DS  GBA  GC  IOS  MD  N3DS  NES  PC  PS1  PS2  PS3  PS4  PS5  PSP  PSVITA  SNES  SWITCH  WII  WIIU  X360
Etrian Odyssey IV

Fiche complète de ce jeu

Après trois épisodes sur Nintendo DS, dont seul le premier est parvenu en Europe, la licence Etrian Odyssey s'attaque à la 3DS avec Etrian Odyssey IV : Legends of the Titan. Comme tous les autres volets de la série, ce nouvel opus a bénéficié d'une localisation occidentale et est désormais disponible en Amérique du Nord (il sortira sur le vieux continent lors de l'été 2013). Voyons dès à présent ce que ce Dungeon-RPG old school a à nous proposer !

Un scénario en arrière-plan

Pendant des siècles, l'arbre Yggrasil a été une présence constante dans la vie des habitants de Tharsis. Il se profile à l'horizon, visible de partout dans la ville. Mais ses racines se trouvent dans une contrée lointaine où personne ne s'est aventuré jusqu'au jour où le Comte de Tharsis a sponsorisé une guilde d'explorateurs pour atteindre Yggdrasil et découvrir ses secrets. Vous êtes le dernier explorateur à être arrivé à Tharsis pour trouver la célébrité et la fortune ! Embarquez à bord de votre montgolfière et lancez-vous dans les nuages pour trouver des trésors, la gloire, et une réponse au plus vieux mystère de Tharsis.

L'histoire d'Etrian Odyssey IV : Legends of the Titan se veut simple et directe. Peu développée, elle a néanmoins le mérite d'éveiller la curiosité du joueur et de le lancer directement dans l'aventure. Votre « personnage » n'a pas de personnalité à proprement parler, ses actions/rencontres sont brièvement décrites par un narrateur (par exemple : « Vous apercevez un objet par terre. Voulez-vous le ramasser ? »), et c'est finalement votre guilde, au sens large, qui sera au centre des événements.
Le scénario en lui-même (exclusivement en anglais), vous réservera quelques surprises et de petits retournements de situation, mais cet aspect reste véritablement très limité et ne conviendra pas à tout le monde : passez votre chemin si le scénario est pour vous l'élément principal dans un RPG. Il sera néanmoins possible de rencontrer quelques personnages (PNJ parfois jouables en remplissant certaines conditions) un peu plus travaillés au cours de vos pérégrinations dont l'aventurier Whirlwind, que vous rencontrerez fréquemment, ou des membres d'autres peuples, lorsque vous aurez suffisamment progressé dans l'aventure.

Créez votre Guilde et partez à l'aventure

À peine arrivé à Tharsis, vous devrez aussitôt faire vos preuves en créant votre propre guilde pour répondre aux requêtes du comte et des habitants de Tharsis. Pour créer vos personnages, vous devrez choisir pour chacun d'eux une classe parmi les 7 disponibles (trois classes supplémentaires pouvant être débloquées par la suite) :

- Landskecht : un « swordsmen » doué pour les attaques au corps à corps avec des épées et des rapières. Ce leader naturel permet d'améliorer le moral des troupes.

- Medic : le soigneur du groupe. Une classe quasiment incontournable qui vous permettra de faire regagner des points de vie à vos alliés, de soigner leurs altérations d'état, ou de les ressusciter.

- Fortress : le « bouclier » de l'équipe, une véritable éponge à attaques adverses qui peut par ailleurs provoquer des dégâts conséquents à l'aide des masses qu'il utilise.

- Sniper : un archer qui excelle dans les techniques de combat à distance. Il aime tout particulièrement profiter des faiblesses des ennemis et leur infliger des altérations d'état.

- Dancer : une classe de soutien pouvant assister et soigner les autres membres de l'équipe tout en conservant un potentiel offensif intéressant.

- Runemaster : ce maître des runes est un dangereux magicien qui est particulièrement efficace pour éliminer les adversaires résistant aux attaques normales.

- Nightseeker : cette classe peut utiliser des couteaux pour se battre à distance ou des épées au corps à corps. Le Nightseeker peut infliger de nombreuses altérations d'état et devient alors très dangereux, puisque certaines de ses attaques lui permettent de frapper plus fort dès que ses ennemis sont touchés par ces handicaps.

