ANDROID  DS  GBA  GC  IOS  MD  N3DS  NES  PC  PS1  PS2  PS3  PS4  PSN  PSP  PSVITA  SNES  SWITCH  WII  WIIU  X360  XBOXLIVE
Puella Magi Madoka Magica : The Battle Pentagram

Fiche complète de ce jeu

Alors qu'il existait déjà un RPG sur Madoka disponible sur PSP et uniquement au Japon, cette série nous revient dans un épisode plus typé action sur PS Vita. Pour ceux qui ne le savent pas, Puella Magi Madoka Magica est à la base un manga/animé (et des films aussi). Comme son titre japonais l'indique si bien (Mahō shōjo) son genre est le « Magical Girl ». Mais, attention aux mauvaises critiques, le Magical Girl n'est pas forcément mauvais ou ultra niais, d'autant que l'univers de Madoka est bien plus sombre que cela, voire même parfois « dérangeant » par certains aspects. Quoiqu’il en soit, ce qui nous intéresse ici, c'est le jeu, même si nous allons devoir quand même parler un peu plus du scénario.

Madoka

Mettons tout de suite quelque chose au clair : ce jeu ne passera probablement pas les frontières du Japon. Mais même si vous ne comprenez pas la langue, il est quand même largement jouable, et si bien sûr vous avez quelques notions en japonais, cela sera d'autant plus facile. Il intéressera principalement les fans de la série. Donc, connaître suffisamment bien l'animé/manga suffira amplement, à quelques détails près.

Vous l'aurez bien entendu compris, ce jeu retrace exactement la même histoire que le manga/animé. Commençons du côté du scénario ; mais autant vous prévenir que ça va spoiler, donc si vous n'êtes pas déjà familier avec l'histoire, mieux vaut sauter le paragraphe qui va suivre.

« Le jeu démarre sur un prologue qui va retracer les grandes lignes de l'histoire. Comprenez par ce terme les batailles importantes. Ce prologue sert notamment de tutoriel pour prendre le contrôle des cinq filles. Alors même si l'une des premières batailles se trouve être avec Madoka et Mami dans l'environnement de la sorcière Patricia (ce qui, je le rappelle, n'est visible que bien plus tard dans le passé d'Homura), le reste suit de façon que l’on connaît : Mami va mourir face à Charlotte, Sayaka va affronter Elly pour sauver Madoka du hangar où des gens voulaient se suicider. On fait ensuite l'impasse sur Elsa Maria pour prendre directement le contrôle de Kyoko, qui devra se battre contre Oktavia. Et enfin, Homura va échouer contre Walpurgis Night.
Le vrai jeu démarre donc après ça, Homura se servant de ses pouvoirs pour revenir un mois dans le passé afin d’éviter le drame. Néanmoins, contrairement au manga/animé, elle ne va pas empêcher Madoka de devenir une Magical Girl ; en fait elle va plutôt convoquer toutes les filles (qui ont déjà tous leurs pouvoirs) pour s'allier entre elles, dans le but de vaincre Walpurgis Night au bout de 30 jours. Les combats contre les sorcières se suivent plus ou moins dans le bon ordre ensuite : Gertrud, Charlotte, Elly, Elsa Maria, Izabel, Patricia et Wallpurgis Night. Oktavia étant un boss optionnel se débloquant après avoir fini le jeu, donc sur des niveaux bonus, vu que dans la trame de base du jeu, Sayaka ne meurt pas. »

FIN DU SPOIL.

Voilà : ceux qui seraient tentés par ce jeu savent à présent à quoi s'attendre. Pour les petits curieux qui ne connaissent pas Madoka (ou si vous avez quand même lu), vous aurez donc compris qu’il s’agit bien de Magical Girl, mais on n’est pas pour autant face à des jeunes filles qui vont se mettre à chanter ou agiter leur bâton magique dans tous les sens (oui, je parle de clichés), mais réellement à quelque chose de bien plus sombre.
Bien sûr, on reste dans le thème de l'amitié (et accessoirement un peu de l'amour), mais nos cinq héroïnes seront quand même confrontées à l'échec, voire même à la mort, ce qui pourra les plonger dans la tristesse, allant même jusqu'à la dépression. On notera également la mise en cohérence de l'existence des sorcières dans notre monde, car même si seules les Magical Girl peuvent les voir, les suicides, les meurtres inexpliqués, et même les catastrophes naturelles en sont leur œuvre. C'est donc un excellent animé que je ne peux que vous recommander à regarder, ou accessoirement à lire, le manga étant en 3 volumes (ceci dit, les combats en mettent plein la vue dans l'animé).

