DS  GBA  GC  IOS  MD  N3DS  NES  PC  PS1  PS2  PS3  PS4  PS5  PSP  PSVITA  SNES  SWITCH  WII  WIIU  X360
Okami

Fiche complète de ce jeu

Initialement sorti sur Playstation 2 en 2007, Ōkami avait ensuite bénéficié d'un portage sur la Nintendo Wii l'année suivante. Si la définition de l'image n'en a pas été améliorée (il faudra alors attendre la sortie de la version HD du soft en Octobre 2012 sur Playstation 3), la nouveauté majeure est l'utilisation de la Wiimote pour contrôler le Pinceau céleste. Voyons en quoi ce titre a su marquer toute une génération de joueurs.

Un conte directement inspiré du folklore japonais

Il y a très longtemps, dans le Nippon ancien existait le paisible petit village de Kamiki, entouré de majestueux cerisiers, chacun de ces arbres était honoré comme un kami. Cependant, Kamiki recelait également de sombres traditions. Pour satisfaire l'appétit d'Orochi, le légendaire dragon à huit têtes, une jeune fille devait être sacrifiée lors de la cérémonie annuelle du village. A cette période, un loup blanc nommé Shiranui rôdait dans Kamiki et tous pensaient qu'il était complice du monstre. Arriva une année où Izanami fut désignée. Le guerrier Izanagi, qui éprouvait de forts sentiments pour elle, décida d'aller à la rencontre d'Orochi à la Cave de la Lune à la place d' Izanami et d'en finir définitivement avec lui.

Après un combat inutile face à la résistance d'Orochi, Izanagi était sur le point de se faire tuer par le monstre lorsque Shiranui surgit. Le loup affronta le dragon à son tour mais fut mortellement blessé. Dans un dernier effort il poussa un hurlement en direction du ciel. Les nuages se dissipèrent alors pour laisser apparaître un croissant de lune, lequel émit un rayon illuminant la lame de l'épée d'Izanagi. Ce dernier rassembla ses dernières forces et trancha les huit têtes du monstre. Shiranui était mortellement empoisonné et mourut au village où Izanagi l'avait ramené. Grâce à ce combat, la paix était revenue à Kamiki. En l'honneur de Shiranui, les villageois lui érigèrent un sanctuaire avec une statue de loup. Quant à l'épée d'Izanagi, elle fut baptisée "Tsukuyomi" et placée dans la Cave de la Lune.

Cent ans plus tard, quelqu'un s'introduit dans ce lieu afin d'y dérober l'épée légendaire mais libère du même coup l'esprit d'Orochi qui répand de nouveau les ténèbres sur tout le pays. Seul le village de Kamiki, protégé par le pouvoir d'un cerisier divin est épargné. Sakuya, l'Esprit des Forêts et protectrice du village, appelle la déesse du soleil Ōkami Amaterasu en donnant vie à la statue de Shiranui, afin qu'elle purifie le Nippon du mal et qu'elle bannisse les ténèbres qui s'y sont répandues. Issun, un artiste errant minuscule et sautillant qui était caché dans le kimono de Sakuya, décide d'accompagner la louve Amaterasu.

Après avoir récupéré la Technique Lame Lumière dans le Sanctuaire d'Izanagi (grâce à l'aptitude Renaissance récoltée peu avant), mené deux affrontements tutorés par Issun puis libéré l'esprit du village et rendu vie à ses habitants, votre mission de restauration du Nippon peut réellement commencer.

