ANDROID  DS  GBA  GC  IOS  MD  N3DS  NES  PC  PS1  PS2  PS3  PS4  PSN  PSP  PSVITA  SNES  SWITCH  WII  WIIU  X360  XBOXLIVE
Brave Neptunia

Fiche complète de ce jeu

On ne présente plus la célèbre série de Compile Heart et d’Idea Factory, Hyperdimension Neptunia, qui a débuté en 2010 sur Playstation 3, et qui a eu le droit à de nombreux épisodes depuis. Et bien qu’il s’agisse avant tout de RPG en tour par tour, la série s’est aussi essayée à d’autres genres, comme le T-RPG, avec Hyperdevotion Noire, l’A-RPG, avec Hyperdimension Neptunia U, MegaTagmension Blanc, ainsi que 4 Goddesses Online, la simulation d’idol, avec Hyperdimension Neptunia PP, ou encore le shoot’em up, avec le très récent Neptunia Shooter. Mais pour la première fois dans la série, nous avons droit à un épisode inédit, totalement en 2D, nommé Super Neptunia RPG, et développé par Artisan Studios, un petit studio d’origine parisienne qui se situe à présent au Québec. Cerise sur le gâteau, le titre sera également le premier épisode de la série à être traduit en français. Mais au final, cet épisode en 2D, développé par un studio occidental, vaut-il le coup ? Réponse ci-dessous.

La 2D c’est mieux que la 3D

Le jeu démarre avec Purple Heart (la forme déesse de Neptune) aux prises avec une ombre lui ressemblant. Mais tout ceci ne semble être qu’un mauvais rêve, puisque Neptune se réveille dans un lit peu de temps après, et se rend rapidement compte qu’elle est amnésique. Elle fera alors la connaissance d’un homme en noir, qui fait partie de l’organisation Bombyx Mori. Et bien que les membres de cette organisation semblent à première vue sympathiques, voire très amicaux, il n’en est rien, puisqu’ils terrorisent les habitants de Gamindustri (le monde dans lequel nous nous trouvons). Ils obligent les gens à leur payer une taxe, avec des jeux en 2D, et n’hésitent pas à kidnapper les personnes qui souhaitent développer des jeux plus modernes, en 3D.
Étant sans argent et ne sachant pas qui elle est, Neptune va s’engager chez les Bombyx Mori, et finira par croiser Chrome, une mystérieuse femme qui a l’air de la connaître, et qui lui confiera un livre du nom de Histoire. Plus tard, Neptune rencontrera deux autres jeunes femmes, Noire et Blanc, qui sont également amnésiques. Elles feront un bout de chemin ensemble, et finiront par tomber sur Vert, une autre jeune femme qui a aussi perdu la mémoire. Elles partent donc en quête de leur identité, et d'informations sur Chrome afin de comprendre comment elle les connaît.

Tout comme les autres épisodes de la série, nous avons ici droit à un scénario très simple, mais qui est aussi très agréable à suivre grâce à son humour. Et bien qu’amnésiques, nos quatre déesses préférées gardent leur comportement habituel. Neptune se considère toujours ouvertement comme une héroïne (car son nom est dans le titre du jeu), et ne veut passer son temps qu’à manger des flans. Blanc est un vrai rat de bibliothèque qui rêve de lire tous les livres du monde, et Vert n’a qu’une envie, rester enfermée dans sa chambre pour jouer jour et nuit à des jeux vidéos. Noire est, quant à elle, plus sérieuse que les autres et souhaite par dessus tout retrouver ses souvenirs.
Il y a évidemment d’autres personnages, comme Chrome et Artisan, mais aussi les “méchantes” qui dirigent l’organisation Bombyx Mori, et qui ont des personnalités pour le moins… spéciales.
Outre l'humour omniprésent propre à la série, on trouve par ailleurs des références à de nombreux autres univers vidéoludiques, comme Mario ou encore Pokémon, mais les PNJ, ainsi que certains objets et monstres, sont aussi des références à plein d’autres licences. En bref, ce nouvel épisode conserve cet humour que l’on affectionne dans la série, et ça fait vraiment plaisir.

