DS  GBA  GC  IOS  MD  N3DS  NES  PC  PS1  PS2  PS3  PS4  PSP  PSVITA  SNES  SWITCH  WII  WIIU  X360
Code Vein

Fiche complète de ce jeu

Note : le jeu a d’abord été testé lors de sa sortie, puis quelques temp après avec plusieurs mises à jour (jusqu’à la 1.52). Le jeu dans l’ensemble n’a pas été changé, mais certains détails ont été corrigés ou améliorés avec les mises à jour successives. Il est possible que le jeu continue d’évoluer après l’écriture de cette review, il faut donc garder cela à l’esprit en lisant le texte qui suit.

Vous l’avez peut-être lu à plusieurs endroits, Code Vein est souvent présenté comme un Souls-like, c’est-à-dire un jeu fortement inspiré de la série des Demon Souls / Dark Souls. Il faut bien l’admettre, Code Vein présente beaucoup de similitudes avec cette série, son gameplay étant presque un copier-coller de celui des Souls. Mais il faut quand même voir Code Vein comme une franchise originale, avec un univers totalement différent et de nombreuses spécificités qui le rendent unique. Dans la review qui suit, les éventuelles comparaisons avec les Souls sont seulement là pour donner un repère aux lecteurs.
Et maintenant la vraie question : ce jeu vaut-il le coup ? C’est ce qu’on va décortiquer ici.

Une histoire de revenants dans un monde post-apocalyptique

Le jeu nous plonge dans un monde en ruine, suite à un événement appelé le Grand Effondrement, où l’humanité a presque totalement disparu de la surface de la Terre. À la place, le monde est peuplé majoritairement de Revenants. Ces derniers ressemblent fortement à des humains mais doivent se nourrir de sang et peuvent ressusciter tant que leur cœur n’est pas détruit. Certains Revenants se comportent comme des humains tandis que d’autres semblent avoir perdu toute trace d’humanité (les Revenant Perdus) et attaquent tout ce qu’ils peuvent.

En tant que joueur, vous incarnez un Revenant qui se réveille sans aucun souvenir aux côtés d’une mystérieuse jeune fille, elle-même ayant perdu la mémoire (oui, ça semble très classique comme départ, mais il y a une bonne raison derrière toutes ces pertes de mémoire). Ils se retrouvent vite mêlés à d’autres Revenants qui sont à la recherche de perles de sang, une sorte de fruit rempli de sang qui pousse sur des arbres particuliers. Ces perles sont essentielles aux Revenants s’ils ne veulent pas perdre la raison, mais elles deviennent de plus en plus difficiles à trouver, ce qui crée beaucoup de compétition.
Peu après, vous découvrez que vous possédez une habileté unique qui consiste à “absorber” le pouvoir d’autres Revenants sous forme de Codes Sanguins, faisant de vous un Revenant unique.

Si l'histoire nous plonge directement dans cet univers étrange sans trop d’explications, la suite du jeu lève peu à peu le voile sur toutes les questions que l’on peut se poser. Généralement, ces révélations se font en retrouvant des souvenirs (les vôtres ou ceux d’autres personnages), ce qui est optionnel, ou en avançant le scénario principal. C’est donc en partie au joueur de choisir jusqu’à quel point il veut aller dans les détails de l’histoire pour comprendre tout ce qui a conduit à l’état actuel du monde.

L’ambiance générale est donc assez obscure et plaira sans doute aux amateurs de vampires ou mondes apocalyptiques. Néanmoins, ce côté est fortement recouvert d’une couche de niaiseries typique des J-RPGs, avec des personnages souvent trop bienveillants (par rapport à l’univers dans lequel ils évoluent), ce qui peut vite devenir lourd à supporter. De plus, les dialogues ou saynètes auxquels on assiste ont tendance à être extrêmement mous et à traîner en longueur. Heureusement on peut toujours passer les séquences qui tournent à l’eau de rose…

