The Witcher 3 : Wild Hunt

On change de registre ce mois-ci, en nous attaquant à une OST qui nous vient tout droit de Pologne.

L'un des jeux et RPG les plus attendus de 2015, The Witcher 3 : Wild Hunt n'a pas laissé les joueurs et les critiques indifférents. Maintes fois récompensé, il est probablement l'un des titres les plus renommés du moment.

Vendu au départ avec son OST, il ne s'agissait en réalité que d'une partie (31 pistes) de la bande musicale complète. Plus tard, le studio CD Projekt Red a choisi de mettre à disposition une nouvelle version de l'OST, comprenant cette fois-ci 56 pistes, sur les supports dématérialisés (iTunes, Google Play Store et Deezer).

Une fois de plus, celle-ci ne contient pas l'intégralité des pistes, puisqu'une sélection semble avoir été faite. Les joueurs ayant acheté le jeu sur la plateforme GOG ont d'ailleurs eu l'exclusivité de 5 pistes bonus (en plus des 56 pistes). Parmi les pistes non présentes dans la bande originale, certaines sont pourtant particulièrement connues et appréciées des joueurs. On peut néanmoins trouver facilement l'ensemble de ces pistes non sorties officiellement grâce à internet, généralement regroupées sous l'appellation « unreleased title ».

La bande originale de The Witcher 3 : Wild Hunt n'a pas été réalisée par un seul et unique compositeur. Si c'est le jeune Marcin Przybyłowicz qui a été choisi pour tirer les rênes de la composition, il n'a composé que la moitié des pistes, l'autre moitié ayant été confiée à Mikolai Stroinski. Ils ont également fait appel au groupe de rock folklorique Percival afin de soutenir et donner vie à leur travail.

Suite aux deux extensions du jeu, Hearts of Stone et Blood and Wine, de nouvelles OST ont été mises en vente sur les mêmes supports dématérialisés que précédemment. Mais nous nous focaliserons ce mois-ci sur l'OST du jeu d'origine : Wild Hunt.

Comme toujours, le forum et les réseaux sociaux sont là pour partager votre avis, toujours bienvenu sur nos pages. Le jukebox du site, quant à lui, accueillera cette OST de The Witcher 3 pendant toute la durée des grandes vacances. Bonne lecture, bonne écoute au soleil !

Marcin Przybyłowicz

Né le 4 mai 1985 en Pologne, il a commencé à composer tout en étudiant en tant que chef d'orchestre de jazz, à l'académie de musique F. Nowowiejski à Bydgoszcz. En 2007, il a reçu une bourse d'étude de jeune talent à « Creative Valley », une compétition fondée par la chaîne de télévision polonaise TVP. Suite à cet événement, il a pu prendre part à l'album « The Witcher. Music inspired by the game » qui lui a donné une certaine notoriété parmi les fans de musique de jeux vidéo.
Connu principalement pour son travail sur The Witcher 3 (et ses extensions), il a également été le sound designer sur The Vanishing of Ethan Carter qui lui a valut une nomination dans le domaine « Excellence in Audio » au IGF 2015 et « Outstanding Achievement in Sound Design » lors des Game Music Awards de 2014.
Il a travaillé sur la musique de nombreux jeux, notamment Afterfall: InSanity, Hard West et The Witcher 2: Assassins of Kings, ainsi que des jeux mobiles ou encore des feuilletons télévisés et campagnes publicitaires.



Mikolai Stroinski

Né au Kenya en 1979, il a grandi en Pologne. Il a obtenu les plus grandes distinctions à l'Académie de musique Karol Szymanowski de Katowice (« magna cum laude ») et au Berklee College of Music à Boston (« summa cum laude »).
Vivant maintenant à Los Angeles, il a composé les bandes sons de nombreux programmes et séries TV sur différentes chaînes, notamment HBO, Discovery et SCI-FI. Dans le domaine du jeu vidéo, il a commencé par composer la bande son du trailer de Dark Souls 2. Après avoir travaillé sur des jeux vidéo indépendants (Mouse Craft et WordTrap Dungeon), il a composé la musique de The Vanishing of Ethan Carter qui a reçu de nombreuses nominations et récompenses.
Il a ensuite participé à la composition des musiques de The Witcher 3, récompensé par plus de 130 prix, dont le « Most Anticipated Game of the Year » aux Game Awards 2014. En 2014, Mikolai a reçu le prix « Outstanding Polish American for Culture ». Dernièrement, il a travaillé sur le FPS Sniper : Ghost Warrior 3 qui paraîtra en début 2017.



