Shadow Hearts

Ce mois-ci, on vous propose de retourner une quinzaine d’années en arrière, en 2001, année marquant le début du troisième millénaire (ce qui n’a absolument rien à voir avec l’article qui suit). C’est à cette époque que sortit le premier jeu de la licence Shadow Hearts, et l’OST qui lui est associée que l’on vous propose de découvrir ici.

Son compositeur principal, Yoshitaka Hirota, est comme d’habitude présenté dans un premier temps. L’OST est ensuite passée à la moulinette par notre maestro officiel, Delldongo. Le tout est offert avec une sélection de morceaux du compositeur et de l’OST (disponible dans son intégralité sur le jukebox).

Et comme d’habitude, nous espérons vous voir très prochainement sur le forum pour commenter cet article.

Bonne lecture !

Biographie de Yoshitaka Hirota (par Delldongo)

Né en 1971 à Kyoto, Yoshitaka Hirota est un interprète et compositeur assez discret. Connaissant Yasunori Mitsuda depuis les années 1990, c’est grâce à ce dernier qu’il entre chez Square Enix en 1994, en tant que concepteur sonore. Il travaille ainsi sur plusieurs gros titres, comme Chrono Trigger, Front Mission, ou encore Final Fantasy VI, VII et VIII. Pour ces jeux, il est chargé de créer les effets sonores : les cris des monstres et les bruitages, comme le verre brisé, par toujours évident à reproduire avec les capacités sonores d’une Super NES. C’est à lui par exemple qu’on doit les effets sonores des Chevaliers de la Table Ronde, l’invocation ultime de Final Fantasy VII.

Suite à son départ de la firme en 1999, il est immédiatement approché par Sacnoth pour travailler aux effets sonores de Koudelka. Il prendra par la suite la place de Hiroki Kikuta, ce dernier ayant jeté l’éponge après l’échec commercial de ce jeu, pour composer l’OST de Shadow Hearts pour laquelle il est généralement (re)connu. Il s’occupera également des deux épisodes suivants en grande partie. En tant que freelance, il compose également pour plusieurs animés, films et jeux vidéo (Bomberman 64 : The Second Attack, Sonic Shuffle). Il faut noter que Hirota produit également des disques de musiques électroniques, sous différents pseudonymes (par exemple sous le nom « Core² », l’album Talk While Asleep).

Bassiste de formation, mais également chanteur, il travaille souvent en tant qu’arrangeur et/ou interprète. De ce fait, il intègre en 2010 le groupe « Earthbound Papas » fondé par Nobuo Uematsu. En 2012, il supervise même les arrangements réalisés pour les deux Theatrhythm Final Fantasy. Depuis, on le retrouve sur divers projets, que ce soit comme compositeur principal ou secondaire (Half-Minute Hero : The Second Coming, Neptunia VII) ou comme simple arrangeur/interprète (Imperial SaGa).

Sélection (par Dracohelianth & Natahem)
Critique de l’OST (par Delldongo)

Peu commune, hors des sentiers battus, véritable OVNI, inquiétante, mais tout à la fois charismatique et exceptionnellement bien réalisée, l’OST de Shadow Hearts composée par Yoshitaka Hirota est un de ces petits bijoux de la musique de jeux vidéo. Il faut de suite préciser que sur les 66 pistes, 9 en tout sont l’œuvre de Yasunori Mitsuda, et 4 autres sont des collaborations entre Hirota et d’autres musiciens. Les compositeurs, Yoshitaka Hirota en tête, adoptent ici un ton beaucoup plus mature que dans la plupart des autres bandes-son. L’OST sort donc d’un certain classicisme pour offrir au joueur un univers musical qui colle parfaitement à l’ambiance du titre. Dès les premières pistes, par exemple Continental Express I "Wind which blows from the dark / I", on trouve une orchestration contemporaine, mélangeant guitares électriques et instruments synthétiques, au service d’une ambiance des plus sombres et angoissantes.

