The Legend of Legacy (Masashi Hamauzu)

Pour cette seconde édition de l’OST du mois, nous avons choisi de nous concentrer sur le talentueux Masashi Hamauzu que vous connaissez très certainement pour son travail sur Final Fantasy XIII et ses spin-off. Il serait néanmoins très réducteur de se cantonner à ces créations aussi nous vous proposons de découvrir une autre de ses productions, la bande-son de The Legend of Legacy.
Pour rappel, après une présentation du compositeur, vous pourrez retrouver une sélection d'extraits de son œuvre (une dizaine/quinzaine de morceaux choisis par l'équipe), une critique de la bande-son du mois et quelques avis supplémentaires !
Cette OST sera disponible à l'écoute (dans son intégralité) pendant tout le mois d’octobre sur le jukebox du site dans la catégorie “OST du mois”. Ne la manquez pas !
N’oubliez pas de nous livrer votre avis, vos impressions ou vos envies sur le forum pour continuer à alimenter cette rubrique !

Masashi Hamauzu

Masashi Hamauzu (né le 20 septembre 1971) est un compositeur de musiques de jeux vidéo. Il est principalement connu pour son travail sur les séries Final Fantasy et SaGa.
Né à Munich, Hamauzu est le fils d'une professeure de piano et d'un chanteur d'opéra. Il développe son goût pour la musique dès la maternelle. Il grandit en Allemagne et reçoit des leçons de piano et de chant par ses parents et commence à créer ses propres compositions dès le lycée. Après la naissance de son frère, sa famille rentre au Japon, à Osaka, et il s'inscrit à la « National University of Fine Arts and Music » de Tokyo où il rejoint un groupe d'étudiants en tant que pianiste.
Il rencontre sa future femme, Matsue Hamauzu (née Fukushi), à l'université. Elle collaborera d'ailleurs avec lui ultérieurement en tant que soprano pour Final Fantasy VII, chanteuse de scat sur Sigma Harmonics et chanteuse pour Final Fantasy XIII.
Après avoir obtenu son diplôme à l'université, le jeune Masashi choisit de travailler dans le domaine de la « game music » après avoir un temps envisagé de devenir un musicien classique.
Grand fan des jeux Final Fantasy, il décide de postuler pour un emploi chez Square. Nobuo Uematsu est impressionné par son CV et l'enrôle en tant que stagiaire en 1996. Pour son premier travail, il œuvre auprès de Uematsu, Yasunori Mitsuda et Junya Nakano sur la bande-son de Front Mission : Gun Hazard. Toujours en 1996, il participe à l'OST de Tobal No. 1 pour laquelle il compose quatre pistes. Il se lie d'amitié avec Nakano – dont il admire le style musical – et collaborera avec ce dernier sur plusieurs titres.
Le premier projet solo de Hamauzu est Chocobo no Fushigina Dungeon (1997). Peu de temps après la publication de ce titre, Hamauzu et Yasuo Sako créent un album arrangé, « Chocobo no Fushigina Dungeon Coi Vanni Gialli », contenant des pistes orchestrales des musiques de ce jeu. La critique salue ce travail.
Il opère en tant que « synthesizer programmer » pour l'extrait de « The Creation » de Joseph Haydn que le président de la Shinra écoute dans Final Fantasy VII et sert de voix de basse dans le chœur de 8 personnes de « One-Winged Angel ».
En 1999 on lui confie la composition de SaGa Frontier 2, pour remplacer le compositeur initial de cette série, Kenji Ito. Après avoir cherché à se conformer au style musical qu'Ito avait créé pour la série, Hamauzu décide de mettre en avant son propre style. Il rencontre Ryo Yamazaki (« synthesizer programmer ») sur ce projet et travaillera fréquemment avec ce dernier par la suite.
Hamauzu publie ensuite un album arrangé de ce jeu (« Piano Pieces "SF2" ~ Rhapsody on a Theme of SaGa Frontier 2 ») regroupant différents morceaux de piano.
En 2001, Hamauzu et Nakano sont choisis pour assister Uematsu pour la production de la bande-son de Final Fantasy X, afin de créer des musiques se différenciant du style de Uematsu. Hamauzu contribuera d'ailleurs également à l'album « Piano Collections » du jeu de Square Enix.
En 2002, Hamauzu compose la musique d'Unlimited SaGa, un jeu qui recevra de nombreuses critiques négatives en Occident.
Suite au départ de Uematsu, il devient le compositeur principal de la « music team » de Square Enix en octobre 2004.
En 2005, accompagné de Nakano, et du duo Wavelink Zeal (Takayuki et Yuki Iwai), il compose la bande-son de Musashi : Samurai Legend, la suite de Brave Fencer Musashi.
En 2006, il travaille sur les musiques de Dirge of Cerberus : Final Fantasy VII, jeu qui sera également plutôt décrié. Plus tard dans l'année, suite à une requête de Mitsuda, il arrange « Sailing to the World Piano Score ». Cet album est très bien accueilli parmi les pianistes et confirme le talent de Hamauzu pour arranger au piano des musiques de jeu.
Hamauzu publie un album solo, « Vielen Dank », en 2007 ; celui-ci contient 11 morceaux de piano qu'il a composé pour son propre plaisir personnel après la création de « Piano Pieces "SF2" ~ Rhapsody on a Theme of SaGa Frontier 2 », et 14 arrangements de ses compositions pour des jeux.
En 2008, il compose la bande-son de Sigma Harmonics et choisit Mitsuto Suzuki pour le « synthesizer programming » au lieu de Yamazaki.
En 2009, Hamauzu compose les musiques de Final Fantasy XIII. L'accueil des fans de la série vis-à-vis de ce travail est plutôt mitigé.
Le 19 janvier 2010, Hamauzu décide de quitter Square Enix pour fonder son propre studio, Monomusik. Il opérera dès lors en tant que compositeur freelance pour d'autres productions de Square Enix telles que Final Fantasy XIII-2 (2011), Lightning Returns : Final Fantasy XIII (2013), et arrangera des compositions plus anciennes comme pour Final Fantasy IV : The Complete Collection (2011) ou encore Final Fantasy X|X-2 HD Remaster (2013). Notons pour terminer que Hamauzu est responsable de la bande-son de The Legend of Legacy (2015) dont nous allons à présent vous parler et de World of Final Fantasy qui sortira en 2016.