Cette entrée en matière permet l'immersion immédiate du joueur dans cette histoire aux allures de conte japonais. L'inspiration est d'ailleurs bien réelle puisqu'on y retrouve des éléments du folklore nippon tels que certains monstres (les Oni par exemple et même plus généralement les Yokaï) ou encore des légendes quelque peu modifiées ("Susanoo et le dragon à huit têtes"). L'histoire se découpe en plusieurs étapes entrecoupées d'une transition narrative nous faisant de plus profiter d'une magnifique estampe illustrant le récit. On prend un réel plaisir à progresser dans le scénario qui est plutôt prenant et réserve un certain nombre de surprises dont certaines totalement inattendues. L'émotion et l'émerveillement sont au rendez-vous. Toutefois, si le jeu ne s'appesantit pas sur les passages émouvants, c'est en grande partie grâce (ou à cause) d'Issun. Ce petit personnage qui ne s'encombre pas de formalités (il appelle la louve Ama car il trouve son nom trop long) et qui n'a pas sa langue dans sa poche n'aura de cesse de détendre l'atmosphère et de faire sourire le joueur à de nombreuses reprises, que ce soit par des plaisanteries ou par son comportement. Amaterasu n'est pas en reste car bien que muette, elle a son petit caractère et fera parfois sa forte tête ou encore taquinera son compagnon de route. Dans le même registre, on remarquera qu'un certain nombre de personnages sont très caricaturaux à commencer par Sakuya et la prêtresse Tsuzurao (délicatement surnommée "Gros nénés" par Issun à tel point qu'on en oubli son vrai nom). De même le thème musical (« Tsuzurao's Theme ») de cette dernière rend le cliché encore plus drôle. Ce traitement humoristique de l'histoire peut séduire bon nombre de joueurs mais il en décevra (voir agacera) peut-être certains. En effet, certaines scènes auraient mérité un ton un peu plus sérieux. Cela étant dit, le dosage reste tout à fait correct et lorsque l'émotion doit prendre l'avantage, l'humour sait s'effacer.

En ce qui concerne les PNJ, il est bon de noter que chacun a sa propre personnalité ce qui est parfois amusant. Même si les doublages sont exclusivement des voix yaourt (ce qui pourra finir par irriter pour peu que l'on n'en soit pas très friand), on remarquera que chaque personnage en possède une qui lui est propre et qui est en accord avec celui-ci.

Notons aussi qu'il est parfois assez difficile de se remémorer les noms de certains personnages en raison de leur longueur et/ou ressemblance avec d'autres même si globalement, cela ne gêne pas trop la progression dans le jeu.

Pour finir, et bien qu'il soit assez difficile de se perdre dans l'aventure, le personnage de Baba la voyante, résidant dans la Forêt d'Agata, vous indiquera pour une poignée de ryo ce que vous devez faire pour avancer dans l'histoire.

Une véritable œuvre d'art nippone en trois dimensions !

Évidemment, ce qui saute aux yeux lorsque l'on commence à jouer, ce sont ces graphismes tout à fait splendides ! On ne peut que rester admiratifs devant le travail graphique réalisé par le studio Clover. On a réellement l'impression d'évoluer à l'intérieur même d'une fresque de l'art japonais. Les décors et les personnages sont réalisés en cel-shading, ce qui donne un rendu 3D d'excellente qualité. Lors des cut-scènes, les bandes noires sont remplacées par du papier stylisé et les transitions avec les phases de jeu se font par enroulement de parchemin. Le seul petit reproche que l'on pourrait formuler au niveau visuel est le manque de netteté parfois un peu gênant (les mots en rouges sont moins aisément lisibles), mais il faut tenir compte des capacités de la Wii qui s'en sort tout de même très bien. Pour avoir le meilleur rendu à ce sujet, il faut se tourner vers la version HD du soft sortie fin 2012 sur la PS3 (et PSN). Toutefois, les possesseurs d'une Wii U pourront profiter de l'upscale.

Les lieux sont vastes et bien travaillés : de la touffe d'herbe à la statue en passant par le rocher, on n'a jamais le sentiment de vide ou de monotonie des paysages. De plus, les différents lieux sont rendus vivants par la présence d'animaux de-ci de-là. On note également l'existence d'un cycle jour/nuit (contrôlable à partir d'un certain point de l'aventure).

L'ambiance musicale est elle aussi de toute beauté ! On y retrouve presque exclusivement des instruments traditionnels japonais, ce qui est tout à fait en accord avec le style graphique employé ainsi que l'histoire racontée. Chaque piste est utilisée à bon escient en fonction des événements et donne une dimension supplémentaire au jeu. Bon nombre d'entre-elles sont mémorables comme "Giving Kushinada a Ride", "Shinshu Plains I" ou encore "The Sun Rises" pour ne citer que celles-ci.

Explorez, c'est permis !