Pour chaque classe, quatre « portraits » (apparences) sont disponibles ainsi qu'une variation de couleurs. Vous pouvez par ailleurs choisir le nom des membres de votre guilde librement.

Votre équipe (au combat) pourra compter un maximum de 5 membres répartis sur deux rangs (première ligne et zone « arrière »), chaque rang pouvant accueillir au maximum trois personnages. Vous pourrez tout de même « enregistrer » jusqu'à 30 membres dans votre guilde et modifier la formation de votre équipe dès que vous le souhaiterez en vous rendant à l' « Explorers Guild », l'un des services présents dans la ville de Tharsis.

Une fois vos personnages créés, vous pourrez répartir trois points de compétence sur leurs arbres d'évolution pour les spécialiser. Dans un premier temps seules les compétences de type « Novice » seront accessibles ; lorsque vous atteindrez le niveau 20, vous débloquerez les compétences de « Veteran », puis les compétences « Master » au niveau 40.

Vers la moitié du jeu, vous pourrez également assigner une « subclass » à vos personnages pour les personnaliser davantage et bénéficier d'une gamme de compétences – plus limitée – appartenant à une autre classe. Vous disposerez alors automatiquement de 5 points supplémentaires par personnage à répartir dans l'arbre de compétences de votre choix (il est ainsi tout à fait possible d'utiliser ces points pour la classe principale du personnage...). Les « sous-classes » renforcent l'intérêt stratégique du jeu tout en rendant les choix des joueurs encore plus difficiles ! En effet, les points de compétence ne se gagnent qu'un par un à chaque fois qu'un personnage prend un niveau et il n'est pas possible de débloquer (et maximiser) l'intégralité des compétence d'un seul arbre « complet ». Avec l'accès à deux arbres, les décisions peuvent ainsi se montrer rapidement cornéliennes...

Notez – une information principalement à destination des néophytes – qu'il est possible, à la fin du jeu, de ne pas être en mesure de battre des boss tout simplement en raison de builds inadaptés. Heureusement plusieurs solutions existent pour vous sortir de ce pétrin ! Vous pouvez par exemple faire du levelling avec un nouveau personnage (un procédé long et rébarbatif même s'il existe un moyen rapide de monter des personnages directement à un niveau vétéran) pour pallier ce problème ou choisir l'option « Rest » en vous rendant au siège de la Guilde à Tharsis pour faire un reset de vos « skill points » qui vous fera régresser tout de même de deux niveaux... Le levelling pur et dur est quant à lui « rapidement » limité, vos personnages étant bridés au niveau 70 au maximum avant le combat contre le boss de fin... Cette limite pourra néanmoins être relevée au niveau 99 dans le post game après avoir vaincu certains boss.

Une ville unique

Le jeu se découpe en trois phases principales : un temps de préparation/amélioration en ville, une phase d'exploration véritable à bord de votre ballon et l'exploration à proprement parler des donjons.

Tharsis est la seule ville (véritable) du jeu. Il s'agit d'une sorte de hub où il possible d'accéder à de nombreux services tout simplement indispensables au bon fonctionnement de votre progression. N'allez néanmoins pas croire que vous pourrez explorer librement cette cité ! Vous n'aurez en effet accès qu'à un écran fixe vous permettant de sélectionner – via des sortes de menus – différents bâtiments :

- Saehrimnir Inn : l'auberge du jeu. Vous pourrez vous reposer dans cet endroit (récupérer vos HP et PT (points nécessaires pour utiliser certaines compétences), ressusciter vos partenaires, soigner leurs altérations d'état, le tout en échange de sommes d'argent qui ne cesseront d'augmenter...). Vous pourrez choisir le moment de la journée auquel vous vous réveillerez (matin ou après-midi), l'heure (visible en haut à gauche de l'écran supérieur de la 3DS) ayant une influence sur les monstres rencontrés et sur certains événements. Il sera également possible de stocker des objets dans ce lieu (votre inventaire « mobile » pouvant contenir uniquement une soixantaine d'items) ; néanmoins, la place disponible dans ce lieu sera très limitée et vous devrez réussir certaines quêtes pour débloquer des espaces supplémentaires. L'auberge sera le lieu que vous privilégierez très certainement pour sauvegarder votre partie même si vous pourrez également enregistrer vos données auprès des « Geomagnetic Poles », des sortes de portails permettant de se téléporter (que vous trouverez dans les donjons principaux et dans les zones « ouvertes » [exploration avec le vaisseau]). Une sauvegarde rapide est également accessible en dehors des combats.