Découvrez seize morceaux composés par Masashi Hamauzu, tirés d’autres OST, albums arrangés et album solo
Critique de l'OST de The Legend of Legacy

Une bande-son de Masashi Hamauzu, c’est toujours un petit évènement pour les amoureux et les connaisseurs de la musique de jeux vidéo. Cela est d’autant plus vrai depuis ce qu’on peut considérer comme son chef d’œuvre, l’OST de SaGa Frontier II, même si ce compositeur est capable de tout, du (très) bon comme du moins bon.

Si nous vous parlions le mois passé du « Mozart du jeu vidéo » avec Mitsuda, on pourrait risquer une autre référence pour Hamauzu : celui de « Debussy japonais ». Si l’expression est forcément un peu triviale, il n’en reste pas moins qu’on sent chez Hamauzu toute l’influence de la musique française du début du XXème siècle, pas tant au niveau du style que pour sa précision d’écriture, sa poésie, ainsi qu’une certaine recherche harmonique. C’est d’ailleurs sans doute le compositeur japonais de musiques pour jeux vidéo avec la plus grande connaissance de la théorie musicale. Il n’y a qu’à écouter ses quelques pièces pour piano (Hamauzu est lui-même un très bon pianiste, et cela s’entend) pour s’en convaincre.

Pour en venir à la bande-son de The Legend of Legacy, il est important de signaler que nous retrouvons pour ce jeu la même équipe à l’œuvre dans SaGa Frontier II (ou Unlimited SaGa), ainsi qu’une apparence visuelle « aquarellée » très proche. Musicalement, en revanche, il apparaît tout de suite une similitude gênante avec Final Fantasy XIII. Les premières notes de Main Theme – Legacy ressemblent à s’y méprendre à son écran-titre : quatre notes brèves relativement conjointes, suivies de deux longues disjointes, puis l’apparition orchestrale. On retrouve ainsi ce « style » FF XIII dans de nombreuses pistes, à tel point qu’on pense toujours les avoir déjà entendues : Ruins in the Forest, Double Dimension Battle, Victory, Guardian, Unknowable Truths, pour ne citer que les premières. Ces musiques ne sont pas mauvaises pour autant, loin de là, mais elles manquent cruellement d’identité par rapport à tout ce qu’a pu faire Hamauzu par le passé.

Heureusement, on trouve dans la bande-son des pistes qui possèdent un vrai caractère et qui sont d’ailleurs beaucoup plus proches d’un style « SaGa Frontier II », sans que cela soit pour autant dérangeant. La magnifique Hidden Forest et l’entraînante Melody of Shadow en sont deux parfaits exemples.

Comme souvent, Hamauzu nous gratifie d’un second CD beaucoup plus électro que le premier, où de longues nappes tissent des ambiances tout à la fois étranges et néanmoins présentes. C’est ici que l’on trouvera des compositions plus personnelles (Battle with the Dragon), mais plus ou moins réussies : que penser par exemple de la bruyante The Bottomless Depression, des sons éparses du début de City of Solitude, ou de la très heurtée Battle with the Heavenly General ?

