ANDROID  DS  GBA  GC  IOS  MD  N3DS  NES  PC  PS1  PS2  PS3  PS4  PSN  PSP  PSVITA  SNES  SWITCH  WII  WIIU  X360  XBOXLIVE
Epic Battle Fantasy 4

Fiche complète de ce jeu

Epic Battle Fantasy 4 est le dernier opus en date de cette saga, disponible en deux versions, une version web gratuite en jeu Flash et la version Steam (au prix de 10,99 €). Cette dernière dispose de contenus supplémentaires et le test se base sur cette version. Ce titre est la création d'un seul homme, Matt Roszak, qui travaille avec Adobe Flash et publie des jeux pour le web et pour Steam. Concernant Epic Battle Fantasy 4, il s'agit d'un RPG au tour par tour qui s'inspire des vieux classiques. Ce jeu propose-t-il donc une aventure remplie de fantasy et de combats épiques, comme le suggère son nom, ou n'est-ce qu'un leurre alléchant ?

Une histoire "fun-tastique" et "fan-taisiste"

Il est bon de préciser dès le départ qu'Epic Battle Fantasy 4 est une suite de la saga, mais un résumé est proposé dès le lancement du jeu, permettant de débuter l'aventure sans avoir fait les épisodes précédents. Ainsi sont présentés le trio d'aventuriers et leur chat, qui ont vaincu un démon : Matt le guerrier, Nathalie la magicienne et Lance l'artilleur. Ces trois héros devenus des légendes, pensant avoir tous les droits après leur victoire, décident de piller des villages pour gagner leur vie. L'histoire débute avec une nouvelle héroïne, Anna, une ranger vivant à Boisvert. Son village a été pillé et le joyau sacré a maintenant disparu ; mais entre de mauvaises mains, qui sait ce qu'il pourrait arriver. Anna pense que le trio est responsable et part à leur recherche. Ainsi, la quête initiale d'Anna la conduira à s'allier aux 3 compères, qui vont joindre leur force pour vaincre une nouvelle grande menace

L'histoire est simple, mais elle est sublimée par l'ambiance et le caractère des personnages. L'humour est omniprésent dans ce jeu, ainsi les personnages ne se prennent pas trop au sérieux, et il en va de même avec le récit ou les divers éléments du jeu. Avec chacun leur propre caractère, on finit par s'attacher à ces héros, et même à attendre avec impatience leurs prochains dialogues. Bien qu'une menace pèse sur le monde, l'atmosphère est plutôt comique et amusante. Les personnages font toutes sortes de blagues, aussi bien dans les discussions principales, sur la carte du monde ou pendant les combats. Il en va de même avec les paroles des personnages secondaires. Par exemple, ils rencontrent Jamie, un jeune acteur, qui ne se cache pas de jouer un rôle de figurant au sein de l'histoire. Les objets, dans le même registre, sont aussi décrits avec humour ou sarcasme, comme par exemple la poudre à canon, "servant... Ben à faire exploser des choses", ou le CD vierge qui "pourrait même être un DVD, difficile à dire...". Par contre, même s'ils sont peu nombreux, certains passages sont un peu osés et coquins, comme les conversations concernant la poitrine d'une héroïne. Cependant, cette grande dose d'humour pourrait être pesante pour ceux qui n'en raffolent pas. Autre point qui sera développé plus tard, ce sont les nombreux easter eggs présents dans le jeu, que tout fan d'univers vidéoludique et d'animation saura retrouver facilement en diverses représentations (objets, personnages, ennemis…). En bref, c'est une aventure qui se laisse suivre entièrement avec le sourire aux lèvres, si tant est qu'on apprécie ce genre.

