Final Fantasy XV : Pocket Edition

Final Fantasy XV n'était pas encore sorti sur consoles qu'on entendait déjà parler d'un jeu mobile portant sur le même univers. Il aura fallu attendre près d'un an pour avoir des précisions, et que l'on découvre enfin cette édition de « poche » du jeu qui a tant fait parler de lui.
Après avoir reçu des avis plus que partagés pour le jeu d'origine, une quantité impressionnante de patchs et de DLC, que nous réserverait Final Fantasy XV : Pocket Edition ? Le jeu, originellement prévu pour l'automne 2017, s'est fait attendre pour finalement sortir le 9 février dernier sur les mobiles et tablettes Android et Apple.
Le titre se divise en dix chapitres. Le premier étant gratuit, il est possible de le télécharger sans payer ; ensuite, il faudra débourser au minimum 21,99 € pour profiter du jeu complet. De plus, il vous faudra également, dans ce dernier cas, prévoir entre 5 et 8 Go d'espace disque (en fonction de la résolution du jeu choisie), ce qui n'est pas négligeable.

La suite de cet article détaille l'aperçu du jeu au cours du premier chapitre.

(Re-)Bienvenue en Eos

L'histoire débute par une cinématique enflammée. Noctis, Gladiolus, Ignis et Prompto affrontent un ennemi gigantesque… et puis vous revenez à l'instant présent, une audience avec Régis, le Roi d'Insomnia et le père de Noctis. Accompagné de ses trois compagnons, le prince s'engage dans un périple en quête d'une alliance avec l'empire de Niflheim à l'occasion de son union avec la princesse Lunafreya de la province de Tenebrae de l'empire Niflheim.


Si vous connaissez le jeu sur console, cela devrait avoir éveillé quelques souvenirs. En effet, il reprend exactement le même scénario. Aussi, de la même manière que le film Kingsglaive était nécessaire à la compréhension totale du contexte de l'histoire du jeu d'origine, il en va de même ici. Si vous découvrez l'histoire avec cette Pocket Edition, n'hésitez pas à faire un tour du côté de votre téléviseur auparavant, si le jeu vous tient à cœur.
Notez que le téléchargement du jeu via le store contient la cinématique d'introduction, mais qu'une fois la partie lancée, il vous faudra patienter le temps que les données du premier chapitre se téléchargent.

Vous débutez l'aventure en poussant la voiture. Littéralement, à vrai dire. Le joueur et la fonction tactile sont dès le départ mis à contribution pour faire avancer le véhicule. Une fois à Hammerhead, vous faites la rencontre de Cindy et de Cid, qui vont s'occuper de la réparation, en échange, bien entendu, d'une certaine somme et de quelques services rendus.
Le premier constat que l'on peut faire est que le jeu est entièrement traduit et doublé en français. Il est également possible de changer la langue et de mettre les voix en anglais ou en japonais. La qualité est bien présente, c'est un fait. Mais il y a un certain décalage entre l'esthétique «chibi » et le sérieux des personnages. En réalité, quand ils parlent, ils n'ont ni mouvements de lèvres, ni expressions faciales. Ce n'est pas dérangeant en termes de compréhension, mais c'est un peu désolant.
Après de courtes discussions, vous partez à la chasse de quelques monstres. Les zones à explorer sont relativement petites : il ne s'agit pas d'un monde ouvert, juste d'un fragment des zones explorables dans le jeu d'origine. Une fois l'objectif accompli, vous pouvez retourner à l'emplacement du début de la quête pour la valider, ou poursuivre un peu l'exploration et affronter d'autres monstres.

L'aventure en miniature

Vous contrôlez Noctis uniquement. Au début, vous n'avez guère que la possibilité de vous déplacer en touchant l'endroit où vous souhaitez vous rendre (pas de stick directionnel), avec une caméra fixe qui suit vos déplacements. En touchant une caisse, un tas de sable ou tout élément en surbrillance, vous pouvez trouver des trésors à vendre ou des consommables. Des objets brillants sont également disséminés un peu partout dans les zones.