Le héros : entre fashion-week et lien de sang

  • Tout est dans l’apparence

Dès le début du jeu, le joueur peut personnaliser entièrement son avatar, du moins son apparence. Vous pouvez choisir son sexe, personnaliser sa voix, son visage et ses cheveux, et l’équiper de plusieurs accessoires et vêtements. Le tout est très flexible, puisque chaque accessoire peut être placé à différents endroits du corps, en ajustant sa taille, sa couleur, son orientation… Il en va de même pour les vêtements pour lesquels on peut choisir de cacher certains éléments, et même en modifier la couleur indépendamment (comme les manches d'une chemise).
L’interface est très intuitive et agréable d’utilisation, ce qui peut inciter à passer une bonne heure à personnaliser son héros jusqu’à être entièrement satisfait. Il sera ensuite possible dans le jeu de re-modifier son apparence (sauf son sexe et sa voix).

Si tout cela est très agréable, il faut garder à l’esprit qu’il s’agit juste de l’apparence. Il n’y a aucune personnalisation des compétences ou statistiques du héros, puisque tout ou presque est déterminé par son équipement (on va le voir par la suite). Il faut aussi savoir que dans la version d’origine du jeu le héros était en permanence recouvert d’une veste (qui sert d’armure), ce qui rendait toute la phase de personnalisation un peu inutile. Heureusement ce point a été corrigé dans une mise à jour récente et il est désormais possible de cacher visuellement la veste en sélectionnant une option dans les paramètres du menu.

  • Un système d’échelle original

Venons-en maintenant aux statistiques du héros. Comme dans tout RPG, il est défini par un ensemble de caractéristiques influençant son attaque, sa défense, la puissance de ses capacités… Ce qui est original, c’est l’absence de système numérique (ou presque). La plupart des statistiques sont indiqués par des lettres, un peu comme le système de notation anglo-saxon. Ainsi, E est la plus mauvaise “note”. Ensuite on passe à E+, D, D+ et ainsi de suite jusqu’à A+, S et enfin S+ (cette dernière indiquant le maximum).

Les principales statistiques chiffrées sont les HP, l’endurance (qui limite le nombre d’actions pouvant être enchaînées), l’Ichor (équivalent au traditionnel mana) et la concentration. Cette dernière est l’équivalent d’une jauge de “limite” qui se remplit avec chaque coup reçu. Une fois pleine, le personnage entre dans un état de rage, devenant temporairement plus féroce et plus résistant aux attaques. L’attaque et la défense de chaque arme est aussi chiffrée (mais dépend de la lettre associée à votre Force ou Dextérité par exemple), ainsi que le poids transporté (qui influence vos déplacements). Enfin, une statistique de stabilité (chiffrée) indique la façon dont le personnage résiste face aux attaques.

Ce système d’échelle lettrée pourra déstabiliser au départ, mais au final on s’y fait vite, même s’il est difficile de se faire une idée de l’impact d’une amélioration de B+ à A ou d’un abaissement de C+ à C, par exemple. Le problème est plutôt le mélange de chiffres et de lettres qui rend le tout un peu confus.

  • Une évolution limitée

Pour ce qui est de l’évolution, elle se fait comme dans les Souls. Le héros gagne des Nuées en tuant des adversaires, qui servent de monnaie dans le jeu. Il conserve ces Nuées tant qu’il ne meurt pas, et peut les dépenser aux points de repos (matérialisés sous forme de pousses d’arbre) pour monter de niveau. Si vous mourrez avant de pouvoir utiliser les Nuées accumulées, il est possible de retourner à l’endroit de votre défaite pour récupérer celles perdues (mais si vous mourrez une seconde fois avant de les avoir récupérées, elles seront perdues définitivement). Tiens tiens, ça me rappelle quelque chose…
En montant de niveau (le maximum étant 300), vous améliorez les HP et l’endurance de votre personnage, et légèrement l’attaque et la défense de vos armes. Et c’est à peu près tout, car le reste des caractéristiques est entièrement déterminé par votre Classe (voir ci-dessous).