Du point de vue technique, la simplicité et la variété sont les maîtres-mots

Avant de débuter, un choix s'impose parmi cinq langues (français, anglais, allemand, espagnol et portugais). Après, beaucoup d'options sont disponibles pour l'interface, aussi bien sur la qualité graphique (basse, moyenne, haute), que sur les animations secondaires à activer ou non (joueurs, ennemis et arrière plan), permettant de choisir en fonction de l'ordinateur et ses performances (la configuration requise n'étant pas lourde du tout), ainsi que la taille de la fenêtre ou la résolution en plein écran.
Ensuite, tout le jeu se joue à la souris, mais on peut choisir de faire les mouvements sur la carte via le clavier. La maniabilité est simple et efficace, il suffit de cliquer dans une zone afin de marcher dans cette direction ou d'interagir avec l'environnement. Avec le clavier, les flèches permettent de bouger et la barre espace d'interagir. Le menu est très accessible et pratique à tous les instants. Il est situé en bas de l'écran, où l'on peut gérer le groupe en bas à gauche et tous les autres onglets se trouvent à côté. On accède rapidement à tout, aussi bien en mode exploration qu'en combat. Un des points essentiels reste les sauvegardes. En plus d'une sauvegarde automatique, il est agréable de pouvoir sauvegarder à tout moment sur la carte du monde. Tout est pensé pour jouer confortablement, sans passer par de nombreuses manipulations.

Pour finir, les graphismes ne sont pas très sophistiqués, rien de plus normal quand on sait que c'est un jeu flash de base, mais la variété est au rendez-vous. Les cinématiques se distinguent par leur mise en scène, faisant penser que les éléments ont été découpés dans du papier, et une boîte de dialogues en bas avec l'avatar du personnage. Deux styles différents sont utilisés pour les personnages : sur la carte du monde les personnages ont un sprite un peu chibi et dans les combats, un style d'animation flash. Le rendu fait un peu dessin animé, enfantin, c'est un parti pris mais qui est bien travaillé et soigné. Les animations sont sympathiques, aussi bien pour les personnages et ennemis que pour les décors, apportant de la vie au cours du voyage. En plus, le tout est très bien accompagné par des musiques et bruitages bons et variés, les deux s'adaptant bien à la mise en scène et nous plongent dans l'ambiance. Un reproche pourrait être fait sur le bestiaire, qui offre un éventail de monstres variés et bien réalisés, mais on retrouvera souvent les mêmes ennemis dans des jeux de couleurs différents, en fonction de l'élément entre autres (l'exemple flagrant étant le feu follet, qu'on retrouve après en tant que fée des glaces, lutin de glaise, foudre vagabonde et sylphide). Bien que le bestiaire offre une quarantaine de monstres différents, et que le « swap color » soit souvent utilisé dans de nombreux RPG, c'est un petit détail assez flagrant qui peut déranger.

En tout cas, il est facile et agréable de jouer et de se laisser embarquer dans cette petite aventure animée avec Flash.

Des environnements variés proposant une exploration riche et énigmatique

La carte du monde est découpée en carrés : elle se dévoile au fur et à mesure des incursions dans les zones. Le périple permet de visiter plusieurs régions découpées en secteurs, chacun apportant son lot d'exploration, d'énigmes, d'ennemis ou encore de PNJ. C'est un monde ouvert qui propose des lieux assez ordinaires, que ce soit une forêt, un désert, une zone enneigée : le classique est au rendez-vous. Fort heureusement, chacun des endroits apportent son lot d'énigmes à résoudre. Mais le voyage ne sera pas toujours simple, car des obstacles seront à abattre. Certaines zones ou raccourcis seront atteignables uniquement avec des objets-clefs. Par exemple, la route sera barrée par un arbuste, ou encore de la lave, donc il sera nécessaire de trouver une hache dans le premier cas ou des bottes thermiques pour le second. Bien évidemment, il faudra fouiller les environs afin de trouver l'outil essentiel. Autant dire que les allers-retours seront indispensables afin de tout visiter. D'ailleurs un système de téléportation permet de voyager rapidement, qui se fait grâce à des chats gluants. Une fois l'un de ces félins débloqué, un clic sur lui suffit pour que les héros rejoignent la zone de téléportation, dans laquelle se retrouvent tous les chats gluants rencontrés, permettant de rejoindre chacun des lieux auxquels ils sont assignés.

Cependant, l'exploration ne se résume pas seulement à trouver son chemin et à débloquer les passages. Des coffres aux trésors sont disséminés dans toute la carte du monde, certains visibles et d'autres qui n'apparaissent qu'en résolvant des puzzles. Ces derniers ne sont pas très variés et relativement peu complexes, mais ils ont le mérite d'amener une pause entre les combats, et d'apporter une petite dose de réflexion, en plus de récompenses souvent utiles. Certains coffres verrouillés nécessiteront de trouver le type de clef (cuivre, or) adéquat pour en obtenir le contenu, mais attention celles-ci sont à usage unique. Il va falloir aussi avoir un bon sens de l'observation, car des points scintillants par intermittence sont cachés à travers les éléments de décor des lieux. Il faut parfois patienter un peu afin d'apercevoir ce petit scintillement, ce qui n'est pas toujours évident dans certaines zones où se trouvent des objets qui brillent naturellement.