Pour finir avec la présentation du scénario, quelques détails ont pu être oubliés mais seront détaillés dans les éléments de gameplay du jeu, notamment concernant les Soul Gem.

Sayaka

Le jeu se déroule donc sur 30 jours, avec des phases de jour et de nuit. Le jour, vous devrez choisir une scène (parmi deux ou trois en général) qui font donc interagir certaines des filles entre elles.
Il est vrai que ces scènes sont en grande partie exclusives au jeu, c'est-à-dire que vous ne les verrez pas dans l'animé par exemple, néanmoins les conversations orales restent faciles à comprendre pour un connaisseur de la série maîtrisant quelques mots de japonais. On retrouvera quand même quelques scènes connues, comme Hitomi croyant que Madoka et Sayaka ont une relation, ou le fameux duel entre Kyoko et Sayaka dans la ruelle (bien que ce combat ait commencé car Kyoko a mangé tous les morceaux de gâteau).

Les phases de nuit feront donc place aux combats. Et tout comme pour le jour, vous devrez parfois choisir entre plusieurs niveaux. Cependant, précisons une chose, le jeu ne se déroule pas sur un temps limité. Vous pouvez à tout moment si vous le souhaitez, refaire des niveaux que vous avez fait (et donc débloqué) pour ainsi faire progresser les personnages.

Lorsque vous sélectionnez un niveau, vous aurez le choix de jouer avec n'importe laquelle des cinq filles. De plus, vous pourrez en sélectionner une autre en tant que partenaire. C'est-à-dire qu'elle agira d'elle-même, en rendant les choses quand même bien plus faciles, malgré l'IA assez misérable du jeu (mais on reviendra sur ça plus tard...). Il arrivera parfois que certains niveaux requièrent de jouer avec un personnage précis, généralement dans le cas d'un duel entre les filles. Mais ce cas-là étant assez rare, vous restez généralement assez libre de ne jouer qu'avec votre personnage préféré si vous le voulez.

Un dernier point quant à tout ça (et non des moindres), les filles vont (et doivent surtout) développer des liens d'amitié entre elles. Elles auront toutes, neuf petits cœurs jaunes et neuf gros cœurs roses. Quand vous aurez gagné dix cœurs jaunes, cela créera un rose. Pour gagner des cœurs c'est très simple, il suffit de regarder les scènes (les phases de jour) ou de compléter des niveaux (phase de nuit). Mais les cœurs gagnés ne seront distribués qu'entre les filles concernées par la scène en question, ou les deux qui seront parties au combat (autrement dit, celle jouée et celle sélectionnée en tant que partenaire).
Ces liens d'amitié sont très importants, car ils permettent de gagner des attaques spéciales entre les filles, de dévoiler un tas de nouvelles scènes (et de débloquer des artworks pour la galerie), et enfin d'obtenir de nouvelles fins.

Mami

Parlons maintenant d'un point qui fâche un peu quand on commence le jeu : le gameplay !
Alors non, il est loin d'être mauvais, il est d'ailleurs assez dynamique, mais pas au début, et au final ça fait un peu tâche pour un jeu centré sur l'action.
En fait, quand vous faites les premiers niveaux du jeu, il y a peu d'ennemis, les filles sont assez lentes, et il faut s'habituer aux commandes. Bien évidemment, en gagnant en expérience et en augmentant surtout l'agilité, elles pourront se mouvoir bien plus rapidement, et leur « moveset » se trouvera tout autant enrichi. Le problème étant qu'il faut un bon moment avant de se sentir dans un jeu réellement dynamique, notamment en prenant en compte toutes les attaques qu'il est possible de réaliser.