- Berund Atelier : une boutique permettant d'acheter de nouvelles armes, armures, accessoires et objets. Il est également possible d'y forger certaines armes (une fois que vous aurez trouvé des « Marteaux » dans les donjons) pour leur ajouter certains effets appréciables. Comme dans tous les Etrian Odyssey, vous vous rendrez dans ce lieu pour vendre les matériaux que vous obtiendrez après avoir vaincu vos adversaires. Par ce biais, vous pourrez gagner de l'argent, et vous débloquerez progressivement de nouveaux éléments dans la boutique. La forgeronne devra en effet bénéficier des matériaux adéquats (ceux que vous aurez vendu) pour créer quoi que ce soit.

- Dancing Peacock : rendez-vous « Au Paon Dansant », pour accepter de nouvelles quêtes, les faire valider, ou encore obtenir des renseignements. En validant des quêtes (services rendus aux gens de Tharsis), vous pourrez obtenir des récompenses (argent, objets...) et de précieux points d'expérience. Le Levelling étant particulièrement lent, il s'agit d'un moyen « rapide » de faire progresser vos héros. Les quêtes prennent des formes très classiques et il faut le plus souvent « simplement » rapporter un objet/matériau bien précis ou éliminer un adversaire ciblé... Elle ne sont donc pas forcément très palpitantes mais leur utilité reste indéniable.

- Explorers Guild : déjà évoquée dans cet article, la guilde est l'endroit dans lequel vous vous rendrez pour ajouter de nouveaux membres et modifier l’organisation de votre équipe. On retiendra que le jeu nous propose de sauvegarder nos formations préférées ; un moyen efficace de switcher nos personnages pour adapter au mieux notre équipe en fonction des situations rencontrées.
Autre information importante : les membres de votre guilde qui ne se battent pas ne gagnent pas d'expérience. Ils peuvent donc rapidement devenir inutilisables si vous les laissez trop longtemps de côté. Les fans hardcores apprécieront pour leur part l'option « Retire » qui leur permettra de sacrifier un personnage de haut niveau pour en obtenir un nouveau de niveau beaucoup plus faible mais bénéficiant de meilleures statistiques.

- Cargo Wharf : un endroit dans lequel vous ne vous rendrez qu'à de rares occasions si vous disposez de la version US du soft. Ce lieu permet de gérer votre carte de guilde (et celles des joueurs que vous aurez rencontré via le streetpass ou en enregistrant des codes QR). Cette carte rassemble des informations sur votre aventure et vos statistiques (niveau maximum, pourcentage d'ennemis rencontrés...) et peut être associée à un personnage. Il est alors possible d'obtenir un code QR pour le confier à d'autres joueurs afin qu'ils puissent enregistrer le personnage en question dans leur guilde. Il existe néanmoins des limites de niveaux (débloquées dans le post game) pour que les personnages recrutés ne deviennent pas des « killers » rendant le jeu trop facile. Le Quai permet aussi de lire directement des codes QR. Grâce à cette fonctionnalité malicieuse, il est possible de débloquer de nouveaux objets, des personnages, ainsi que des quêtes additionnelles. Une simple recherche sur internet vous permettra de mettre facilement la main sur ce type de contenus. Ces outils sociaux sont des « gadgets » simples mais franchement réussis.

- Mark Grand Court : le siège du Comte de Tharsis. Ce notable vous fournira les « missions » (quêtes principales) qui vous feront véritablement avancer dans le scénario. Pour chaque mission réussie, une récompense appréciable vous attendra.