Des indications sont apportées tout au long du jeu, notamment à l'aide de pancartes, ou encore de bulles représentant l'objet requis pour enlever l'obstacle. Des PNJ peuvent aussi donner des indices, aussi bien pour trouver le chemin, un objet clef ou encore pour résoudre un puzzle.

Bien entendu, il y aura des PNJ marchands, et d'autres qui donneront des quêtes à accomplir. La plupart de ces missions demande d'apporter des objets, obtenus en explorant ou en affrontant des ennemis. Pas moins de trente quêtes annexes sont à accomplir pour ces personnages secondaires, rapportant à chaque fois des récompenses plus ou moins intéressantes, des objets basiques, mais aussi des équipements et compétences uniques. Il faudra parcourir le monde afin de trouver tout ce dont les PNJ ont besoin, un bon moyen de partir en vadrouille et de mettre nos talents d'explorateur et de chercheur à l'épreuve.

Durant l'exploration, les ennemis sont aussi de la partie sur la carte du monde. Il n'y a pas de batailles aléatoires, les ennemis sont visibles et immobiles. Pour lancer un combat, il faut d'ailleurs cliquer dessus. Bien que certaines batailles soient obligatoires afin de faire progresser l'histoire, la plupart peuvent être évitées. Mais les affrontements sont tout de même préconisés, ne serait-ce que pour acquérir de l'expérience, mais aussi tout simplement pour le plaisir de prendre part à des combats réellement palpitants.

Un système de combat et de compétences remarquable

Les combats sont passionnants : ils proposent tous les éléments d'un RPG au tour par tour classique, mais ils sont très tactiques car ils reposent principalement sur les faiblesses élémentaires et les altérations d'états. L'efficacité et la simplicité sont encore au rendez-vous. Trois membres de l'équipe sont actifs et le quatrième est en réserve. L'alternance est simple, soit en changeant l'ordre des membres de l'équipe dans le menu Groupe (hors combat), soit en plein combat avec la commande « remplacement » sans perdre un tour.
Au cours d'une bataille, il est possible d'obtenir toutes sortes de détails sur les personnages et les ennemis. En plaçant le curseur au-dessus sur les diverses icônes affichées, on peut connaître, par exemple, l'altération d'état en question ou les statistiques de l'ennemi qui a été scanné au préalable. En ce qui concerne le statut des personnages, il suffira de cliquer sur la barre de HP de l'un d'eux pour avoir accès à ses statistiques et résistances en combat.
Diverses données sont à prendre en compte. Les points de magie sont nécessaires pour utiliser les compétences. Les points d'invocation (SP) sont utilisés pour invoquer des monstres amicaux (des Pets trouvés ou gagnés au cours de l'aventure). La puissance d'une créature invoquée dépend uniquement du niveau de l'invocateur. Les SP sont gagnés en détruisant des ennemis, et le nombre maximum de SP augmente quand l'équipe prend des niveaux. La précision et l'esquive ont une relation dépendante, si la précision est plus haute que l'esquive de la cible, cette dernière sera touchée et vice versa. Recevoir des dégâts remplit la Limit Bar du joueur, qui, une fois pleine, permet au personnage d'utiliser une puissante attaque appelée Limit Break. Pour finir, une résistance élémentale de plus de 100% signifie que la cible va absorber cet élément.