Comme évoqué un peu plus haut, vous aurez l'opportunité d'explorer de vastes zones, le passage de l'une à l'autre nécessitant un temps de chargement qui reste toutefois court. Il pourra s'agir soit de la campagne nippone, soit de villes ou villages, soit de donjons. Elles seront regroupées en plusieurs grandes régions, chacune possédant son propre Arbre Gardien. La plupart du temps, il vous faudra commencer par faire refleurir ces Arbres afin de chasser la malédiction qui recouvre la zone. A noter que si vous pénétrez dans l'aire touchée par la malédiction avant de l'avoir dissipée, vous perdrez de la vie rapidement. Par ailleurs, notons que la caméra est plutôt bien réglée et vous causera rarement des soucis. La plupart du temps, vous pourrez la contrôler à l'aide de la croix directionnelle de la Wiimote, tandis que vous dirigez la louve via le joystick du Nunchuk. Si vous le souhaitez, vous pourrez éloigner la caméra ou adopter le point de vue de la louve, ce qui se révèle parfois bien utile dans les zones les plus grandes. C'est le cas lorsque vous avez besoin d'une vue d'ensemble ou au contraire de visualiser un endroit précis. De même, la carte de la zone affichable en transparence durant l'exploration par une simple pression rend bien des services. Notons que la carte des différentes zones du Nippon est débloquée au fur et à mesure de la progression dans le jeu et est accessible depuis le menu du jeu (déployé sous forme d'éventail).

Votre mission principale étant de chasser les ténèbres ainsi que les Yokaï, vous devrez utiliser votre Pinceau céleste pour faire fleurir les zones flétries. Il arrivera également très souvent que vous trouviez des cerisiers morts que vous pourrez raviver grâce à la Technique Floraison (une des 13 Techniques du Pinceau). Chaque zone comporte également quelques Portes Démoniaques. Il faudra alors les traverser pour lancer un affrontement avec des Yokaï. A l'issu du combat, celle-ci disparaîtra et laissera revenir la végétation. Ces actions, outre le fait qu'il s'agisse de la mission d'Amaterasu, rapportent des Sphères de bonheur, en quantité variable selon l'action. Celles-ci permettent d'améliorer les Attributs divins de la louve et du Pinceau céleste, à savoir, la jauge de vie, la jauge d'encre, le nombre d'Estomacs mystiques (permet d'éviter un Game Over en ressuscitant Ama lorsque ceux-ci sont remplis) et la taille de la bourse contenant les ryo (monnaie du jeu).

Il existe de nombreuses autres façons d'en récolter : rendre service à un personnage ou nourrir les animaux que vous croisez ou bien encore, déterrer et raviver les trèfles à quatre feuilles disséminés dans tout le Nippon.

Des éléments classiques à la sauce Kami !

Comme dans tout RPG qui se respecte, vous trouverez des coffres disséminés dans chacune de ces zones, plus ou moins cachés (parfois de manière très fourbe) et qu'il faudra de temps à autre extraire du sol (à l'aide du bouton C du Nunchuk). A noter que ceux-ci sont plus facilement localisables la nuit car ils émettent un rayon lumineux. Leur contenu est variable : il peut s'agir d'item de soin, de boost momentané (attaque/défense augmentée sur une courte durée lors d'un combat) ou encore de trésor (que vous pourrez revendre pour augmenter votre cagnotte).

Dès le début de l'aventure, vous obtiendrez la capacité appelée Lame Lumière. Outre son utilité en combat, elle permet de trancher des éléments du paysage, tels que des arbres, des buissons ou encore des pierres. Mais quelle en est l'utilité me direz-vous ? Et bien, cela vous fournira des pots d'encre (la jauge d'encre se remplit aussi au fil du temps mais plus lentement) ou des Soleils d'énergie (pour recharger votre barre de vie) et surtout des aliments qui rempliront progressivement votre ou vos Estomac(s) mystique(s). Et quand ils seront pleins, les aliments récoltés se convertiront automatiquement en ryo. Précisons que faire refleurir un arbre flétri accordera aussi de la nourriture pour la louve.

