OST du mois : The Banner Saga

Pour ce début d'automne, nous vous proposons de découvrir la bande-son d'une référence dans le domaine du T-RPG, récemment ressortie sur Switch : The Banner Saga (premier du nom).

Composée par Austin Wintory, cette OST vous transportera (peut-être) dans le froid mordant de la culture scandinave.

Avec nous, explorez des contrées méconnues avec la biographie du compositeur et une sélection de ses compositions diverses, suivie d'une critique et d'une sélection de la bande-son. Enfin, retrouvez des avis, plus personnels, de l'équipe, et une reprise au piano.

Comme d'habitude, nous attendons vos retours sur cette OST que vous pourrez écouter via le Jukebox pendant deux mois. N'hésitez pas, nous sommes toujours à l'écoute des lecteurs, aussi bien sur le forum, les réseaux sociaux, ou notre serveur Discord.

Biographie de Austin Wintory (par Tennee)

Austin Wintory est né à Denver, aux Etats-Unis, le 9 septembre 1984. Il s'est intéressé à la composition à dix ans, en découvrant les musiques de Jerry Goldsmith, notamment Patton et Un coin de ciel bleu. Après une carrière de lycéen bien remplie à composer pour les orchestres d'étudiants, il est parti étudier à l'Université de New York et l'Université de Californie du Sud, aux côtés de compositeurs tels que Morten Lauridsen, Charles Fussell et Erica Muhl.
Son premier contact dans le domaine du jeu vidéo se fait avec la bande-son de Journey, sorti sur Playstation 3 en 2012, dont la composition a demandé trois ans de travail - dûment récompensé puisqu'elle devient cette même année la toute première bande-son de jeu vidéo nominée aux Grammy Awards (en plus de recevoir de nombreuses autres récompenses). Citons également un autre jeu notable paru la même année et dont il a composé la musique : flOw.

Il continue à composer pour des jeux vidéo, moins connus, les années suivantes, mais le jeu majeur qui retiendra ici notre attention est The Banner Saga, paru en 2014, mais qui fait ses débuts via une campagne Kickstarter. Sa musique fait appel à divers interprètes, notamment le Dallas Wind Symphony, et à un trio de célèbres musiciens de Youtube : Malukah, Peter Hollens et Taylor Davis. Une fois de plus, la musique fait l'objet de nombreuses nominations et récompenses, dont le ASCAP Composer's Choice Award pour "Meilleure bande-son de jeu vidéo de l'année".
Il poursuit son travail, avec ABZÛ et The Banner Saga 2 en 2016, puis Absolver et The Banner Saga 3 en 2018. Austin Wintory est à la composition d'une quinzaine de bandes-son au total, dont un certain nombre aux côtés d'autres compositeurs (Horn, The Order: 1886, Assassin's Creed Syndicate...).
Il compose également des musiques de films indépendants (Captain Abu Raed, Grace), et pour des concerts, notamment "This Gaming Life", un travail théâtral créé en collaboration avec les comédiens connus sous le nom de "Tripod" et interprété par l'Orchestre Symphonique de Melbourne.

Sélection (par Tennee)
Critique de l’OST (par Delldongo)

La bande-son de The Banner Saga, un T-RPG se déroulant dans un univers scandinave, se devait de retranscrire au mieux ces atmosphères. Aux premiers abords, il faut bien reconnaître que l'OST ne se démarque guère, bien qu'étant assez soignée du point de vue de l'instrumentation.

Ainsi, diverses sonorités de l'orchestre sont mises en avant dans différentes pistes, et notamment les instruments à vent et le violon. Après une courte musique introductive, nous pouvons par exemple entendre un Didgeridoo dans How did it come to This? et un basson dans Walls no Man has Seen. Mais les compositions créées pour le jeu ont surtout la particularité de proposer des ambiances, plus que des mélodies ou des rythmes qui resteront en tête (Little Did They Sleep). C'est pourquoi elles semblent relativement décousues, même si des petits éléments musicaux finissent pas s'imposer.

C'est le cas avec l'utilisation des voix dans bon nombre de pistes, et pour commencer dans No Tree Grows to the Sky ou Only the Sun has Stopped. Deux compositions très semblables, un brin angoissantes, qui se placent également dans le registre des musiques « anciennes » faisant référence à la mythologie du jeu. Un style médiéval qui reviendra souvent, tout comme certaines pistes plus méditatives et qui sont peut-être les plus intéressantes, car les plus personnelles. On pensera à Cut with a Keen-Edged Sword, qui, après une introduction hésitante, permet au violon d'exposer un très beau solo.