Un autre élément important : le lock. Ce dernier vous servira surtout à voir la barre de vie des ennemis, mais il est indispensable sous peine d'être sans cesse imprécis dans vos attaques. Alors si vous vous mettez au milieu d'un groupe d'ennemis, et que vous faites une attaque de zone, pas de soucis, en revanche pour d'autres attaques cela sera plus problématique (au choix, le lancer de grenades d'Homura). Et ça compte même pour les attaques normales, sachant que quand les personnages ont lancé un enchaînement, elles ne s'arrêtent pas avant de l'avoir fini (même si on arrête d'appuyer) : si l'ennemi n'est pas locké, elles taperont généralement dans le vide.
Une fois la cible tuée, le lock se déplacera sur l'ennemi suivant. L'ennui étant que parfois, il se focalisera sur un ennemi lointain, alors qu'un autre viendra juste d'apparaître devant vous.

Avant d'enchaîner sur le point le plus fâcheux (l'IA), un mot rapide concernant la caméra. On peut la tourner librement quand on veut, et en général elle ne vous posera pas vraiment de problèmes. Mais parfois, quand on a locké un ennemi qui vient vers nous, alors qu'on est dans une petite salle, on se retrouve avec la caméra complètement collée au personnage, et on ne voit plus grand chose. A part ça elle reste relativement correcte.

Donc maintenant l'IA... que ce soit au niveau des alliées, comme des ennemis, c'est un peu catastrophique. Tout d'abord les alliées : la fille que vous allez prendre comme partenaire avant de commencer un niveau. Globalement on a juste envie de les secouer par moment, se demandant pourquoi elles restent plantées sur le terrain à ne rien faire. Parfois elles vont elles-mêmes se jeter dans le vide, pour on ne sait quelle raison (?). Mais on constate quand même qu'avec le temps elles sont un peu plus réactives. C'est peut être dû à la montée d'expérience ou juste au niveau d'amitié (voire les deux), mais ça s'arrange quand même un peu (même s'il ne faut pas s'attendre à un exploit).
En ce qui concerne les ennemis, c'est le fait de devoir leur courir après. Généralement pour progresser dans un niveau, pour faire apparaître une porte voire un interrupteur, il faut se débarrasser de tous les monstres. Malheureusement, certains préfèrent vous ignorer et faire le tour des salles. Ça n'a l'air de rien dit comme ça, mais on perd du temps (et c'est embêtant) à souvent revenir en arrière car on a oublié un ennemi, ou à devoir lui courir après.

Kyoko

Voyons à présent comment vont évoluer nos Magical Girl. A la fin de chaque niveau, vous gagnez de l'expérience qui vous fera évidemment monter en niveau. Celle que vous avez choisie en partenaire gagnera également de l'expérience, mais beaucoup moins.
Mis à part l'expérience, vous gagnez évidemment des points d'amitié (qu'on a déjà abordé plus haut) mais aussi des « spell books ». Ces derniers sont très importants, dans la mesure où ils vous permettent d'améliorer tout ce qui concerne les compétences et les magies.

Les magies sont ce qu'il y a de plus important. Toutes les filles possèdent quatre « attaques » magiques (oui, car certaines ne sont pas vraiment des attaques), et on ne peut en équiper que trois. Il faudra donc faire un choix. Ces magies peuvent être améliorées en fonction du niveau et du nombre de « spell book ». Exemple tout simple : quand un personnage est au moins au niveau 5 et que vous possédez au moins un « spell book » vous pouvez améliorer ses magies au niveau 2. Quand vous avez amélioré une magie, vous pouvez l'équiper à n'importe quel niveau débloqué, tout simplement car, si à plus haut niveau elle sera plus puissante ou aura des effets accrus, elle consommera également plus de MP. Il faut donc faire un choix en fonction des statistiques du personnage. Faut-il plutôt prendre une magie plus puissante quitte à consommer trop rapidement les MP, ou garder la magie d'un niveau inférieur et pouvoir l'utiliser plusieurs fois ?

Ensuite il y a les compétences passives. Comme pour les magies, vous ne pouvez en équiper que trois, et vous les débloquez en passant des niveaux, ou en terminant plusieurs fois le jeu (compétences spéciales). Cela dit, toutes les filles ont exactement les mêmes compétences passives, sauf qu'elles les déverrouillent toute à un niveau différent. Sayaka, par exemple, possède la compétence d'augmentation d'HP dès son niveau 1, alors que Madoka devra attendre le niveau 53 pour la débloquer. A l’instar des magies, vous pouvez améliorer ces compétences en dépensant des « spell book ». La plupart peuvent être améliorés quatre fois, c'est à dire jusqu'au niveau 5. En revanche, les compétences protégeant contre les statuts anormaux ne peuvent être améliorées que deux fois (donc niveau 3 maximum). Et il existe aussi quelques rares compétences étant de base au maximum.