Découvrez des morceaux composés par Marcin Przybyłowicz et Mikolai Stroinski, tirés d’autres OST
Critique de l’OST de The Witcher 3 (par Tennee)

La musique de The Witcher 3 s'appuie sur plusieurs éléments pour accompagner Geralt de Riv. Il est inutile de rappeler que c'est le troisième et dernier épisode de la trilogie éponyme.
Nos compositeurs ont ici dû prendre la relève de leurs prédécesseurs dans la saga, Adam Skorupa et Pawel Blaszczak. Outre le thème principal du jeu (composé par ces derniers) qui a été repris, sous plusieurs formes et notamment dans la très belle entrée en matière Geralt of Rivia (et que l'on entend aussi dans The Trail), pour cette OST, c'est davantage dans le choix et la façon dont chaque phase du jeu devait être accompagnée que l'on ressent leur travail.
En outre, l'influence de l'univers apporté par le cinéma médiéval, et de la musique folklorique et celtique (principalement d'Europe de l'Est, Irlande et Ecosse), se ressent particulièrement dans ces travaux.

La bande son alterne entre des musiques à l'ambiance légère, et d'autres plus tendues (Eredin, King of the Hunt) dont les consonances plus fortes sont jouées principalement au violon, et soutenues par les percussions. On reste dans le même registre avec également Commanding the Fury, Nemesis et City of Intrigues, mais avec un rythme plus soutenu cette fois-ci, marqué par l'utilisation, notamment, du Saz, un instrument à cordes pincées médiéval. C'est d'ailleurs dans ce même type d'ambiance que s'ajouteront les voix de Percival, pour un certain nombre de pistes (Silver for Monsters, Widow-Maker, Eyes of the Wolf, Steel for Humans, On Thin Ice), apportant une fois encore, une ambiance très particulière qui pourrait ne pas plaire à tout le monde. En effet, dans ces pistes, les voix peuvent se montrer fortes, agressives, et sorties du contexte, peuvent se révéler difficilement appréciables. En revanche, elles retranscrivent à merveille le côté sauvage et brutal des combats.

Paradoxalement, les musiques calmes ne sont pas non plus en reste, en commençant par la plus lente Wake up, Ciri qui, malgré son calme apparent, inspire une certaine inquiétude. Aen Seidhe, Witch Hunters, Fate Calls, Trial of the Grasses s'inscrivent dans le même registre.
En revanche, on passe à tout autre chose en abordant un thème bien plus joyeux, dans les pistes Drink Up, There's More!, A Story You Won't Believe et Another Round for Everyone. S'il s'agit là probablement des trois seules musiques dansantes de la bande originale, c'est avant tout parce qu'on sort ici des sentiers battus : il ne s'agit plus du sort du monde (ou du héros), mais d'une banale partie de Gwynt !

Les musiques accompagnant les phases d'exploration en jeu sont également bien distinguables des précédentes évoquées. The Hunter's Path, The Vagabond, Kaer Morhen, et même Whispers of Oxenfurt (une version chantée d'Oxenfurt). On pourra également citer, parmi les pistes non présentes dans la bande originale, Outskirts of Novigrad et Merchants of Novigrad, accompagnant nos pas à travers la plus grande ville du jeu (et probablement de toute la saga). Loin de respirer la chaleur et la confiance, toutes ces pistes nous donnent néanmoins le sentiment d'une certaine quiétude temporaire.

The Witcher 3 : Wild Hunt, se déroulant dans un monde semi-ouvert, on y trouve des environnements très différents ; permettant également de varier les plaisirs dans la musique. C'est la raison pour laquelle on peut entendre, dans un certain nombre de pistes, des sonorités provenant d'Irlande, d'Ecosse ou autres pays Nordiques. En réalité, toute l'ambiance issue de l'archipel Skellige a grandement marqué les joueurs (notamment pour le parallèle avec la région morne de Velen). Dans la bande originale, Spikeroog et The Tree When We Sat Once en sont de bons exemples. Cette dernière plus particulièrement, grâce à son duo de violon et violoncelle, donnant des couleurs et une sensation de chaleur inédite jusque-là dans la bande son du jeu. Mais on ne peut parler de cette ambiance spécifique sans aborder The Fields of Ard Skellig. Non présente dans la bande originale, elle est pourtant l'une des pistes ayant le plus été remarquée et appréciée des joueurs (avec Kaer Morhen). Mêlant le violon à la harpe et accompagnée de choeurs, cette piste serait à priori inspirée de « Fear a' Bhàta », une chanson en Gaélique écrite par Sìne NicFhionnlaigh. À noter d'ailleurs qu'une autre piste nommée « Bonnie at Morn » est une reprise d'une chanson anglaise traditionnelle ; tandis que dans l'OST, elle est exclusivement disponible sous sa forme instrumentale, sa version chantée se rapproche étrangement de la piste Whispers of Oxenfurt.