Neptune Profile

Que ce soit en ville, ou dans les donjons, vous contrôlez Neptune (et seulement elle), en vue de côté. Et c’est justement durant l'exploration que l’on constate que le titre s’inspire beaucoup de Valkyrie Profile, ou encore d’Exist Archive. Mais contrairement à ces derniers, il n'y a pas de carte du monde à proprement parler, puisque toutes les zones du jeu sont reliées entre elles, et il faudra se déplacer à pieds. Il sera quand même possible de vous téléporter, via les cristaux servant de points de sauvegarde, mais il faudra au préalable les avoir déjà trouvés.
Neptune devra donc traverser diverses zones, composées de plusieurs tableaux, où elle pourra sauter, ou encore exécuter une impulsion pour se propulser rapidement vers l’avant, ce qui est plutôt pratique pour avancer un peu plus vite, ou pour atteindre certaines plateformes. En avançant dans le jeu vous allez recruter également Flangoo, un petit monstre en forme de flan, qui, à l’instar des blocs de glace dans Valkyrie Profile, sert de plateforme supplémentaire pour pouvoir sauter plus haut.
Les divers lieux du jeu sont remplis d’objets et de tableaux cachés, et il faudra vraiment fouiller un peu partout pour les trouver, ce qui est parfois nécessaire pour compléter certaines quêtes. D’ailleurs, il y a également 500 gemmes, dissimulées à travers le monde, que vous pourrez récupérer, et qui permettent d’obtenir de grosses sommes d’argent, ainsi que de puissants équipements. Cela dit, la tâche ne sera pas aisée, et certaines de ces gemmes sont vraiment très très bien cachées.

Des monstres, représentés généralement par des Dogoos (les gluants de la série), se baladent dans les donjons, et un combat se déclenche si vous les touchez. Neptune peut se servir de son épée pour frapper un ennemi, et prendre ainsi l’avantage.
Les combats font, à première vue, penser à Valkyrie Profile, puisque le style est vraiment similaire, avec chacun des quatre personnages assigné à une touche de la manette. Cela dit, contrairement à ce dernier, il ne s’agit pas d’un tour par tour où vos personnages attaquent en premier, puis l'ennemi en second. Là, vos personnages, comme les ennemis, disposent chacun d’une jauge de AP (points d’action) qui augmente avec le temps, et qui permet de lancer des attaques. Mais il y a d’autres éléments à prendre en compte pour mener à bien les combats, comme les formations, qui vous octroient des effets bonus, ainsi que les diverses compétences que vos personnages peuvent apprendre.

Le manège enchanté

Chaque personnage dispose d’une formation, qui lui est propre, et qui peut donner divers avantages. Par exemple, la formation de Neptune, “Attaque”, donne un bonus de force aux membres de l’équipe, ainsi qu’un bonus de défense face à l’élément glace. Si vous avez besoin de vous soigner, prenez la formation de Blanc, “Soin”, qui permet de regagner de la vie en permanence.
Il suffit simplement d’appuyer sur les touches L1 ou R1 (pour la version Playstation 4) pendant un combat, pour changer de formation, ce qui fait en même temps changer les personnages de place. A noter que les formations peuvent également prendre des niveaux, ce qui permet d’augmenter les effets bonus.

Mais le plus important est surtout de bien préparer les compétences des membres de votre équipe. Tous les équipements du jeu, armes et autres accessoires, permettent d’apprendre de nombreuses compétences, actives en combat ou passives.
A l’instar de Final Fantasy IX, on gagne des points de compétences en terminant un combat, ce qui augmente la barre de maîtrise des équipements qui sont équipés. Quand une compétence est maîtrisée, vous pourrez la conserver même en retirant l’arme ou l’accessoire équipé(e).
En ce qui concerne les techniques pour les combats, elles ne pourront pas toutes êtres utilisées, en fonction des formations. Par exemple, la technique “Touche Aqua”, peut être utilisée avec la formation de Neptune, et celle de Chrome, mais pas les autres. Les quatre déesses ont toutes un rôle précis, Neptune se concentre sur les attaques physiques, Noire sur les attaques magiques, Blanc sur les soins, et Vert sur les compétences de soutien. Donc il est tout à fait normal que certaines compétences soient inutilisables avec les autres formations.