Bassiste de formation, il est évident que cet instrument possède pour Yoshitaka Hirota un rôle tout particulier dans l’OST. La guitare basse joue en effet un rôle majeur dans un grand nombre de pistes (Daily Life I "Coffee with Bullet", Smuggling Boat "Manufacture -Beltconveyor for Killers-", par exemple). Plutôt que d’utiliser de bêtes notes répétées pour le thème de combat, la guitare possède un véritable motif, qui introduit la bizarrerie de China Battle "Brain hopper". Par ailleurs, ce thème utilise à outrance des voix stridentes. En effet, nous sommes bien au-delà de la pure recherche du « beau » son, mais bien dans une recherche expressive. C’est également le cas dans la piste suivante, China Berserk "Ghosts jogging", complètement délirante, ce qui bien entendu est totalement voulu, afin de rendre compte de l’état de folie du héros dans certaines situations.

Mais, l’OST de Shadow Hearts, ce n’est pas uniquement des pistes sombres et torturées, on y trouve également des points de repos, même si une sorte de malveillance affleure toujours, comme dans la piste de l’écran-titre, Plains "Sphere -qu-", a priori assez sereine. A priori. Dans ce premier CD, qui correspond à la période « Asie » du jeu, les sonorités asiatiques sont de la partie, comme dans la plupart des musiques de villes et villages : Happiness II "Asian Parfait", Fengtian "Heaven -Kunyang Kunyang-" et bien sûr le thème de Shanghai : Shanghai "Swindler -Shanghai mood-". Quant à Qiuhua's Theme "syu-ka", il s’agit d’un magnifique et touchant solo d’erhu (ou violon chinois). Signalons également le magnifique thème de la carte asiatique, China Map "Blow up". On ne peut guère quitter ce premier CD sans évoquer Alice's Theme "ALICE", un thème des plus expressif et mémorable.

On quitte l’Asie dans le second CD pour atterrir en Europe, bien que, d’un point de vue strictement musical, aucune piste n’est typiquement « européenne ». Le thème de la carte, Europe Map "Atmosphere-Blow up", reste d’ailleurs bizarrement un peu dans la même ambiance asiatique. Globalement, tout comme dans le jeu, la deuxième partie de la bande-son est beaucoup moins oppressante et plus calme, peut-être également plus classique dans ses intentions (Sadness "God knows bad news"). Bien sûr, il subsiste toujours une certaine ambiance, mais plus mystérieuse que véritablement inquiétante : Graveyard "Graveyard moon". La remarquable piste Blue Castle "Coffin fetish", d’ailleurs signée Mitsuda, en est l’illustration parfaite (et on remarquera au passage la large place qu’occupe la basse dans la seconde partie de la musique). L’étrange musique Rouen "But-dad-dead-bed" précède une des pistes les plus enjouées de l’OST : London "Vitamin metropolis". On assiste ensuite à un retour de pistes dérangeantes : Mansion of the Murderer "Ripper ripper", Castle of Closed Windows "Castle of a silence" ; bien entendu, après cela le thème de Bacon, Nemeton Monastery "Bacon's juice", paraît encore plus décalé. Les derniers thèmes de combat sont assez remarquables, tout en restant graves, solennels ou ésotériques : Mid-Boss II "Demon's gig", Decisive Battle "Imbroglio".

On notera le travail très minutieux effectué au niveau des arrangements et des orchestrations, qui est d’ailleurs parfois dû à d’autres compositeurs : Masaharu Iwata dans Mid-Boss Berserk I "Melt down", Ryo Fukuda dans Happiness II "Asian Parfait", et Yasunori Mitsuda pour Main Theme Beat Arrange "ICARO beated ver.". A titre d’exemple, on remarquera que les percussions sont utilisées avec beaucoup de parcimonie, jamais de manière systématique, ce qui est toujours agréable. Au final, cette OST très particulière est également très réussie. Elle remplit d’une part son rôle premier avec succès : celle de coller parfaitement à l’univers du jeu, et même de participer à l’ambiance globalement glauque. Et d’autre part, les musiques se suffisent également à elles-mêmes, car on y dénote une vraie recherche sonore et un travail sans pareil dans le moindre détail.