  • C’est dans votre sang

Votre personnage est défini en grande partie par le Code Sanguin que vous lui associez, qui peut être vu comme une classe. Vous pouvez changer de Code Sanguin à n’importe quel moment dans le menu principal. Vous commencez l’aventure avec 3 codes différents et vous en gagnerez une multitude d’autres au cours de l’aventure.
Le Code Sanguin détermine toutes les valeurs lettrées de votre personnage, influençant aussi indirectement toutes les autres caractéristiques (comme les HP, l’attaque…). Il détermine aussi entièrement votre réserve maximum d’Ichor. Ce point est très important : il est impossible de faire évoluer sa limite maximum autrement (sauf temporairement), ce qui signifie aussi que cette limite n’évolue pas avec votre niveau mais change uniquement en fonction du code équipé. Pour les joueurs qui ont tendance à tout miser sur le développement de la magie, cela sera assez frustrant au début, mais ce système est totalement intégré dans la logique du gameplay de combat, comme on le verra par la suite.

Chaque Code donne accès à un certain nombre de Dons (capacités), certains étant accessibles tout de suite, d’autres devant être “achetés” en dépensant des Nuées. Au départ ces Dons sont spécifiques au Code, mais si vous gardez le code équipé suffisamment longtemps vous pouvez arriver à les maîtriser. Ils deviennent alors accessibles peu importe le Code équipé.
Les Dons peuvent être équipés dans le menu principal. Certains sont passifs (avec un effet permanent ou qui se déclenche automatiquement sous certaines conditions) alors que d’autres sont actifs (s’activant manuellement) et demandent généralement de consommer de l’Ichor. Quatre Dons passifs et huit Dons actifs peuvent être équipés simultanément. Les Dons actifs sont catégorisés en plusieurs types : certains sont très similaires à des sorts, d’autres permettent de lancer des attaques physiques spéciales, et enfin certains donnent plutôt des avantages en défense. De façon générale, il y a les Dons de Ténèbres et les Dons de Lumière, l’efficacité de chacune de ces catégories étant déterminée par le Code Sanguin équipé.

Le système de Code Sanguin est plutôt intéressant puisqu’il permet de passer d’un style de personnage à un autre très facilement. Le jeu mémorise la configuration des Dons équipés pour chaque code, ce qui évite de devoir tout reconfigurer à chaque fois que l’on change. Le côté négatif de ce système est qu’au final, il n’y a pas vraiment de logique de développement du personnage, tout passe par le Code Sanguin choisi et l’équipement.

Entre capes et épées

L’équipement de votre personnage est très simple. Il consiste en deux emplacements d’armes et un emplacement pour le Voile de Sang (qui correspond à une veste).
Il existe plusieurs types d’armes (épées, marteaux, lances…) avec des vitesses d’actions et des attaques propres. Il est possible d’alterner entre les deux armes équipées à tout moment en appuyant simplement sur une touche, ce qui permet de changer de style de combat facilement. Il y a un seul type d’armes à distance, les baïonnettes, qui consomment de l’Ichor à chaque attaque. Chaque arme requiert un certain niveau de caractéristique pour pouvoir être utilisé et dépend donc du Code Sanguin équipé.

Le Voile de Sang, quant à lui, joue le rôle d’armure et détermine la façon dont vous pouvez absorber de l’Ichor sur vos adversaires. Son taux d’absorption est mis à l’échelle en fonction des caractéristiques de votre personnage (elles-mêmes déterminées par le Code Sanguin). Le choix du Voile est important pour les joueurs voulant maximiser l’utilisation des Dons et remplir leur réserve d’Ichor rapidement.

La diversité de l’équipement est suffisante pour trouver un style de combat propre à chacun. Chaque pièce d’équipement peut aussi être améliorée (jusqu’au niveau 10) et être infusée pour lui conférer un effet spécial (comme ajouter un effet d’empoisonnement à une arme, ou augmenter la résistance à l’empoisonnement sur une armure). Mais ces améliorations requièrent de dépenser des Nuées et certains ingrédients (qui peuvent être découverts au cours de l’exploration ou achetés).