Il y a cependant une dernière chose que les filles gagnent en passant des niveaux, ce sont des points bonus. Ces points vont servir à augmenter les statistiques de vos personnages. Toutefois (mais c’est un avis personnel), il ne vaut mieux pas les dépenser immédiatement, ou juste au nombre exact nécessaire, sous peine de ne pas pouvoir atteindre les stats maximum. En effet, bien que les filles augmentent leurs statistiques de façon bien différente, par exemple Kyoko et Sayaka sont plus typées corps à corps, elles auront donc plus de STR, contrairement à Madoka qui sera la meilleure en MAG. Malgré cela, quand elles arriveront au niveau 99, elles auront toutes les mêmes statistiques, à savoir 8039 HP/MP et 205 partout. 255 étant le maximum pour les stats, il faut donc dépenser 50 points dans 5 statistiques différentes, soit dépenser 250 points pour mettre une des filles à son maximum.
Le mieux est donc, soit d’attendre le niveau 99, soit de bien distribuer 50 points à chaque stat, et pas un de plus. Car évidemment ces points étant limités, vous n'aurez au final pas une marge d'erreur possible.

Homura

Revenons rapidement sur un élément du gameplay : la tension. Sous la barre d'HP et à côté de celle des MP, vous avez une barre de tension qui dispose de 4 rectangles. Cette barre sert quand vous avez sélectionné une partenaire avec vous. Au début vous ne pourrez dépenser qu'un seul rectangle, ce qui aura pour effet d'appeler votre partenaire devant vous et de dégager les ennemis aux alentours. Cependant, lorsque votre niveau d'amitié sera suffisamment élevé, vous aurez accès aux attaques spéciales, qui coûtent les 4 rectangles, lançant alors une attaque de masse faisant de gros dégâts.
La barre de tension se remplit d'ailleurs plus ou moins vite en fonction du niveau d'amitié.

Et maintenant intéressons-nous à ce qu'on voit dans le coin gauche, la fameuse « Soul Gem ». Mais avant de détailler les effets des Soul Gem dans le jeu, on va d'abord expliquer ce que cela représente dans l'animé/manga. Quand une fille devient une Magical Girl, une Soul Gem est créée. On pourrait voir ça comme une âme résidant dans un orbe. Et si la Soul Gem vient à être détruite, la fille meurt, c'est aussi simple que ça.
Néanmoins, quand les filles combattent (dans l'animé/manga), elles consomment de la magie, ce qui noircit petit à petit leur Soul Gem. Pour la purifier, elles doivent vaincre des sorcières qui peuvent éventuellement laisser une Grief Seed (un œuf de sorcière) à leur mort. Si une Soul Gem devient complètement noire et bien... à vous de le découvrir.

Pour en revenir aux Soul Gem du jeu cette fois, elles ont également un niveau. De base elles sont au niveau 10, et elles agissent un peu comme des vies supplémentaires. Lorsque votre personnage n'a plus d'HP, elle va se retrouver à terre, mais vous pourrez appuyer tout simplement sur la touche « Select » pour la ressusciter. Cela consommera 3 points de votre Soul Gem. Si votre partenaire vous ressuscite en revanche, cela n'en consommera que 1. Et vous pouvez également remettre votre barre de MP à fond en appuyant sur « Select » ce qui consommera 1 point de votre Soul Gem.

Comme dit précédemment, votre Soul Gem est au début du jeu au niveau 10, donc 10 points au total. Vous pouvez améliorer le niveau des Soul Gem grâce aux Grief Seeds détenues par les sorcières que vous affronterez. Il y a cependant plusieurs rangs de Grief Seed, normal, bronze, argent et or. Et comme vous pouvez l'imaginer, plus le rang est élevé, plus cela donnera d'expérience, mais il sera également plus rare à obtenir.