Certaines musiques d'ambiance ont en plus le privilège de nous raconter une histoire. C'est notamment le cas pour Kaer Morhen, empreinte de mélancolie, dont la flûte reflète à merveille le sentiment de solitude ressenti au travers de la région. On pourrait citer également Child of The Elder Blood, ou plutôt Ladies of The Woods dont l'air est tiré (mais non présente dans la bande originale) qui irradie à la fois d'un sentiment d'extrême danger et de mystère, et qui, remise dans son contexte, amplifie parfaitement le ressenti en jeu.
Dans le même genre, on a aussi The Wolf and the Swallow, qui, à elle seule, nous permet d'imaginer l'état d'âme du personnage au moment où on peut l'entendre. La lenteur du violon traduit au départ l'inquiétude mêlée de tristesse, mais à mesure que l'on progresse, le rythme s'accélère et les sons montent dans les aigus, comme pour représenter un coeur battant la chamade, jusqu'à ce que soudainement, la tension à son comble, on puisse enfin ressentir un profond soulagement.

En plus de ces 56 pistes officiellement publiées, et toutes celles non publiées mais citées plus haut, les compositeurs ont également eu l'audace d'offrir aux joueurs la chanson The Wolven Storm (La Ballade du Loup), interprétée dans 7 langues (Anglais (Emma Hiddleston), Allemand, Japonais, Polonais, Français (Caroline Klaus), Portugais et Russe), dont la performance est intégrée à l'histoire de The Witcher 3.

Les compositeurs principaux à l'OST de The Witcher 3 ont fait un énorme travail sur l'ambiance, et malgré la difficulté que pouvait représenter l'héritage de leurs prédécesseurs, ont su rester fidèles au style de la saga tout en apportant leurs propres notions : Marcin Przybyłowicz et Mikolai Stroinski ont donc relevé le défi avec brio. Le groupe Percival, apportant une corde supplémentaire à leur arc, leur a permis de conquérir le cœur de nombreux joueurs ayant déjà apprécié le jeu pour son contenu.

Quelques morceaux tirés de l’OST à découvrir :

L'avis de Delldongo

Si on peut dire que l’OST de The Witcher 3 est clairement une bande-son à ambiance, elle est aussi d’une certaine qualité et se révèle assez riche si on veut bien s’y attarder quelques moments. Au-delà des pistes aux aspects tribaux ou populaires, on pourra y découvrir des mélodies prenantes et envoûtantes, même si il faut bien reconnaître que l’ensemble souffre d’un manque de variété assez flagrant, autant dû à l’univers du jeu lui-même d’ailleurs qu’à une absence de recherche du strict point de vue musical.

Mais l’utilisation d’instruments traditionnels, couplée à des compositions qui développent des harmonies avec des modes anciens, plonge l’auditeur dans une atmosphère parfaitement homogène et bien reconnaissable. Bien entendu l’ensemble n’échappe pas à quelques poncifs (tout comme les jeux d’ailleurs) : chants « Era-ïque », longues plaintes de cordes, et autres percussions sauvages pour les musiques plus dynamiques. Certaines pistes retiennent particulièrement l’attention : Silver for Monsters ; Witch Hunters ; Fate Calls ; Welcome, Imlerith ; The Fields of Ard Skellig ou encore Hunt or Be Hunted. On signalera aussi, comme nous vous le disions en début d’article, une OST officielle des plus étranges, à laquelle il manque les pistes les plus remarquables et appréciées des joueurs.

L'avis de Natahem

Mon sentiment sur cette OST est assez étrange. Je trouve que les musiques sont très bien composées, avec une qualité assez rare pour les jeux vidéo. Pour avoir joué au jeu, je trouve aussi qu’elles s’intègrent parfaitement à l’environnement. Mais en écoutant l’OST indépendamment, j’ai tendance à m’ennuyer un peu, sans doute parce que le style est un peu trop porté sur des ambiances justement. Et ces ambiances me rappellent beaucoup d’autres RPG occidentaux ou même des films, donc on ne peut pas dire que ce soit l’originalité qui fasse sa force.

Au final, même si j’aime l’ensemble et que certaines pistes sont pas mal, je trouve que cette OST reste dans le rang des musiques de fond sonore et qu’il est difficile d’en garder un souvenir précis.

La « cover » du mois : The Fields of Ard Skellig

N'oubliez pas que vous pouvez vous acheter la bande originale officielle ici-même.

Rédigé par Delldongo, Natahem et Tennee le 3 juillet 2016

Ras le bol. J'en ai marre., Guerrier op., Legend of Foresia Thèmes
© 2000-2019 Toute reproduction interdite sans autorisation - Termes d'utilisation - Ikoula - Haut de la page
Partenariats : Le Serpent Retrogamer | Puissance Pokemon | Puissance Zelda | Final Fantasy Ring | Nintendo Master | Régie pub