Pour en finir avec l’inventaire, sachez qu’il existe beaucoup d’objets consommables. À moins de prendre le temps de bien lire l’effet de chacun pour les utiliser au mieux, ils finiront sans doute comme objets dormants dans votre inventaire jusqu’à la fin du jeu. Quelques magasins sont disponibles pour y acheter des armes ou des consommables, mais les objets les plus intéressants sont évidemment à découvrir lors de l’exploration. Enfin, vous pouvez obtenir certains objets uniques en échangeant des cadeaux avec vos compagnons (chaque cadeau offert à un personnage augmente sa jauge de points d’échanges, qui peuvent ensuite être dépensés contre une liste d’objets).

L’agressivité comme meilleure défense

Abordons maintenant ce qui constitue le cœur du jeu : les combats. Ils se déroulent en temps réel et sans aucune transition avec les phases d’exploration. Il faut toujours être sur vos gardes puisque des ennemis peuvent surgir de n’importe où, et souvent de plusieurs côtés à la fois. Le gameplay de combat est à la fois simple et efficace. Vous pouvez vous déplacer librement, attaquer et tenter d’esquiver avec un simple bouton pour chaque action. Les attaques peuvent être enchaînées pour plus de dégâts ou même pour déstabiliser l’adversaire, et attaquer dans le dos permet d’infliger de lourds dégâts critiques. En appuyant sur L2 et une autre touche, on peut facilement activer l’un des 8 Dons actifs (à condition d’avoir l’Ichor nécessaire). Un verrouillage permet aussi de cibler facilement un adversaire spécifique, ce qui peut être très utile dans un combat contre plusieurs ennemis. Enfin, un menu d’accès rapide permet d’utiliser certains objets préparés préalablement.
Il est impossible de mettre le jeu en pause, y compris durant le combat, mais il est quand même possible d’ouvrir le menu pour éventuellement changer son équipement ou ses Dons (tout en gardant un œil sur la situation pour esquiver les attaques).

Puisqu’utiliser des Dons consomme (rapidement) de l’Ichor, il faut un moyen de recharger votre réserve. Cela s’effectue en absorbant celui des ennemis. D’une part, chaque coup porté fait légèrement monter une jauge qui, une fois remplie, rend un point d’Ichor. La rapidité de remplissage dépend évidemment de votre équipement ou de certains Dons passifs. Porter un coup critique (dans le dos) permet aussi de recharger une quantité significative d’Ichor et de repousser votre réserve maximale de 2 points, permettant ainsi d’accumuler plus d’Ichor. Il est généralement possible de repousser la réserve maximale jusqu’au double de la valeur initiale, sachant qu’elle est réinitialisée dès que vous vous reposez à un point de sauvegarde, ou mourrez. Repousser votre limite d’Ichor devient vite un point stratégique lors de l’exploration de longs donjons ou pour se préparer à affronter un boss. C’est aussi un point important pour ceux qui veulent développer un personnage plutôt orienté sur l’utilisation de Dons ou d’attaques à distance. Néanmoins, il faudra toujours à un moment ou à un autre aller au contact des adversaires pour absorber de l’Ichor.
Chaque Voile de Sang possède aussi une attaque spéciale, déclenchée en appuyant sur O, qui permet d’absorber de l’Ichor. Mais cette attaque spéciale est assez difficile à utiliser en combat car assez lente. Au mieux, vous pouvez la déclencher en vous approchant dans le dos d’un adversaire, avant de commencer l’affrontement.

De façon générale, le jeu nous pousse à l’agressivité. Que ce soit pour recharger son Ichor pour déstabiliser les adversaires et interrompre leurs attaques, la meilleure stratégie est souvent de frapper le plus vite et le plus fort, avant de s’éloigner un peu pour recharger son endurance.
L’un des gros problèmes du jeu vient du manque de réactivité du personnage. Il esquive très mal (même avec un équipement très léger) et il faut souvent répéter une commande pour qu’il l’exécute, surtout pour utiliser des objets. De même, il lui faut un temps fou pour utiliser le moindre objet et il est très facile d’être interrompu par une attaque dans cet intervalle. Sachant que le jeu mise sur la difficulté des combats, ce genre de limitation peut très vite devenir agaçant.