- City Gates : dernière zone de la ville, c'est l'endroit dans lequel vous devrez vous rendre pour la quitter, accéder aux zones ouvertes du jeu et vous téléporter dans les donjons – principaux et secondaires – que vous aurez débloqué. Vous pourrez modifier l'équipement de votre vaisseau avant chaque départ.

A la conquête des cieux !

La ballon est l'une des principales nouveautés de cet opus. Il permet de partir à l'exploration de zones ouvertes en 3D ; la caméra est alors située derrière la ballon et l'on avance – comme dans les donjons classiques – de case en case sur une grille matérialisée sur l'écran inférieur de la 3DS.

En équipant votre vaisseau avec certains objets, vous pourrez effectuer certaines actions spécifiques ou bénéficier de bonus. Certains items vous permettront de changer d'altitude et ainsi d'accéder à de nouveaux donjons et éléments de la zone, d'autres vous permettront par exemple de traverser des tornades (qui brisent normalement votre vaisseau et vous blessent grièvement) ou d'obtenir des aliments plus rares.

Il sera en effet possible de récolter directement sur la carte de la nourriture (poissons, viandes, fruits et légumes) que vous pourrez utiliser de différentes manières : vous pourrez cuisiner pour bénéficier d'une amélioration de statistiques/d'effets temporaires, utiliser la « Foodapult » pour catapulter de la nourriture sur la carte et profiter de cet appât pour attirer des monstres, ou tout simplement revenir en ville pour revendre – automatiquement – les matières premières acquises.

Vous l'aurez certainement compris, ces zones que l'on peut explorer fonctionnent comme des mini-donjons à part entière. Elles recèlent donc un certain nombre de dangers. Outre les tornades, vous y rencontrerez ainsi des FOE (Field On Enemy) spéciaux particulièrement puissants ou encore de terribles dragons capables d'annihiler votre équipe juste en vous touchant ! Vous y trouverez également quelques passages secrets, des trésors cachés (l'une des quêtes annexes du jeu), et des points-clés qui seront associés à des quêtes.

Vous découvrirez un donjon principal (« maze ») dans chaque zone et des donjons secondaires (« caves ») permettant de faire du levelling et de mettre la main sur de nouveaux matériaux/objets. Chaque « maze » s'articule sur plusieurs niveaux (3) et contient un boss principal ainsi que des FOE (mini-boss visibles sur la carte et bougeant en même temps que vous) qui mettront vos compétences à rude épreuve régulièrement. De manière générale, en détruisant le boss du labyrinthe, vous pourrez obtenir une sorte de clé permettant de débloquer l’accès à une nouvelle zone ouverte (et ainsi de suite). Au final, vous pourrez explorer 4 zones « ouvertes », 5 labyrinthes (+ 1 bonus) et plus d'une dizaine de donjons annexes.

Cartographier encore et toujours !

Élément caractéristique de la saga, le système de cartographie est bien évidemment présent dans ce nouveau volet. Là, il n'y pas grand chose à signaler si ce n'est qu'il s'agit d'une version encore plus complète que celle d'Etrian Odyssey III : The Drowned City. Le tout est bien pensé et permet de réaliser facilement (fonction auto-map [désactivable] aidant) des cartes lisibles avec tout un tas d'icônes à disposition. Bref on a affaire à un principe addictif qui a fait ses preuves et devrait convenir aussi bien aux explorateurs en herbe qu'aux aventuriers expérimentés.

Il est possible de cartographier l'ensemble des donjons et des zones ouvertes du jeu. Certaines quêtes vous demanderons de « pointer » des éléments bien précis de vos cartes, vous poussant de ce fait à réaliser vos cartes avec sérieux.

Indiquer où se trouvent les pièges pourra par ailleurs vous rendre bien des services...

L'écran inférieur de la 3DS permet aussi de consulter les cartes des autres donjons et zones ouvertes. Mais son interface est confuse et fait un peu brouillon. Un point à retravailler.