Quelques pistes à ne pas manquer (par Delldongo)
L'avis de Sadness

Shadow Hearts est pour moi l’un des RPG qui a comblé mon enfance et il en va de même pour sa bande-son réalisé par Yoshitaka Hirota. Dès le début du jeu, on retrouve grâce à certaines compositions ce qui fait la base du titre qu’est Shadow Hearts, un RPG mêlant le glauque mais qui dépeint aussi le début d’une belle histoire d’amour.

Il y a beaucoup de titres m’ayant marqué tout au long de mon périple avec Yuri, comme Sign of him (The Creation of god) ou bien ALICE. En évoquant justement ce dernier, il ne me rappelle que de bons souvenirs et une certaine tristesse, car la série qu’est Shadow Hearts, à mes yeux, est digne d’un Final Fantasy bien qu’il n’ait pas eu le succès escompté à cause de l’arrivée de Final Fantasy X.

Je terminerai simplement par un dernier titre, Shadow Hearts, réinterprétant le thème ICARO, et aussi chanté par Kasahara Hiroko. Ce titre est simplement magnifique et englobe tout ce qui fait le jeu. On a donc affaire à une OST bien ficelée, à écouter indéfiniment et avec amour.

L'avis de Natahem

Pour moi Shadow Hearts est synonyme d’ambiance sombre de guerre froide et d’une certaine tristesse (certes, la série garde quand même un côté J-RPG), et évidemment c’est en grande partie grâce à sa bande-son particulière. On remarque tout de suite la musique des combats très particulière (China Battle "Brain hopper”) ou encore les ambiances assez industrielles comme Zhaoyang Village "Destruction -Noiz of fangs-" qui se rapprochent des compositions de Yamaoka sur les Silent Hill.

Si dans l’ensemble j’adore l’OST, je pense qu’elle ne plaira pas à tout le monde, d’autant plus qu’il est difficile d’y trouver une piste particulièrement mémorable. C’est bien sûr par l’ensemble des compositions que se définit la qualité de cette OST, et non pas sur un thème particulier (bien que le thème ALICE puisse quand même laisser un souvenir marquant).

L'avis de Wolfangele

Jamais une OST n’a autant collé à la peau d'un jeu, franchement, j'adore Shadow Hearts pour son histoire et son originalité, mais l'OST fait la part belle à l'œuvre, en accompagnant dignement les diverses phases de jeu. Un jeu sombre, avec des musiques et ambiances accentuant bien toute la noirceure et la tristesse. Elle offre une grande variété de musiques originales, c’est un ensemble bien construit.

Pour les pistes, celles que je préfère sont le thème de combat China Battle "Brain hopper", il marque vraiment les esprits pendant ces phases, bien sûr le thème ALICE, qui reste je crois la musique qui m’a le plus marquée dans ce jeu, et même la tout première chanson, je suis fan de ce style, Main Theme - ICARO - Song of spirit, voire aussi la dernière Bloody kitchen.

Il y en a qui sortent du lot comme Don’t Cry my vampire ou Europe Map "Atmosphere-Blow up" et bien sûr Ending Theme "Shadow Hearts", qui ont tendance à rester en tête avec leur douceur ou leur rythme.

Une OST avec le style unique de Yoshitaka Hirota, qui mélange des instruments et sons détonants, qu’on n’entend pas trop ailleurs, et qui est un gros atout et le charme de cette compilation. J’ai tout de suite accroché, ne connaissant pas trop à cette période de ma vie les sonorités asiatiques, j’ai été totalement charmée. Prise hors du jeu, je sais pas si elle plairait à tout le monde, mais en tout cas, c’est indéniable, elle est particulière et on la reconnait directement, une OST sensationnelle !

La « cover » du mois : But-dad-dead-bed (par Delldongo)

Rédigé par Delldongo, Dracohelianth, Natahem, Sadness et Wolfangele le 5 mars 2017

Thèmes
© 2000-2019 Toute reproduction interdite sans autorisation - Termes d'utilisation - Ikoula - Haut de la page
Partenariats : Le Serpent Retrogamer | Puissance Pokemon | Puissance Zelda | Final Fantasy Ring | Nintendo Master | Régie pub