Lorsque vous voyez des monstres et allez à leur rencontre, une zone d'affrontement (assez petite) est définie autour des combattants. Ici, vous débutez avec la seule possibilité d'attaquer. Et encore, cela est automatique dès que Noctis se trouve assez proche d'un ennemi. Vous pouvez le déplacer et sélectionner une autre cible.
Ensuite, vous aurez la possibilité d'effectuer des parades ou des esquives. Elles se présentent sous forme de QTE, une alerte apparaissant au milieu de l'écran au moment où le prince est sur le point de subir une attaque surprise. Si vous êtes assez rapide, il fera une parade ou contre-attaque, mais si vous mettez trop de temps, la parade se transforme en simple esquive. Néanmoins, il s'agit d'un seul point de l'écran à toucher et cela reste assez simple. Il faudra tout de même rester à l'affût pour éviter de subir des dégâts considérables.
Enfin, il vous sera possible d'utiliser les assauts éclipse (attaques par téléportation). Ceux-ci sont utilisables sur les ennemis éloignés, en touchant quelques secondes la cible en question. Même si elles sont en dehors de l'écran, une pastille apparaît dans le coin où elle se trouve vous permettant de la sélectionner facilement. Les assauts éclipse consomment des PM, qui se rechargent automatiquement dans le temps.
Vos compagnons peuvent aussi de temps à autre vous proposer d'utiliser leur compétence pour vous venir en aide. Il vous faudra toucher le bouton qui sera apparu pour la déclencher.

Une fois équipé de plusieurs types d'armes (une épée à deux mains pour commencer), vous pourrez interchanger à tout moment entre ces armes durant le combat. La dernière arme utilisée est sauvegardée au moment de débuter le combat suivant (il n'est pas possible de changer d'arme sans être en combat).
On peut également utiliser des consommables en combat, tels que des potions, éthers ou des queues de phénix.

Vers la fin du chapitre, il est possible d'utiliser des éclipses fatales en se téléportant sur un élément du décor placé en hauteur, et ainsi prendre des ennemis par surprise. Cela ne se produit qu'une fois dans le chapitre, et on peut supposer que cet élément de gameplay ne sera pas utilisable par la suite en toute liberté.

C'est à peu près tout pour les fonctionnalités disponibles à ce moment du jeu. On peut noter la fluidité entre les passages d'exploration et de combat, ainsi que la difficulté qui n'est pas très élevée. Il peut néanmoins y avoir quelques ralentissements ou freezes de l'image par moment (dépendant sûrement de l'appareil utilisé), mais le plus gros problème rencontré concerne l'assaut éclipse. Parfois, il y a des obstacles dans la zone de combat, et il se trouve que les assauts éclipse ne permettent pas de les traverser (comme c'est notamment le cas dans le jeu d'origine). Du coup, on cherche parfois à utiliser sa compétence sur un ennemi mais on se retrouve coincé par un obstacle que l'on doit finalement contourner à la main.
En dehors de cela, les commandes sont plutôt intuitives et les combats faciles.

Voyage, voyage...

Pour en revenir à l'exploration, cela reste assez limité, en dehors des objets brillants à trouver et des ennemis à affronter, il n'y a pas grand-chose à visiter. L'histoire est beaucoup plus linéaire que dans le jeu d'origine (il y a beaucoup moins d'annexe), le contenu est allégé de manière générale, mais les zones, qui font office de donjon, ne donnent pas une grande liberté. Il y a quelques embranchements, mais menant généralement à des impasses et donnant la possibilité d'acquérir un nouveau trésor, ou de débloquer l'accès au chemin suivant.

Vous tomberez peut-être sur un objet alimentaire qui permettra à Ignis d'imaginer une nouvelle recette. Une quête se lancera alors, pour laquelle vous devrez trouver le second aliment requis.
En effet, les compétences de loisirs sont de retour, et la célèbre cuisine d'Ignis également. Il n'y a cependant pas d'accès à ces compétences via le menu, et le chapitre 1 ne permet pas d'en profiter librement. Il n'y a pas non plus de compétence de pêche à ce niveau du jeu.

Le scénario est défini par la quête en cours (indiquée par une flèche bleue sous le personnage), et terminer une quête principale vous permet de passer dans une nouvelle zone. Après avoir terminé la première partie de la quête principale à Hammerhead, vous pouvez reprendre la route à bord de la Regalia (votre voiture) vers le sud, en direction de la baie de Galdina.

Vous rencontrerez en chemin une ou deux quêtes annexes, l'une vous demandant d'aller récupérer un objet dans la zone, et une autre qui vous fera découvrir un nouveau système de chasse aux trésors. Vous trouverez le premier indice d'une carte au trésor qui vous indiquera où trouver le second indice, et ainsi de suite jusqu'à déterrer un trésor.

Entre chaque étape de votre voyage, vous profiterez de la route comme un passager, et pourrez écouter les conversations entre les compagnons, admirer le paysage, ou encore essayer de piloter en déviant un peu de la trajectoire (sans pouvoir sortir de la route). Il s'agit bien entendu d'un élément tiré tout droit du jeu d'origine, mais qui a été largement allégé lui aussi. Non seulement la phase de déplacement est assez courte, mais on peut en plus la passer. Il y a aussi quelques temps de chargement, notamment au moment de changer de quête principale, qui peuvent être assez longuets, mais certainement rien de comparable à ce qu'on a pu connaître sur console.