Des combats stratégiques

Lors de l'exploration des donjons (en vue à la première personne), des combats se déclencheront aléatoirement (les FOE sont donc les seuls adversaires visibles sur la carte). Vous vous retrouverez le plus souvent face à des groupes d'adversaires pouvant être placés – tout comme vous – sur deux lignes. Vous pourrez choisir une action par tour, pour chaque personnage : effectuer une attaque normale, utiliser une compétence, lancer des « Burst » (des attaques spéciales pouvant être déclenchées par n'importe quel personnage – sans dépense de TP – et consommant une certaine quantité de « burst », une énergie qui se remplit dans une jauge à chaque fois que vous frappez/battez un ennemi), utiliser un objet, vous défendre ou encore fuir. Le jeu vous permettra également de switcher en plein combat pour modifier le positionnement de vos personnages.

L'ordre d'attaque de ceux-ci et des monstres est déterminé par leurs statistiques (vitesse).

Les combats se montrent immédiatement stratégiques car il faut exploiter les faiblesses des monstres adverses rapidement tout en protégeant nos arrières. Les tactiques purement offensives sont parfois payantes mais elles peuvent vite se retourner contre nous. Il faut donc le plus souvent privilégier la défense, les buffs (sorts visant à améliorer de façon temporaire une ou plusieurs statistiques d’un/de plusieurs personnages), et les altérations d'état pour tirer aisément son épingle du jeu.

Il est possible d'accéder à une option « infos » pour savoir quels sont les buffs actifs et leur temps d'effectivité. Une option Auto (gâchette L) permet d'attaquer « normalement » automatiquement et vous rendra service contre des créatures faibles tout en économisant du temps et des TP. La gâchette R vous offrira pour sa part accès aux « références » des monstres, vous montrant – pour les monstres déjà rencontrés – leurs faiblesses éventuelles et les matériaux qu'ils peuvent laisser.

Le levelling est un passage obligatoire pour répondre présent lors des joutes. Une équipe trop faible pouvant se faire balayer très rapidement par un FOE (un code couleur vous indique d'ailleurs le degré de dangerosité de ces créatures) voire par certains monstres « classiques ». Les combats sont donc très nombreux mais conservent un intérêt ludique, un bon point.

Notons pour finir qu'il est possible de rencontrer des ennemis « brillants » (dont des FOE) qui vous permettront d'obtenir de l'expérience bonus si vous arrivez à les vaincre, ce qui n'est pas toujours évident vu leur propension à fuir.

Difficulté et durée de vie

Soyons clair, Etrian Odyssey IV : Legends of the Titan (en mode de difficulté normale) n'est pas un jeu à mettre entre toutes les mains. Même si les fans vous diront qu'il est un peu moins difficile que les volets précédents de la série, il n'en est pas moins un jeu exigent et plutôt difficile. Un mauvais build, un équipement non optimisé, un manque de levelling ou tout simplement une mauvaise rencontre peuvent être sanctionnés très rapidement par un Game Over. Vous perdez alors l'expérience acquise depuis votre dernière sauvegarde et les matériaux récoltés. Le début de l'aventure peut être frustrant, le manque d'argent posant problème et les ennemis n'étant pas là pour vous tailler la bavette. Le jeu est néanmoins parfaitement faisable – avec un minimum d'investissement – dans ce mode de difficulté. Le donjon et les boss optionnels débloqués après la fin du jeu, seront quant à eux bien plus difficiles et les Game Over pourront s'accumuler assez facilement.

Pour rendre leur titre plus accessible – tout du moins du point de vue de la difficulté, les Dungeon-RPG étant par essence appréciés par un public de niche – Atlus a ajouté un mode Casual à son soft. En plus de diminuer la difficulté générale du jeu (sans altérer l'histoire), cette option – accessible n'importe quand – supprime les Game Over. Lors d'une défaite, votre équipe est simplement rapatriée en ville et conserve les objets glanés lors du dernier run et son expérience. Ce principe fonctionne plutôt bien et peut rendre service à l'occasion.