Chaque zone possède son propre marchand auprès duquel vous pourrez acheter des items de soin ou de boost (saké...), des objets nécessaires pour certaines quêtes ou encore certaines armes. C'est aussi à lui que vous revendrez vos trésors, vos objets ou vos poissons (l'une des quêtes annexes étant la pêche). Vous rencontrerez également un autre type de vendeur (trois au total dans tout le Nippon) qui vous proposera des items et surtout des Talismans sacrés en échange de Crocs de démons (se reporter au paragraphe sur les combats). Amaterasu peut porter trois Talismans simultanément mais il en existe huit. Ils peuvent être facultatifs ou obligatoires mais sont dans tous les cas très appréciables. La Tablette d'Eau permet par exemple de marcher sur l'eau, ce qui sera extrêmement pratique, lorsque l'on sait que la louve voit sa vie diminuer lorsqu'elle est en milieu aquatique et que la technique faisant apparaître des nénuphars est rapidement agaçante, surtout lorsque le dessin effectué au Pinceau est mal reconnu.

Finissons cette partie en nous attardant un instant sur les points de sauvegarde, appelés Miroirs des Origines. Ceux-ci permettent en effet non seulement de sauvegarder votre partie, mais ils vous soignent également. De plus, à un certain point du jeu, il vous sera possible d'utiliser certains d'entre eux pour vous téléporter à un autre Miroir des Origines dans tout le Nippon. Un dernier mot sur la téléportation : au milieu de certaines mares, vous verrez un tourbillon vert appelé Source de Sirène. Si vous y jeter une Pièce de Sirène (ou grâce à une Technique du Pinceau acquise via une quête annexe), cela vous permettra de vous rendre rapidement à une autre de ces Sources dans une autre zone du Nippon.

Là où Ama passe, les Yokaï trépassent !

Lors de l'exploration, les monstres à combattre sont représentés par des Parchemins Démons flottants au-dessus du sol dont la couleur varie au fil de la progression dans le Nippon suivant leur degré de difficulté. Le combat s'engage lorsque vous les touchez, sachant qu'ils viennent à votre rencontre si vous les approchez de trop près. Une barrière circulaire se met alors en place autour de vous tandis que les Yokaï se déploient.

Vous pouvez attaquer de différentes manières. Soit vous utilisez l'arme divine équipée pour porter des coups aux monstres. Amaterasu peut s'équiper de trois types d'armes différents : les Miroirs qui permettent de porter 3 coups successifs, les Rosaires privilégiant la vitesse à la force, et les Épées offrant une double attaque puissante mais nécessitant un petit temps de charge.

La louve peut également porter une arme secondaire. Il s'agit des mêmes que précédemment, sauf que leur compétence est modifiée : le Miroir servira de bouclier (qui renverra parfois l'attaque d'un ennemi vers lui-même), le Rosaire pourra tirer des perles et l’Épée lancera soit une puissante attaque (après l'avoir chargée) soit une charge aérienne (en sautant préalablement). L'attaque avec l'arme primaire est réalisée en donnant un à-coup (ou des à-coups successifs pour les Rosaires) avec la Wiimote. L'utilisation de l'arme secondaire se fait par une pression sur le bouton Z du Nunchuk. Précisons qu'il sera également possible d'apprendre un mouvement d'esquive qui se fera en déplacement vivement le Nunchuk dans la direction souhaitée.

Toutes ces commandes se révèlent hautement intuitives et seront très vite assimilées. Au fil du jeu, vous pourrez former la combinaison d'armes qui vous convient le mieux, chacune d'elles possédant ses propres attributs même si les nouvelles armes obtenues (parfois à l'issu de combats de boss) se révèlent généralement bien plus puissantes que les précédentes et auront votre préférence.

Mais cette technique d'attaque ne sera pas valable pour tous les ennemis. En effet, certains d'entre eux seront insensibles ou peu sensibles à vos armes et vous devrez recourir à l'utilisation du Pinceau céleste. Là encore, certaines Techniques seront à privilégier sur certains Yokaï. Ainsi, les monstres de base pourront être anéantis en 2 ou 3 coups de Lame Lumière, tandis que d'autres devront être débarrassés de leurs flammes grâce à Vent Glorieux. Ce sera à vous d'identifier leur point faible si vous souhaitez pouvoir les battre rapidement et si pour certains ce sera une simple formalité, d'autres en revanche nécessiteront plusieurs tentatives. Dans tous les cas, une fois que vous aurez rencontré un ennemi, celui-ci sera répertorié dans le Bestiaire. Vous pourrez alors y retrouver un petit indice sur la façon de le battre efficacement, en plus d'un court descriptif de sa mythologie.