Pour en revenir aux combats, il faut aussi prendre en compte que les personnages ne peuvent équiper qu’une seule compétence par formation, et donc n’avoir que jusqu’à quatre techniques différentes. Mais il faudra changer régulièrement les compétences, en fonction des zones et des ennemis, car ceux-ci possèdent tous des résistances et des faiblesses.

Si vous attaquez normalement un ennemi faible aux attaques physiques, vous lui ferez non seulement beaucoup plus de dégâts, mais vous gagnerez également un bonus de AP, ce qui vous permet, entre autre, de continuer à attaquer, voire même de l’enchaîner sans s’arrêter, jusqu’à ce qu’il meurt. A l’inverse, s'il est résistant à ce type d'attaque, il prendra moins dégâts (ou sera soigné s'il l'absorbe), et vos AP peuvent finir dans le négatif, vous obligeant à attendre encore plus longtemps avant de pouvoir attaquer. Bien sûr, cela s'applique aussi pour vos personnages, et si vous absorbez également les attaques d’un ennemi, sa jauge de AP peut finir dans le négatif.
Ce système s’inspire d’ailleurs de la série Shin Megami Tensei, où si vous attaquez le point faible d’un ennemi, vous pourrez alors gagner un tour supplémentaire, et si vous êtes insensible à ses attaques, il perdra alors ses tours d’action.

Dernier point sur les combats, il est également possible de déclencher de puissantes techniques que l’on appelle “attaque frénésie”. Lorsque vous attaquez un ennemi, la jauge de frénésie, qui se situe en bas de l’écran à gauche de votre indicateur d’AP, se remplit petit à petit. Il est possible de remplir la jauge jusqu’à quatre portions, et une attaque spéciale peut être lancée dès qu’une portion est pleine.
Plus tard dans le jeu, Neptune, Noire, Blanc et Vert pourront se transformer en déesses. Une nouvelle jauge apparaîtra alors, qui se remplira à chaque fois que vos personnages subiront des dégâts. En forme déesse, les statistiques du personnage sont augmentées. Cette jauge augmente très lentement, mais cela dit, les filles se transformeront d’elles-même pour certaines batailles du scénario.

Vos personnages possèdent également des points de talents, qui leur permettent d’équiper des compétences passives. Ces talents peuvent être des augmentations de statistiques, ou encore des résistances aux états anormaux, ou attaques élémentaires. Malheureusement, le coût pour équiper un talent peut être assez élevé, et au final, sur toutes les compétences que vous pourrez apprendre, vous n’en aurez peut être que deux ou trois d’équipées. Toutefois, il est vrai que si vous pouviez en équiper davantage, vous pourriez être facilement invincible, ce qui équilibre un peu les choses. D’autant qu’il est possible de débloquer, tardivement dans le jeu, un talent qui vous permet d’absorber n’importe quel type d’attaque.

Va faire les courses, Neptune

Dans les villes, et même dans les autres lieux du jeu, comme certains donjons, vous trouverez plein de PNJ qui vous donnent des quêtes. Ces dernières ne sont malheureusement pas très intéressantes, la plupart du temps, puisqu’il faut généralement tuer des monstres ou récupérer des objets. En revanche, les récompenses valent vraiment le coup, car il est possible d’obtenir pas mal de crédits (la monnaie du jeu), ainsi que des accessoires, voire même des objets pour augmenter les statistiques. A noter quand même que les meilleurs équipements s’obtiennent via des quêtes.
En plus de cela, il existe également les chasses. Il faut se rendre dans les guildes, que vous pourrez trouver à Lastation, Lowee et Leanbox, pour prendre un contrat. Une fois la quête acceptée, il faut chercher le monstre qui est apparu dans un lieu indiqué, et le vaincre, tout simplement. Les monstres des chasses sont équivalents à des boss, et peuvent être parfois bien cachés. Ils ont tous un design unique et vous apportent des récompenses intéressantes.