La durée de vie du jeu est tout à fait honorable. Comptez entre 40 et 50 heures pour une première partie si vous ne traînez pas trop. Rajoutez une quinzaine d'heures si vous vous attardez sur le contenu post game (nouveau labyrinthe, nouvelles quêtes, nouveaux boss, limite de niveau relevée progressivement à 99). Vous n'en avez pas assez ? Vous pouvez « sacrifier » vos personnages pour en construire de nouveaux dotés de meilleures statistiques ! Ce n'est pas suffisant ? Vous pouvez accéder à un New Game + qui vous permettra de récupérer tous vos personnages, l'équipement porté et votre argent. Vous conservez également le nom de votre guilde, votre carte de guilde et pourrez récupérer (si vous le souhaitez), vos cartes et les données du « Logbook ».

Potentiellement, plus d'une centaine d'heures de jeu s'offre donc à vous !

Technique et musiques

Etrian Odyssey IV n'est pas une tuerie d'un point de vue technique. Les graphismes du jeu n'ont rien d'impressionnant avec notamment des textures plutôt pauvres dans les donjons, les personnages ne sont pas animés et sont représentés en 2D par de simples artworks, les effets restent assez simples... bref, ce n'est clairement pas le point fort du jeu.

Néanmoins, aucun temps de chargement n'est à déplorer et la direction artistique répond présente. Les donjons ont des ambiances propres – changeant suivant le moment de la journée (cycle jour/nuit) – , l'univers est agréable et coloré, et le character design de Yuji Himukai, typé manga, fait une nouvelle fois mouche. Les monstres disposent quant à eux de modèles en 3D et de véritables animations. Le monster design est assuré par Shin Nagasawa et est franchement réussi. Certains joueurs regretteront tout de même le manque de variétés de monstres, la plupart des créatures étant déclinées en plusieurs couleurs. Les artworks visibles en ville sont pour leur part de toute beauté.

Le jeu dispose d'une fonction auto-stéréoscopique plutôt réussie qui donne un effet de profondeur renforçant l'immersion. Les ennemis sont alors affichés « au fond » mais ne profitent d'aucun effets supplémentaires. Le HUD (Head-up display) est quant à lui au premier plan et fait penser à une sorte de tableau de bord. Il est par ailleurs possible d'observer le décor en manipulant le joystick, mais l'intérêt de cette option reste discutable.

La navigation dans les menus est plutôt lourde et il faudra s'investir un tant soit peu pour appréhender l'ensemble des options qui s'offrent à vous.

Pour finir sur une note positive, signalons que les musiques du jeu conçues par Yūzō Koshiro sont tout simplement excellentes. Entre des thèmes d'ambiance collant parfaitement aux décors explorés (« City of Radiant Ruin »), un thème de combat (« Gale Force ») vitaminé et des boss thèmes magistraux (« Unrest – The End of Raging Winds »), il est difficile de faire la fine bouche. Le tout opte pour une approche plus orchestrale et abandonne le « FM synthesis » qui était présent dans les opus précédents.

Etrian Odyssey IV : Legends of the Titan est au final un Dungeon-RPG parfaitement maîtrisé, totalement addictif, stratégique, honorable techniquement et artistiquement, et disposant d'une durée de vie solide. Il n'en reste pas moins un jeu de niche qui s'adresse principalement à un public s'intéressant plus au gameplay et à ses subtilités qu'à un scénario, même si ce dernier n'est pas dénué d'intérêt dans le cas présent. Le jeu d'Atlus tente néanmoins de se montrer plus accessible en proposant un mode Casual (activable n'importe quand) qui le rend beaucoup plus facile et des options sociales (carte de guilde) sympathiques. Espérons donc qu'il saura séduire d'autres joueurs grâce à ces nouvelles fonctionnalités et qu'il bénéficiera d'une localisation en français lors de sa sortie européenne, le jeu étant pour le moment uniquement disponible dans un anglais pas toujours facile d'accès. Si vous disposez d'une 3DS US, vous pouvez également télécharger une démo pour vous faire rapidement une meilleure idée du jeu.

Note attribuée : 16/20

Rédigé par Chris17cp le 24/04/2013

Retour

Les doigts dans le zen!, Rikku, FFX-2 Thèmes
© 2000-2021 Toute reproduction interdite sans autorisation - Termes d'utilisation - Ikoula - Haut de la page
Partenariats : Puissance Zelda | Final Fantasy Ring | Régie pub