Dans cette OST, Hamauzu met clairement moins à l’œuvre son talent d’écriture pur, pour se concentrer sur des ambiances. Paradoxalement, en utilisant à outrance un style bien à lui mais fortement connoté, Hamauzu produit une OST sans réelle identité, sans consistance, sans « thème » et sans grande originalité. Il lui manque le plus souvent cette poésie si présente dans ses autres bandes-son. Bien sûr, il faut quand même garder à l’esprit que, « in-game », tout cela passe beaucoup mieux qu’à l’écoute aveugle. Mais il faudra donc se tourner vers les rares pistes s’écartant un peu de ce schéma pour découvrir quelques petites perles.

Nous vous avons donc concocté une petite sélection de quelques morceaux à écouter de cette OST de The Legend of Legacy :

Avis supplémentaires

Chris17cp :
Une bande-son plaisante dans l’ensemble qui met en place une ambiance quasi poétique mais manque de thèmes marquants. Elle rappelle à bien des égards l’OST de Final Fantasy XIII et manque donc singulièrement d’identité même si elle n’est pas dénuée d’un certain charme. Il restera donc à voir comment elle s'intègre au jeu pour mieux l’appréhender. L’aperçu offert par la démo (disponible sur l’eShop nord-américain) m’ayant d’ailleurs semblé plutôt positif, j’attends de pied ferme la version finale pour me forger un avis définitif.

Xeno :
Lorsque l’on voit une OST de Masashi Hamauzu apparaître, c’est forcément un événement tellement le bougre possède un talent dingue qui lui confère véritablement une patte propre. Hamauzu est bien connu pour créer une ambiance unique à un jeu. Cette OST aurait pu en être un exemple flagrant, cependant elle se révèle bien trop simpliste et ne sait pas se distinguer de ses autres créations. Pendant les trois quart de l’écoute, nous nous demandons si nous sommes en train d’écouter la bande-son de Final Fantasy XIII ou bien celle d’un SaGa, la faute au rythme du violon identique dans The Legend of Legacy. Dommage. Attention à ne pas devenir comme tonton Sakuraba, qui a tendance à faire des pistes totalement interchangeables d’un jeu à l’autre.
Malgré cela, c’est tout de même une OST qui se laisse écouter, car il est fort agréable de se plonger dans l’ambiance qui se tisse au fur et à mesure que le temps passe. On regrettera l’absence d’une piste majeure qui assurerait une écoute prolongée du disque.

Natahem :
Après avoir fait l’effort d’écouter cette bande-son deux fois, j’ai baissé les bras. Dans l’ensemble il n’y a rien d’horrible, mais rien de marquant non plus. En fait je me suis plutôt ennuyé, et j’avais simplement l’impression d’écouter une réédition de FF XIII, en moins bien. J’avoue ne pas être un grand fan de Hamauzu de façon générale, mise à part l’OST de Dirge of Cerberus (qui n’est pourtant pas le jeu ayant eu le plus de succès ^^) qui est géniale, mais généralement dans chacun de ses travaux il y a au moins quelques morceaux qui me plaisent bien. Mais là non.
Enfin, il faut sans doute avoir un minimum d’affinité avec ce compositeur pour apprécier ce travail, et encore c’est pas gagné...

Dracohelianth :
L'OST de The Legend of Legacy était une découverte, toutefois, j'en attendais mieux. Si dans l'ensemble elle n'est pas désagréable, elle peine à m'accrocher sur la durée. En fond musical, elle fait parfaitement l'affaire. Et pour cause, elle est constituée de beaucoup de musiques d'ambiance, qui sont dans l'ensemble assez peu marquantes. Nul doute qu'en jeu, elles accompagnent impeccablement l'exploration des lieux (je n'ai pas encore joué à la démo cela dit), mais hors contexte, elles sont un peu décevantes et quelconques.
L'autre souci majeur de cette OST est bien évidemment ses nombreuses similitudes particulièrement flagrantes avec des pistes de Final Fantasy XIII. Ce n'est pas négatif en soi, puisque la bande-son de ce dernier comporte de très bonnes compositions, mais cela contribue à son manque d'identité. On peut dire que c'est du Hamauzu, mais il est plus délicat d'affirmer que c'est du The Legend of Legacy.
Un peu décevante donc, cette bande-son, mais pas à jeter, loin de là. Pour finir, voici les pistes qui, pour moi, restent les plus agréables à écouter hors jeu : Main Theme – Legacy, Double Dimension Battle, The Singing Rocks, Departure, A Great Calling, The Spirit Callers, Courage, City of Solitude.

Rédigé par Chris17cp, Delldongo, Dracohelianth, Natahem et Xeno, le 1er octobre 2015

Aeris ne parlera plus, ne rira plus, ni ne pleurera plus..., Clad, FFVII Thèmes
© 2000-2019 Toute reproduction interdite sans autorisation - Termes d'utilisation - Ikoula - Haut de la page
Partenariats : Le Serpent Retrogamer | Puissance Pokemon | Puissance Zelda | Final Fantasy Ring | Nintendo Master | Régie pub