Vous aurez aussi l'opportunité de faire davantage de dégâts à vos ennemis lorsque ceux-ci perdront leurs couleurs. En effet, lorsque vous vous acharnez sur un Yokaï, ou lorsque vous évitez certains de ses assauts, il peut subitement devenir gris avec des étoiles au-dessus de sa tête, durant quelques secondes. Si vous lui assénez un (ou plusieurs) coup de Lame Lumière à cet instant, les dégâts occasionnés sont plus élevés. Certains boss coriaces seront achevés plus facilement grâce à cela.

La Technique Lame Lumière vous sera également utile afin de priver certains Yokaï de leur arme, en plus de les rendre gris un instant (et donc plus vulnérables). Vous pourrez également barbouiller d'encre les ennemis afin de les aveugler momentanément, ou encore faire pousser des arbres (en dessinant des points sur le sol) ce qui aura pour effet de les gêner dans leurs attaques.

Vous aurez aussi la possibilité de vous aider de Charmes (de purification, de conjuration ou d'exorcisme) stockés dans votre inventaire afin d'enlever quelques PV supplémentaires à vos ennemis récalcitrants. A ce propos, notez que le menu principal sera aussi accessible en combat et que le temps sera figé tant qu'il restera ouvert. Vous pourrez ainsi également accéder à vos items de soin et de boost. Si besoin, vous pourrez aussi, par ce biais, changer votre équipement en plein affrontement, mais aussi visualiser le Bestiaire si vous ne parvenez pas à battre un monstre.

Tirer un maximum de ces joutes

En combat, la jauge de vie d'un monstre s'affiche en bas de l'écran. Toutefois, seule celle du démon actuellement attaqué est montrée, et il arrive parfois de ne plus savoir à quel Yokaï il ne reste que peu de vie et lequel n'a pas encore été beaucoup blessé. On peut donc difficilement cibler notre attaque sur les ennemis les plus mal en point à tel point qu'on peut se retrouver en situation délicate lors des combats les plus corsés, avec des monstres forts à qui il ne reste que peu de vie mais qui continuent à nous rouer de coups, sans que l'on sache qu'il suffirait d'un coup pour les achever.

Notons également qu'il est possible de quitter un combat (hormis les combats de boss ou certains ennemis spéciaux). Pour cela, il vous suffit d'utiliser Lame Lumière sur un des trois points lumineux dans les parois entourant le scène de combat, ou bien d'y porter deux coups à l'aide de votre arme, puis de passer au travers. Cependant, quitter le combat affectera votre niveau de divinité. Celui-ci s'affiche en bas à gauche de l'écran lors des combats. Sa couleur va du vert au rouge en passant par le jaune. Il vous permet d'être protégé de certaines attaques. Sa protection est maximale au vert et elle diminue avec le jaune puis le rouge jusqu'à disparaître lorsque l'icône n'est plus apparente. Ainsi, plus vous combattrez et moins vous fuirez, plus ce niveau sera élevé.

C'est aussi en combat que vous pourrez récupérer des Crocs de démons. Pour cela, vous pourrez tout d'abord employer une Technique du Pinceau sur un ennemi que vous venez d'achever. En effet, durant une ou deux secondes, le Yokaï tombera au ralenti et si vous utilisez la bonne Technique (Lame Lumière par exemple suivant les ennemis), vous obtiendrez un Croc de démon. Les deux autres moyens de récupérer des Crocs prouvent une fois de plus le ton humoristique (si l'on peut dire) des créateurs du jeu. Ainsi, la technique de combat Foudre d'Or permet à Amaterasu d'uriner sur un ennemi afin de lui dérober 1 Croc ; quant à la seconde, intitulée avec classe Rage de Bronze, elle permet à la louve de déposer une crotte explosive au cœur de l'arène touchant ainsi plusieurs ennemis et leur dérobant 2 Crocs chacun. Toutes deux sont apprises au Dojo.