Si certaines formules musicales sont reprises d'un morceau à un autre (notamment un motif de quatre notes très caractéristique), l'ensemble des musiques proposées restent malgré tout trop semblables dans l'atmosphère créée, ce qui tend à les rendre assez plates et pour tout dire un brin passe-partout. Il faut bien dire qu'une certaine lassitude finit par nous envahir à l'écoute simple de cette bande-son (ce qui n'est sans doute pas le cas en jeu). Il faut remarquer aussi que les musiques empruntent souvent la même forme : une introduction instrumentale suivie d'un second épisode plus rythmé ou faisant intervenir des chants (No Life Goes Forever Unbroken, Thunder before Lightning, A Long Walk Stills Our Hearts, Three Days to Cross).

Cela dit, les musiques les plus intéressantes sont certainement les plus longues, puisqu'elles ont le temps d'épanouir toutes les idées du compositeur et de proposer de véritables changement de ton. C'est le cas dans Strewn Across a Bridge d'une durée de plus de 6 minutes et plus encore dans Of Our Bones, The Hills, certainement la piste la plus remarquable de la bande-son.

En quelque sorte, l'OST de The Banner Saga réussit son objectif en accompagnant le jeu de ses atmosphères à la fois froides et populaires. En contrepartie, et en dépit de ses qualités instrumentales et du soin apporté à l'ensemble, elle semblera un brin insuffisante en elle-même (trop sage aussi, sans doute), et on sent qu'il manque clairement de la diversité et un véritable caractère pour qu'elle nous transporte totalement.

Quelques pistes à ne pas manquer
L'avis de Wolfangele

Ne connaissant pas du tout le jeu, cette OST de The Banner Saga fut une totale découverte. Au début, j'ai été agréablement surprise par le ton donné, surtout avec un instrument que je ne connaissais pas. La suite s'enchaîne avec d'autres instruments comme le violon, qui fait un solo incroyable dans Cut with a Keen-Edged Sword, qui est l'une des musiques les plus intéressantes. J'adore les voix, et j'ai profité de No Tree Grows to the Sky et No Life Goes Forever Unbroken par exemple. Les chants sont sublimes, même si la plupart sont que des voix masculines, on ressent bien l'aspect médiéval avec l'association de leurs choeurs et les musiques. Le souci c'est qu'une fois avoir entendu ces particularités, la suite devient monotone. Heureusement quelques unes sortent du lot, je retiendrais Of Our Bones, The Hills notamment pour sa longueur et sa diversité. Pour conclure, cette bande-son dégage une atmosphère et doit sûrement coller aux thèmes dans le jeu, mais prise à part, une certaine platitude se fait ressentir.

L'avis de Tennee

The Banner Saga est un titre très spécial qui a marqué son temps, notamment grâce à sa direction artistique si particulière. Mais si l'on en retire ce qui fait son charme, que reste-t-il pour nourrir son atmosphère ? La musique suffit-elle à faire naître des émotions semblables ?

La bande-son débute avec We Will Not Be Forgotten, une ouverture toute en douceur qui semble remplir son rôle et nous fait de belles promesses pour la suite. Malheureusement, on se rend vite compte que les sonorités restent toujours dans le même ton, avec un thème dominant que l'on entend dans une majorité de pistes. Bien que l'instrumentation soit variée (guitare, flûtes, tambours, didgeridoo) et donne une réelle ambiance médiévale, on reste rapidement sur notre faim en tentant tant bien que mal de trouver une mélodie qui sorte du lot. Les voix masculines sont également très présentes, donnant un air grave dans la plupart des musiques. On sent bien que l'humeur, en jeu, ne doit pas être à la plaisanterie. La piste Cut with a Keen-Edged Sword, qui débute au violon, est l'une des rares qui attire l'oreille, avec ses sonorités nordiques. Je retiens également la courte From the Table to the Axe, entièrement jouée au violon, accompagné de voix à partir de la moitié. On reconnaîtra également un thème de combat avec Our Heels Bleed from the Bites of Wolves, plus rythmée et rapide que les autres. Notons tout de même que Onward, la toute dernière piste, est l'une des rares principalement interprétée par une voix de femme, et ses sonorités plus aiguës contrastent indéniablement avec le reste de l'OST.
Néanmoins, il faut reconnaître que cette bande-son n'est, en elle-même, pas très intéressante, à cause d'un cruel manque de variété. La mélancolie qu'elle transmet de bout en bout retranscrit sûrement à merveille l'ambiance en jeu, mais ne suffit pas à marquer les esprits pour ceux qui la découvrent à part.

La « cover » du mois : A Long Walk Stills Our Hearts (par Delldongo)

Rédigé par Delldongo, Tennee et Wolfangele le 7 octobre 2018

Thèmes
© 2000-2018 Toute reproduction interdite sans autorisation - Termes d'utilisation - Ikoula - Haut de la page
Partenariats : Le Serpent Retrogamer | Puissance Pokemon | Puissance Zelda | Final Fantasy Ring | Nintendo Master | Régie pub