Les combats peuvent se dérouler contre un à trois ennemis, mais il peut y avoir plusieurs vagues. Chaque héros de l'équipe choisit chacun son tour une action possible entre attaque, tactique (défense, passer le tour, changer le personnage qui jouera en premier, remplacement et fuite), compétences, compétences spéciales, invocations, équiper et objets. Puis, c'est au tour de l'ennemi d'attaquer. La fuite est toujours possible, il n'y a aucune pénalité, ce qui est pratique pour voir l'élément d'un ennemi et préparer son équipement afin de l'affronter plus tard en toute quiétude. En effet, cette stratégie peut être privilégiée dans la mesure où changer d'équipement au cours du combat prend un tour d'action. Les éléments ont des effets plus ou moins forts en fonction des ennemis rencontrés, comme la foudre qui est efficace sur les ennemis volants et les robots. À noter que tous les ennemis communs ainsi que les boss ont des forces et des faiblesses par rapport aux éléments, mais aussi aux altérations d'état. La diversité est au programme avec une multitude d'éléments : feu, foudre, glace, terre, poison, explosion, vent, eau, sacré et ténèbres ; et d'altérations d'état : brûlure, paralysie, glace, fatigué, poison, débuff, surpris, silence, trempé, affaibli, maudit et mort & condamné. Ainsi, il est donc conseillé de bien analyser l'ennemi et d'élaborer sa stratégie en fonction de ces éléments primordiaux.

Pour bien se préparer, il faut savoir que presque toutes les attaques sont élémentales et certaines compétences, telles que « Attaque Normale » et « Tir perçant » ont différentes propriétés élémentales et des effets spéciaux selon l'arme portée par l'utilisateur. Il en va de même avec les compétences uniques ou spéciales des personnages, chaque personnage ayant ainsi son utilité. De plus, la combinaison des éléments peut produire des dégâts plus puissants. En effet, tremper une cible avant de lui lancer une attaque de foudre multipliera les dommages occasionnés.

De plus, tous les équipements ont des caractéristiques différentes, apportant des bonus d'attaque ou de défense, souvent élémentaires, permettant d'adapter et d'utiliser presque toutes les pièces en fonction des adversaires rencontrés. En prime, des compétences peuvent être liées à l'équipement, donnant accès à des attaques aléatoires supplémentaires pour vos alliés entre les tours, ce qui ajoute un élément imprévisible et dynamique. En fonction des équipements, il est possible qu'un mammouth surgisse pour écraser un ennemi, ou qu'un tank attaque avec toute son artillerie, mais également recevoir des soins.

Pour finir, quand le combat s'achève, l'équipe gagne de l'expérience, de l'or et des butins. Les altérations d'état reçues au cours d'un affrontement sont enlevées une fois de retour sur la carte du monde. Les points de vie et magie se régénèrent petit à petit quand le personnage progresse sur la carte, un bon moyen d'éviter d'utiliser des objets au début. Sinon, des barriques d'eau peuvent cacher un lapin gluant qui restaure tous les HP et MP du groupe.

Pour résumer, les combats sont captivants, dynamiques, tactiques, proposant un arsenal varié aussi bien avec les attaques simples et élémentaires, les invocations, les attaques spéciales, mais qui nécessiteront une bonne préparation des équipements, des objets et des compétences au préalable.

Un contenu "fan-atique"

La très grande variété de possibilités promet une aventure totalement personnalisée pour chaque joueur. De nombreux objets sont disponibles, comme la nourriture pouvant apporter des soins ou des buff, mais aussi des objets, qui une fois consommés augmentent en pourcentage de façon permanente la statistique désignée.

Mais le plus important reste les compétences, certaines sont disponibles dès le début du jeu, mais d'autres sont à trouver ou à gagner au cours de l'aventure. Une fois en possession d'une capacité, il faut utiliser des points d'habileté (AP) pour les apprendre. Les AP sont gagnés après les combats et peuvent être dépensés dans le menu Compétences.

Chaque personnage peut apprendre un lot de compétences uniques. Mais un second onglet permet d'accéder aux compétences spéciales. Un ou plusieurs personnages peuvent apprendre ces aptitudes, mais une fois acquise par un joueur, elle n'est plus disponible pour les autres. Il faudra bien choisir l'assignement de ces compétences afin d'avoir une équipe équilibrée. Il est ainsi possible de partager les compétences de soin, ou alors de répartir des rôles précis entre les personnages, comme Attaquant ou Soigneur par exemple. Encore une bonne chose, si jamais le choix ne convient plus, il est possible d'oublier la technique. Avec plus de 150 compétences différentes utilisables, il y a de quoi établir des personnages avec des magies variées. Mais les équipements ne sont pas en reste, avec plus de 170 pièces réparties entre les quatres protagonistes. Chacun a d'ailleurs sa propre arme, et les tenues et accessoires sont partagés entre les garçons et les filles.