Après avoir vaincu un ennemi, vous gagnerez de l'argent, des pots d'encre et quelques fois des Soleils d'énergie. Enfin, à l'issu du combat (donc une fois que vous avez battu tous les Yokaï), vous recevez une autre somme d'argent, variable selon le combat et surtout selon le temps que vous aurez mis à finir l'affrontement. En revanche, pas de points d'expérience, puisqu'il s'agit bien sûr d'un Adventure-RPG. Comme expliqué précédemment, les capacités de la louve sont améliorées grâce aux Sphères de bonheur, mais aussi par les armes et Talismans. C'est aussi votre maîtrise des commandes et équipements qui feront votre force.

Techniques du Pinceau et Techniques du Dojo

Au fil du jeu, Amaterasu va récupérer 13 Techniques du Pinceau céleste. Certaines d'entre-elles possèdent plusieurs niveaux d'amélioration, le premier étant toujours obtenu avec l'avancée du scénario. En effet, à certains moments, une constellation apparaîtra dans le ciel dont il manquera des étoiles. Vous devrez en placer une à chaque extrémité de trait afin d'appeler le Fudegami contrôlant l'une de ces capacités pour qu'il vous la rende. Pour utiliser le Pinceau céleste, il suffit de maintenir appuyé la gâchette B de la Wiimote. L'image se fige alors avec un effet parchemin. Un pinceau apparaît au-dessus et un encrier en haut à droite vous indique la quantité d'encre restant à votre disposition. A noter qu'en règle générale, un dessin réussit (donc pour lequel l'effet est déclenché) consomme un pot d'encre dans la jauge d'Amaterasu affichée en haut à gauche de l'écran, juste sous la barre de vie. Cependant, certaines Techniques dont le niveau est plus élevé (2 ou 3) peut consommer plus de pots d'encre suivant la taille de votre dessin. Pour dessiner, il suffit ensuite d'appuyer sur A et de déplacer la Wiimote de façon à réaliser la bonne forme. Les Techniques sont utilisables hors et en combat. Il suffit alors d'être astucieux et observateur pour savoir comment les utiliser. Pour vous rafraîchir la mémoire, chaque Technique est recensée dans le menu du jeu et vous pouvez y retrouver les indications sur la façon de s'en servir. Certaines d'entre-elles possèdent un ou deux niveaux d'amélioration, débloqués soit par un don pécunier, soit par la réalisation d'une quête annexe. Elles sont ensuite recensées dans le menu du jeu, afin d'y retrouver des explications si besoin. Par exemple, Lame Lumière 2 vous permettra de couper les rochers de fer et Lame Lumière 3 vous octroiera également la capacité de briser les rochers de cristal. Il vous sera aussi possible d'apprendre de nouvelles techniques de combat ou d'améliorer vos capacités d'exploration, moyennant finances, auprès du Maître du Combat Onigiri-sensei. Ce dernier gère trois Dojos à travers le Nippon et vous apprendra entre autres à réaliser un double saut ou à esquiver. Mais il vous permettra aussi d'augmenter le nombre d'attaques successives réalisables avec chacun des trois types d'armes. Par exemple, « Les Quatre Vents » permet d'attaquer une quatrième fois avec un Miroir.

Une reconnaissance assez hasardeuse des mouvements

Si l'utilisation de la Wiimote pour contrôler le Pinceau céleste est au départ une excellente idée et la principale nouveauté de cette version Wii, c'est aussi malheureusement le gros défaut de ce jeu.

La reconnaissance des mouvements de la Wiimote est parfois hasardeuse, surtout dans l'utilisation de la fonction du Pinceau céleste et il n'est pas rare de devoir recommencer une ou deux fois le même dessin pour qu'il soit reconnu. En effet, la précision demandée est trop élevée par rapport aux capacités de la manette (le Wii Motion Plus aurait probablement fortement contribué à régler ce problème). Il arrive donc parfois de déclencher une capacité à la place d'une autre. Au contraire, il arrive aussi qu'un dessin très approximatif reconnaisse la capacité souhaitée. Autrement dit, tout cela est un petit peu brouillon et fini par agacer, surtout lorsqu'un certain timing doit être respecté (mention spéciale à la floraison de l'Arbre Gardien de Konohana à Kamiki) ou dans certaines situations critiques.