L'expérience de combat et de quêtes qui est gagnée est cumulée, et distribuée à chaque fois que la quête principale progresse. Des Points de Compétence (PC) sont gagnés à chaque prise de niveau.

Des menus dans le plus simple appareil

Le menu vous permet tout d'abord de voir la carte de la zone, qui indique également les marchands et les zones de combat.

Vous avez ensuite accès aux équipements des personnages. Noctis peut s'équiper de trois types d'armes différents (une épée à une main par défaut) et d'un accessoire, tandis que ses compagnons peuvent chacun équiper une arme (définie) et un accessoire. Vous pouvez acquérir de nouveaux équipements au cours des quêtes ou de l'exploration ou encore aux marchands.

Vous avez ensuite le menu des compétences. Il s'agit d'un arbre de compétences permettant de consommer les PC obtenus en prenant des niveaux. D'un côté, vous pouvez améliorer les compétences de Noctis (par type d'arme, pour la résistance, ajouter des combos d'attaque, etc.) mais vous pouvez aussi dépenser vos points dans la seconde branche qui octroie par exemple de nouvelles compétences à vos alliés, ou leur permet d'utiliser la magie. Il semble qu'une certaine quantité de ces compétences soient les mêmes que dans celles de Final Fantasy XV sur consoles, mais cela reste tout à fait accessible et facile à développer.

Ensuite, vous avez accès à l'inventaire (pour consulter ou utiliser les objets en votre possession), puis au menu des marchands. Ce dernier vous donne accès à tous les marchands que vous avez rencontrés au préalable à tout moment, et vous permet d'acheter et vendre des marchandises à distance.

Quelques détails supplémentaires

Il n'y a pas moyen de revenir en arrière puisque la progression est linéaire. À chaque fois que vous faites progresser la quête principale, une nouvelle zone se débloque et la précédente n'est plus disponible (en dehors de certaines villes ou aires de repos que vous pouvez éventuellement visiter plusieurs fois).
Cela peut être assez frustrant, mais cela a pour avantage de proposer au joueur l'histoire de Final Fantasy XV en condensée. On retrouve le scénario, mais épuré de toute fioriture, comme la surabondance de quêtes annexes et de chasses qui peuvent alourdir le jeu sur consoles. Les discussions sont plus courtes mais toujours de qualité.

Il est possible d'avoir jusqu'à trois parties différentes (sauvegardes), et de recommencer un chapitre déjà terminé autant de fois qu'on le veut (en conservant l'inventaire, l'équipement et les niveaux obtenus).

Les réglages du jeu permettent de personnaliser l'affichage pour en limiter au maximum les effets, ou au contraire avoir un rendu optimal (détails, résolution, FPS, doublages et textes, boussole, etc.). Cela aura un impact sur les données téléchargées, il est donc important de modifier en fonction de son appareil et de son utilisation.

Pour ce qui est du contenu payant, notez bien que cela ne concerne que l'acquisition des chapitres, et qu'il n'y a, pour l'heure, aucun autre DLC (consommable, cosmétique, etc.) requérant de la part du joueur de mettre la main à la poche.

Conclusion

Le jeu a été rendu accessible à tous, grâce à un système de combat simple et efficace, demandant un minimum de concentration. Cela a été également rendu possible grâce à un format épisodique, avec des sauvegardes automatiques, des missions courtes et faciles à terminer qui conviennent parfaitement au support mobile sur lequel il est disponible.
Final Fantasy XV : Pocket Edition n'aura peut-être pas tous les contenus additionnels du jeu d'origine (multijoueurs, épisodes des compagnons), mais l'histoire semble déjà se suffire en elle-même pour en faire, peut-être, l'un des meilleurs RPG sur smartphones.
Finalement, pour peu qu'on accroche au style graphique, Final Fantasy XV Pocket Edition, qui s'adresse surtout à ceux qui n'ont pas pu (ou voulu) jouer à Final Fantasy XV, est une bonne occasion de découvrir l'univers sans y consacrer trop de temps et d'argent (même si cela reste un jeu mobile assez cher, il faut l'avouer).

NB : le jeu a été testé avec un téléphone Honor 8 sous Android.

Rédigé par Tennee, le 18 février 2018

Bienvenue chez O'aka !, O'aka, FFX-2 Thèmes
© 2000-2018 Toute reproduction interdite sans autorisation - Termes d'utilisation - Hosteur - Haut de la page
Partenariats : Le Serpent Retrogamer | Puissance Pokemon | Puissance Zelda | Final Fantasy Ring | Nintendo Master | Régie pub