Parlons justement de la difficulté. Si Code Vein est un peu moins difficile que les Souls en général, il met quand même les joueurs face à des défis coriaces. Certains boss peuvent vraiment se révéler complexes, notamment à cause de leur rapidité face à la lenteur du personnage. Lors de l’exploration, le joueur doit parfois faire face à un “défi du sang” qui consiste à un flot quasi-ininterrompu d’ennemis surgissant dans le lieu pour chasser le héros. En cas de victoire (en résistant jusqu’au bout de l’invasion) vous pouvez obtenir une récompense. Mais, bien souvent, ce genre d’événement vous sera fatal si vous n'êtes pas préparé…
La difficulté n’est pas forcément un problème puisque cela ne conduit pas à un game over, juste à un retour en arrière et la perte de l’expérience non assimilée.

Enfin, pour vous aider à survivre, en plus des objets consommables, le personnage dispose d’une certaine réserve de “régénération”. Elle se consomme comme n’importe quel autre objet pour restaurer vos HP, et se recharge automatiquement en se reposant à un point de sauvegarde (ou après avoir vaincu un boss). Au départ, vous commencez avec une quantité limitée de régénération, mais vous pourrez augmenter définitivement son nombre d’utilisation et son efficacité en trouvant certains objets spéciaux. Les amateurs des Souls reconnaîtront ici le même principe que l'Esthus…

Explorer un monde en ruine

Le monde de Code Vein est divisé en différentes “régions”, chacune étant reliée aux autres de façon presque continue. Il s’agit donc d’un monde semi-ouvert où vous pouvez presque tout traverser sans interruption, à l’exception de certaines régions particulières et notamment de votre base centrale. Il est aussi possible de voyager instantanément d’une pousse sacrée (qui servent aussi de point de sauvegarde) à l’autre (à condition de l’avoir débloquée auparavant).
L’ambiance du jeu est évidemment post-apocalyptique, où tout est à l’abandon. Chaque région possède néanmoins une ambiance unique. On traverse par exemple une zone montagneuse enneigée, une région obscure plongée dans le brouillard, un complexe industriel… Chaque lieu bénéficie d’un level-design riche et intéressant, se rapprochant parfois du style Donjon-RPG. Les couloirs labyrinthiques de la cathédrale par exemple, qui s'entremêlent sur plusieurs niveaux, mettront votre sens de l’orientation à rude épreuve. Une carte est disponible pour nous aider dans la progression (retraçant même le cheminement récent en pointillé) mais il faut déverrouiller son affichage pour en bénéficier. Cela se fait en trouvant des pousses particulières cachées dans le lieu, et en les purifiant. Vous obtenez alors la cartographie des alentours. Évidemment, la plupart des lieux possèdent plusieurs pousses à purifier, il faut donc pas mal de patience pour compléter chaque carte à 100%. La plupart des régions sont explorées lors du scénario principal mais il existe aussi des lieux optionnels (les Abysses) dont l’exploration est libre.
Vous avez aussi la possibilité d’être accompagné en permanence d’un compagnon (la liste des alliés potentiels s’enrichissant au fil de l’aventure). Leur efficacité en combat est assez variable, mais ils peuvent avoir des compétences de soutien assez utiles. De plus, chaque allié permet d’utiliser une compétence unique qui consiste généralement à réduire considérablement votre Ichor pour augmenter vos stats pendant un certain temps. Enfin, si un allié vous accompagne, il pourra sacrifier une partie de ses PV pour vous ramener à la vie (au moment où vous mourez), et vous pourrez de la même manière le sauver en sacrifiant vos PV. Bien sûr, la fréquence d’utilisation de cette compétence est limitée et il faut attendre un certain temps pour l’utiliser de nouveau. Mais pour certains boss cela peut vous sauver la vie.