Kyubey

En ce qui concerne la durée de vie du jeu à présent, elle est plutôt bonne, mais pose également un souci : la répétitivité. Finir une première fois le jeu vous prendra environ 10-15 heures, tout dépendra de votre façon de jouer, à faire évoluer toutes les filles ou juste une ou deux. Cependant, si vous voulez tout faire, il vous faudra au moins 4 parties. Cela signifie monter le niveau d'amitié à fond entre toutes les filles, voir toutes les scènes, débloquer tous les niveaux et voir les 4 fins du jeu. Alors pourquoi répétitif alors que cela s'annonce comme une bonne replay-value ? Tout simplement parce que vous aurez l'impression de refaire éternellement les mêmes niveaux en boucle. Il existe peut-être plusieurs niveaux pour chaque sorcière, mais ça se résume à passer par les mêmes salles, les mêmes décors, affronter sans cesse les deux ou trois mêmes familiers (les monstres propres à chaque sorcière) et au final cela devient lassant. Même les niveaux optionnels (et les plus difficiles) ne sont généralement que des niveaux pour affronter les mêmes boss en plus fort ou tous les monstres du jeu en masse.

Mais si vous voulez quand même tout faire, vous en aurez pour au moins 40-50 heures. Sans compter que les trophées du jeu, assez simples dans l'ensemble à obtenir, prendront effectivement du temps. Les derniers trophées (en or) demanderont justement de tout faire. Finir tous les niveaux du jeu, augmenter toutes les filles au niveau 99, voir les meilleures fins. Bref vous l'aurez compris, il faudra vous armer de courage, ou juste jouer par petites sessions.
Dernière petite chose sur les trophées, certains sont assez « amusants » à obtenir, puisqu'ils demanderont de battre une sorcière avec un ou deux persos précis (exemple du tout premier : vaincre Gertrud avec Mami). Les fans devraient donc trouver sans mal avec qui battre chaque sorcières (tant qu'on connaît bien l'animé/manga).

Au niveau de la difficulté, elle n'est ni trop élevée, ni trop basse. On pourrait penser que c'est assez difficile au début, premièrement à cause du gameplay, et deuxièmement car il n'est pas rare de mourir en une ou deux attaques d'une sorcière. Même les simples monstres peuvent vous mettre au tapis en l'espace de quelques attaques. Il n'est pas rare non plus de se prendre souvent des états anormaux, et le poison est un véritable fléau ! Cependant, si on s'équipe des bonnes compétences, et après avoir bien pris en main le gameplay et « maîtrisé » les esquives, ça passe tout seul.

Pour ce qui est des graphismes, c'est un peu inégal... Autant les artworks, et les quelques scènes en dessin animé sont vraiment très réussis, autant les graphismes en 3D lorsque vous lancez un niveau le sont beaucoup moins. Si les personnages, familiers comme sorcières, sont tous très reconnaissables, techniquement cela reste assez pauvre. Et on a déjà vu bien mieux sur cette console.

Musicalement en revanche on sera au top, puisqu'on retrouvera des pistes provenant directement de l'animé/film. Pour vous donner une idée, vous traverserez certains niveaux avec « Sis puella magica ! » en fond, ou encore le combat final avec « Surgam identidem » ; bref du très très bon. Les autres pistes sont également très réussies et collent parfaitement à l'univers de Madoka.

Ce nouveau titre de Madoka sur Vita est assurément un bon jeu. Reprenant l'histoire que l'on connaît, à peu de choses près, en y introduisant quelques scènes exclusives pour notre pur bonheur, il ravira évidemment tous les fans. Néanmoins, une technique un peu à la ramasse et un gameplay qui ne se met pas du tout en valeur en début de partie, entachent sans conteste le jeu. La répétitivité du titre peut aussi globalement lasser et fait partie des points négatifs, même si la durée de vie reste élevée si on décide de tout faire et tout voir. Les fans, à qui le jeu est destiné, peuvent ne pas prêter attention à ces quelques défauts et prendre beaucoup de plaisir à parcourir le jeu en entier.

Note attribuée : 14/20

Rédigé par Deathyuya le 21/03/2014

Retour

L'humanité atteindra-t-elle jamais une telle pureté ?, Yunalesca, FFX Thèmes
© 2000-2018 Toute reproduction interdite sans autorisation - Termes d'utilisation - Hosteur - Haut de la page
Partenariats : Le Serpent Retrogamer | Puissance Pokemon | Puissance Zelda | Final Fantasy Ring | Nintendo Master | Régie pub