En ce qui concerne la durée de vie du titre, comptez environ 25, voire 30 heures pour en voir le bout. Sachant que même après avoir terminé le jeu, vous aurez probablement encore des choses à faire, comme des quêtes, des chasses, ou des gemmes à trouver. Mais il est vrai que cela peut faire un peu court, surtout si on le compare à d’autres épisodes de la série, notamment les Re;Birth, qui possèdent un contenu énorme, et surtout un intérêt à faire des “new game +” pour voir les différentes fins.
La difficulté du jeu est un autre point qui pourra décevoir certaines personnes car il est un peu trop facile. A part quelques chasses, les ennemis et autres boss ne posent pas vraiment de problème, surtout si on a les bons talents d’équipés. Passée la moitié du jeu, de nouveau ennemis apparaissent un peu partout dans le monde et peuvent se révéler coriaces au début. Mais si on prend le temps de farmer un peu, notamment pour obtenir de l’argent et acheter les nombreux équipements pour apprendre de nouvelles capacités, les personnages deviendront rapidement très puissants.
Malgré les quelques points noirs au tableau, cela n'entame en rien le plaisir qu'on aura à parcourir le jeu, qui reste très sympathique. De plus, comme d’habitude dans la série, le titre propose un doublage Anglais et Japonais, qui est de très bonne qualité dans les deux cas.
A noter que des DLC (qui ajoutent des équipements) seront disponibles dès la sortie du titre. D’autres contenus supplémentaires payants nous ont également été révélés, mais nous ne pouvons en dire davantage pour le moment, mais cela sera une bonne surprise.

Dia vo Lhizer

L’avantage, et surtout le vent de fraîcheur qu’apporte cet épisode à la série, est sa direction artistique, qui est vraiment chatoyante. Artisan Studios a vraiment fait un superbe travail à ce niveau-là. Certains lieux sont, bien sûr, moins “attrayants” que d’autres, mais l’ensemble reste très réussi. Les décors des différentes régions sont également variés, par exemple, Lastation nous offre une vallée rocheuse, ainsi qu’un volcan juste à côté, et on passe ensuite à Lowee où il n’y a que neige et glace.
Les animations sont également très réussies, et elles retranscrivent très bien le caractère des différents personnages du jeu. C’est d’ailleurs Neptune qui doit disposer de plus d’animations, mais c’est un peu normal, vu qu’on la contrôle en permanence. Encore une fois, on peut facilement constater qu’un très gros travail a été fait à ce niveau-là.

La bande-sonore, composée par Yuki Sugiura (qui a également composé la BO de 4 Goddesses Online, aux côtés de takoyaki_o") et Denys Fontanarosa, est un vrai régal pour les oreilles. Et cela fait aussi beaucoup de bien d’entendre de nouveaux morceaux, car bien que les musiques de la série soient de bonne facture, il est vrai aussi qu’on entend trop souvent les mêmes pistes d’un épisode à l’autre.
Le thème d'introduction, Dia vo Lhizer, chanté par Eri Sasaki, est juste magnifique et vaut largement le détour. Certains lieux du jeu, comme la "Mer de Planeptune", la "Tour engloutie" ou encore la "Forêt de Yasnaya", nous offrent également de très jolis morceaux.

Ce nouvel épisode de la série Neptune est une vraie réussite. Il n'est certes peut-être pas parfait, notamment à cause de son manque de défi, et de sa durée de vie un peu courte face à d’autres épisodes de la série, mais ses inspirations reprises d’autres jeux, sa belle 2D, ses musiques, et sans oublier la traduction française, font de cet épisode un titre unique, qui fait beaucoup de bien à la série. Nous ne pouvons qu’espérer qu’Artisan Studios pourra développer un autre épisode, toujours en 2D, avec pourquoi pas en vedette les petites soeurs, ou “CPU candidates”, à savoir Nepgear, Uni, Rom et Ram.

Note attribuée : 16/20

Rédigé par Deathyuya le 28/06/2019

Retour

Attendre, toujours attendre... Quelle chierie !, Kainé, Nier Thèmes
© 2000-2019 Toute reproduction interdite sans autorisation - Termes d'utilisation - Ikoula - Haut de la page
Partenariats : Le Serpent Retrogamer | Puissance Pokemon | Puissance Zelda | Final Fantasy Ring | Nintendo Master | Régie pub