ANDROID  DS  GBA  GC  IOS  MD  N3DS  NES  PC  PS1  PS2  PS3  PS4  PSN  PSP  PSVITA  SNES  SWITCH  WII  WIIU  X360  XBOXLIVE
Cat Quest II

Fiche complète de ce jeu

Après un premier épisode qui avait su trouver un capital sympathie important grâce à un univers coloré et mignon, le studio The Gentlebros nous propose de découvrir Cat Quest II. Pour rappel, Cat Quest était à la base un jeu mobile qui fut par la suite adapté pour PC et consoles. Ce second épisode, sorti en premier lieu sur PC en septembre, porte donc a priori une toute autre ambition. De plus, puisque quasiment deux ans séparent les deux jeux, on peut se demander quels ont été les principales nouveautés et améliorations de ce second volet par rapport au premier.

Les chiens ne font pas des chats

Ce deuxième épisode de Cat Quest reprend en très grande partie tout ce qu’on trouvait déjà dans le premier : un A-RPG qui se déroule dans un monde coloré, une histoire simple à suivre, un gameplay aisé à prendre en main, le tout saupoudré de jeux de mots à base de chats et de chiens. En effet, dans Cat Quest II, on retrouve un système de jeu très similaire, ainsi qu’un style graphique identique. Si bien qu’on a presque l’impression, au début, de se trouver devant une version 2.0 du premier épisode.

Une des plus grandes différences qui saute immédiatement aux yeux est l’ajout d’un continent entier dédié aux chiens. Nous avons donc une carte du monde deux fois plus grande à explorer, sur le même principe que dans Cat Quest. Il est d’ailleurs cette fois possible d’afficher la carte du monde en entier et ainsi de mieux se repérer. Le jeu propose de toute façon le même principe : on explore le monde, en combattant les ennemis directement sur la carte, en réalisant des quêtes et en explorant les divers donjons et grottes qui se trouvent sur le chemin.

Mais la plus grosse nouveauté de ce second opus est le fait de pouvoir faire l’aventure avec l’aide d’un ami. Il s’agit en effet, d’un mode coopératif en local uniquement, un joueur contrôlant le chat jaune, et l’autre le chien blanc. Il est cependant possible de faire le jeu en solo, auquel cas il est possible de passer d’un personnage à l’autre à l’aide de la touche triangle. On pourrait penser que jouer à deux rend l’aventure plus simple, mais ce n’est pas vraiment le cas, puisque de toute façon, le second animal agira automatiquement en solo, bien que de manière assez basique. Au final, faire le jeu tout seul ou à deux ne change donc pas grand chose, si ce n’est pour le fun de jouer en compagnie d’un(e) ami(e). Il faut aussi prendre en compte le fait qu’il n’est pas possible d’équiper nos deux héros avec le même équipement. Si par exemple vous mettez la main sur une épée surpuissante, il vous faudra choisir qui pourra la porter.

Pour compenser l’ajout d’un deuxième personnage, le titre propose bien plus d’équipements que le premier opus (101 contre 66) et il sera véritablement possible de jouer un mage cette fois-ci. En effet, les bâtons servent réellement à lancer des boules d’énergie à distance, et non plus comme une arme à courte portée. Néanmoins, équiper un bâton réduit également vos points de vie de moitié, donc il faudra prendre garde à ne pas trop foncer dans le tas. Les joueurs qui préfèrent la force physique n’ont pas été oubliés, puisqu’il existe plusieurs types d’armes au corps à corps. Les épées courtes sont légères et rapides à manier, tandis que les épées lourdes, plus puissantes, seront moins maniables et plus lentes.

Heureusement, une autre nouveauté vient aider les joueurs : l’ajout d’effets passifs dont disposent les équipements qui permettent de renforcer un personnage dans tel ou tel domaine. Il est par exemple possible de créer un guerrier qui fera de meilleurs roulades, ou bien encore d’avoir un mage spécialisé dans un élément magique particulier (glace, feu, arcane, …). Cela dit, s’équiper correctement réclame une bonne dose de patience, car, comme dans le premier épisode, la plupart des équipements obtenus sont aléatoires. Quoiqu’il en soit, ce système de jeu est très plaisant, car il donne vraiment la sensation de jouer une “classe” en fonction des équipements choisis.