En plus, tout cet attirail peut être amélioré en passant par le menu Forger. Que ce soit les armes (arcs, épées, bâtons, fusils), les armures, les chapeaux ou les badges, tous peuvent être perfectionnés. Cela réclame des objets pour monter d'un niveau (le niveau maximum est variable, mais le plus haut est 5). Quant aux matériaux, les ennemis lâchent divers objets après la bataille, qui peuvent être utilisés pour améliorer les équipements ou requis pour une quête. Le bestiaire répertoriant tous les ennemis scannés (avec le « Pet » Scanbot), il vaut mieux le faire à chaque nouvel ennemi, ainsi la liste de ses stats et des objets qu'il lâche est affichée. Certains objets spécifiques sont également proposés dans les magasins en villes. C'est un atout non négligeable à prendre en compte, permettant de venir à bout de tous les défis aussi bien dans l'aventure que dans le post-game.

D'ailleurs, une zone optionnelle est disponible, le Mont Bataille, un endroit dédié à des batailles et des puzzles très difficiles. Les parties se débloquent en progressant dans la quête principale. Ici, il est possible de combattre des versions plus fortes des boss, faire des marathons d'ennemis ou de boss ou encore combattre des vagues d'ennemis dans "La bataille sans fin". De plus, le niveau des ennemis de cette région est synchronisé sur celui de l'équipe et ne donnent pas d'expérience et de récompenses. Par contre, les trésors trouvés dans ce lieu proposent des compétences et équipements uniques.

Concernant la difficulté, plusieurs choix sont disponibles et il est possible de la changer en cours de partie sans incidence : facile, normal, difficile et épique, proposant une aventure aussi bien pour les joueurs occasionnels ou hardcores. De plus, une fonctionnalité New Game + est proposée, avec des monstres de plus haut niveau, et qui permet de refaire l'histoire encore à deux reprises avec vos personnages provenant des parties précédentes. En normal, il faut compter entre 20 et 25 heures pour venir à bout de tous les challenges, mais cela peut demander plus grâce au système de médailles. Ces dernières sont un peu comme les trophées ou succès, demandant de faire des actions spécifiques, comme remplir tout le bestiaire, trouver un certain nombre de coffres ou encore venir à bout de tous les défis en difficulté épique, etc. Au nombre de 104, elles rallongent la durée de vie pour tout collectionneur ou challenger averti.

Dernier point et pas des moindres, les fans seront aux anges. De nombreux « easters eggs » sont disséminés dans tout le jeu. Les références aux monde du jeu vidéo ou des animés fourmillent que ce soit avec les PNJ (un Goku en père noël) ou les ennemis (Rafflésia), les équipements (une gunblade), ou les décors (pierre tombale avec "ci-gît Link"), les références ne manquent pas et il est amusant de les découvrir. Pour certains cela pourrait être un peu trop prononcé, mais cela reste dans l'ambiance du jeu, plutôt loufoque. Pour les amateurs de cet épisode, les bonus sont présents, notamment avec une galerie proposant d'écouter les diverses musiques, visionner les cinématiques, découvrir des concepts arts et fan art via le menu principal du jeu. Epic Battle Fantasy IV est donc un jeu réalisé par un fan et fait pour les fans !

Epic Battle Fantasy IV est un jeu très divertissant, dont on devient vite addict tandis que les heures défilent sans que l'on s'en rende compte. Le scénario embarque les joueurs dans une histoire simple, dans une ambiance où l'humour prime, et avec un gameplay au tour par tour splendide, centré sur les éléments et les altérations d'états, rendant les combats ingénieux. Le tout saupoudré avec une exploration riche, remplie de puzzles à résoudre, de quêtes à accomplir et de dignes récompenses à trouver. La multitude de compétences et d'équipements permettent de façonner une équipe à toute épreuve face à chaque ennemi rencontré. C'est un bon petit RPG abordable et le rendez-vous est pris pour le cinquième opus qui est en cours de développement.

Note attribuée : 15/20

Rédigé par Wolfangele le 27/05/2018

Retour

Ce n'est pas le genre de vaisseau qu'on confie à un timonier ordinaire commandant.Mais ne vous ..., Joker, Mass Effect Thèmes
© 2000-2018 Toute reproduction interdite sans autorisation - Termes d'utilisation - Hosteur - Haut de la page
Partenariats : Le Serpent Retrogamer | Puissance Pokemon | Puissance Zelda | Final Fantasy Ring | Nintendo Master | Régie pub