Ce qui rend parfois l’exploration laborieuse sont les temps de chargement (lorsque vous vous téléportez entre des pousses sacrées par exemple). C’est parfois incroyablement long de charger une zone, surtout en mode coopératif (décrit ci-dessous). Même votre base centrale demande un temps de chargement aberrant étant donné l’étendue très réduite du lieu. Il y a clairement un manque d’optimisation à ce niveau-là.

Au niveau visuel, le rendu est plutôt bon, avec un style proche de God Eater 3. La modélisation et l’animation des personnages ou des ennemis sont suffisantes pour rendre le jeu agréable à l’œil. Les décors possèdent de bons effets de lumières et des textures convaincantes. Certains lieux sont quand même un peu en dessous du niveau global, notamment à cause de la répétition des visuels (comme les couloirs de la cathédrale).
L’environnement sonore est du même acabit que le visuel, généralement bon et avec des doublages convaincants pour chaque personnage (dont la langue peut être changée). Le style musical de Go Shiina pourra plaire ou non selon les goûts, mais il reste de qualité.

Mode multi-joueurs

Un mot pour finir sur le mode coopératif du jeu (accessible pour les abonnés au PS+). À la manière des Souls, vous pouvez demander de l’aide à un autre joueur, ou être invoqué dans la partie d’un autre joueur pour lui prêter main forte. Si l’intention est louable, l’exécution est très discutable. Tout se déroule en passant par le menu principal. Si vous lancez un signal de détresse, vous pouvez fermer le menu et continuer votre partie en attendant que quelqu’un réponde (il sera automatiquement invoqué près de votre position). En revanche si vous voulez aider d’autres joueurs, vous devez garder le menu ouvert et vous ne pouvez rien faire d’autre. De plus, le jeu vous renvoie souvent un message après 3 secondes de recherche pour dire qu’il n’y a personne à aider. Du coup, vous devez relancer une recherche manuellement, et continuer ainsi jusqu’à ce qu’enfin, le jeu trouve un appel de détresse.

Il est possible de communiquer avec un système d’émotes (que l’on peut personnaliser et enregistrer dans un menu d’utilisation rapide). Mais, pour une raison mystérieuse, le jeu refuse parfois d’ouvrir leur menu d’utilisation.
Le mode coopératif prend fin lorsque l’un des joueurs meurt ou après avoir vaincu le boss de la zone. L’interruption est souvent très brutale puisque vous n’avez même pas le temps de saluer l’autre joueur avant d’être coupé de sa partie.

Enfin, sachez qu’il n’y a pas de mode Joueur-contre-Joueur, pour ceux qui pensaient pouvoir mettre des bâtons dans les roues de leurs amis...

Code Vein est un jeu tout à fait correct si on accroche au gameplay, bien entendu. Il offre au joueur une aventure intéressante, mettant sur sa route des épreuves coriaces mais pas impossibles à surmonter. Sa durée de vie est satisfaisante (40h) si on prend le temps de tout explorer. Le jeu est en revanche régulièrement noyé dans une niaiserie typique d’un J-RPG, brisant l’ambiance post-apocalyptique vampiresque qu’il tente de mettre en avant. De plus, la lourdeur des personnages en combat peut vite faire perdre patience. Mais en acceptant ces limitations, il est tout à fait possible de passer un très bon moment (si on aime souffrir sur un jeu difficile bien sûr…). Code Vein reste assez original (bien que très calqué sur la série dont il s'inspire) dans le paysage vidéoludique pour être remarqué et salué.
Et pour les plus téméraires, il est même possible de recommencer l’aventure après l’avoir terminée, tout ça avec l’option de choisir une difficulté beaucoup plus élevée (on peut même enchaîner ainsi les new game + en augmentant à chaque fois le niveau de difficulté…).

Note attribuée : 15/20

Rédigé par Natahem le 19/07/2020

Retour

Tu n'auras pas mal... enfin, pas trop., Lulu, FFX Thèmes
© 2000-2020 Toute reproduction interdite sans autorisation - Termes d'utilisation - Ikoula - Haut de la page
Partenariats : Puissance Zelda | Final Fantasy Ring | Régie pub