Globalement, le système reste malgré tout très similaire au premier épisode. C’est en collectant des équipements dans les coffres qui se trouvent un peu partout (carte du monde, donjons, récompenses de quêtes) qu’il est possible d’obtenir à nouveau le même. Dans ce cas, l’équipement augmente de niveau, ce qui améliore bien entendu ses statistiques. Si on préfère ne pas trop compter sur la chance pour faire évoluer son équipement, il existe cette fois-ci une armurière et un forgeron qui pourront améliorer nos armes et armures, contre de l’argent (contrairement au premier opus où il fallait payer l’armurière pour ouvrir un coffre et obtenir un équipement aléatoire).

Des miaougiciens qui ont du chien

Tout comme dans le premier épisode, il est possible d’obtenir des magies. Elles sont cependant un peu plus nombreuses dans Cat Quest II : 12 contre 7 auparavant. On peut les trouver en examinant des stèles qui sont éparpillées à différents endroits du jeu. On retrouve donc des magies habituelles (feu, foudre, glace, piège de piques), mais on pourra aussi en découvrir de nouvelles, comme un sort de bouclier (très pratique pour réduire les dégâts lorsqu’on joue un mage) ou bien encore le sort de gravité qui aspirera tous les ennemis à un point précis pendant un court moment. D’autres magies sont différentes par rapport au premier, comme le soin, qui est ici un sort régénérant les HP sur la durée, clairement pensé pour être utilisé en mode coopératif.

Chaque personnage peut s’équiper de 1 à 4 magies. Tout comme pour les armes et les armures, il n’est pas possible d’équiper le même sort sur les deux joueurs, il faut donc les répartir et établir certains choix. Il est ensuite possible de déclencher le sort, moyennant une certaine quantité de MP, à l’aide des touches de la tranche.

Outre les attaques normales et les magies, les personnages disposent également d”Arts Royaux”, qui sont en fait des améliorations passives de certaines actions. Ainsi, l’un d’eux permet de faire des dégâts en utilisant la roulade, et un autre permet de marcher sur l’eau afin d’explorer des zones inaccessibles autrement. Au nombre de 3, ces Arts Royaux sont donnés obligatoirement dans le scénario, et se révèlent un peu anecdotiques au final.

Techniquement, le jeu est très propre et rien ne vient véritablement entamer l’expérience de jeu. Bien que possédant des graphismes presques identiques, on remarque qu’ils ont été légèrement affinés et que les décors sont un peu plus détaillés que dans le premier volet. Les menus ont même été remaniés dans ce second opus, permettant une meilleure lisibilité de l’ensemble. En revanche, on notera le peu d’effort qui a été fait sur l’ambiance musicale. Non pas que les musiques soient mauvaises, mais elles sont reprises directement du premier opus, sans aucune nouveauté. Elles restent très agréables, bien qu’assez répétitives à la longue, mais un effort aurait été appréciable à ce niveau là.

Cat Quest II est un petit A-RPG à l’univers certes enfantin, mais accrocheur car s’adressant au final à tous les publics. Qui plus est, son gameplay est plus solide qu’on ne peut le penser. Si le jeu reste assez court à terminer (quelques heures), il dispose d’un contenu largement supérieur au premier épisode. Avec pas moins de 73 donjons et 67 quêtes secondaires, dont certains réclament des niveaux bien supérieurs à 100, Cat Quest II fera passer de bons moments, notamment grâce au mode coop. Pour faire durer le plaisir, signalons également qu’un mode “New Game +” est prévu en mise à jour prochainement, comme c’était le cas pour le premier opus.

Test réalisé sur la v1.0, sur PS4 Pro

Note attribuée : 15/20

Rédigé par Delldongo le 03/11/2019

Retour

Moi aussi je veux participer., Sharla, Xenoblade Thèmes
© 2000-2019 Toute reproduction interdite sans autorisation - Termes d'utilisation - Ikoula - Haut de la page
Partenariats : Le Serpent Retrogamer | Puissance Pokemon | Puissance Zelda | Final Fantasy Ring | Nintendo Master | Régie pub