle m'a transmise, est Cherry Tree Bridge. L'album respire aussi l'aventure notamment avec Come on, Start advendure, cela donne envie de partir jouer et découvrir cette saga que je ne connais pas. Bien sûr, tout n'est pas toujours tranquille, et on ressent l'oppression et la frayeur avec Fresh Blood and Darkness ou encore Scatter About notamment. Que serait un RPG sans combats ? Franchement beaucoup de musiques sont vraiment rythmées et entraînantes et portent sûrement les batailles, comme Shiver, Inspecting the Resounding Weapons ou The First Campaign qui reste pour moi la plus marquante de l'album. Pour finir, les combats épiques ne sont pas en reste avec par exemple Scarlet Rain ou Heavens' Governor Boss final ?

En tout cas l'OST doit surement bien ancrer le joueur dans l'univers du jeu, rien qu'avec l'écoute on voyage et s'imagine des combats intenses, cela me donne presque envie de me lancer dans la série !

La « cover » du mois : To a Restful Place for the Adventurer (par Delldongo)

Rédigé par Delldongo, Sadness, Wolfangele le 7 octobre 2017

I love her., Roger Girard, Les Mystères de l'Amour Saison 3 Thèmes
© 2000-2019 Toute reproduction interdite sans autorisation - Termes d'utilisation - Ikoula - Haut de la page
Partenariats : Le Serpent Retrogamer | Puissance Pokemon | Puissance Zelda | Final Fantasy Ring | Nintendo Master | Régie pub