Concernant les mouvements du Nunchuk, il arrive de réaliser une roulade ou une esquive involontaires. Si cela a rarement des conséquences létales, cela oblige cependant parfois à escalader de nouveau une falaise, repasser un chemin délicat, demandant précision et rapidité, et c'est parfois un peu décourageant. Il faut donc faire attention à ne pas faire de mouvement brusque malheureux avec la main tenant le Nunchuk, ou encore éviter de trembloter. Cela peut aussi se produire avec la Wiimote qui, lorsqu'elle est balancée, permet de réaliser une charge en avant et pourrait parfois vous précipiter dans le vide.

En revanche, le fait de contrôler la louve avec les mouvements de la Wiimote (charge en avant et attaques) et du Nunchuk (esquives et roulades) donne réellement le sentiment de l'incarner ce qui est vraiment très agréable. Ainsi, l’immersion est franchement très réussie, en dépit des soucis de reconnaissance des capacités du Pinceau, et le système de commande unique de la Wii fait une nouvelle fois ses preuves. C'est un vrai bonheur de parcourir le Nippon sous les traits de cette louve !

Durée de vie, quêtes annexes et replay value

Combien de temps faut-il pour terminer cette petite merveille ? C'est la question qu'on est en droit de se poser. Si vous êtes du genre fonceur, que vous évitez la majorité des combats et que seule l'histoire vous intéresse, vous pouvez compter une bonne trentaine d'heures. En revanche, si vous prenez plaisir à parcourir le Nippon, que vous souhaitez accomplir toutes les quêtes annexes et finir le jeu à 100%, il ne vous faudra pas moins d'une cinquantaine d'heures au bas mot, voire une soixantaine si vous y allez tranquillement.

Vous l'aurez compris, les joueurs friands de quêtes annexes en auront pour leurs ryo ! En effet, le jeu propose toute une flopée d'à-côtés réalisables tout au long de l'aventure. Ainsi, chaque zone compte un certain nombre d'animaux à nourrir (vous pourrez acheter les aliments auprès des marchands). Cela donnera lieu à une très jolie scène (que vous pourrez passer si elle vous saoule au bout de la cinquantième fois). Le pourcentage d'animal nourri pour chaque espèce sera répertorié dans le menu du jeu. Sur le même principe, vous pourrez aider des pêcheurs à attraper des poissons grâce à une sorte de mini-jeu. Ceux que vous aurez attrapés seront eux aussi indiqués dans le menu avec le nombre que vous possédez de chaque, exactement comme pour les trésors trouvés au fil de l'aventure. Certains PNJ (dont les pêcheurs) vous demanderont (directement ou indirectement) des services qui une fois rendus vous rapporteront des Sphères de bonheur et parfois des améliorations de Techniques. Quatre personnages vous confieront ainsi un Avis de recherche sur lequel figurent des Yokaï particuliers à éliminer. Quelques quêtes se présentent sous la forme d'un mini-jeu en scrolling horizontal dans lequel vous devrez creuser, casser, éviter des blocs de roche et diriger un PNJ vers un point précis situé tout en bas du puzzle. Il vous sera également possible de battre des boss bonus dans le but de remporter un Fragment Solaire (trois Fragments rajoutent une unité d’Énergie solaire dans votre barre de vie). Une fois ceci fait, une Porte Démoniaque apparaît. Vous devrez en battre dix d'affilée pour obtenir la seconde récompense (une Perle Errante). Les monstres seront ceux de la zone environnante mais en beaucoup plus puissants. Autant dire que votre bras va souffrir !

En explorant et en aidant les PNJ, vous trouverez/obtiendrez des Perles Errantes. Si vous parvenez à collecter les cent (la dernière étant donnée lorsque vous finissez le jeu), vous débloquerez le Rosaire Suprême, le Talisman ultime du jeu vous offrant vie et encre illimitées ainsi que dégâts multipliés par 10, tout ceci bien sûr lors d'un New Game +. Toutefois, l'intérêt de ce dernier est tout à fait limitée et ne sera qu'une excuse pour refaire le jeu si vous l'avez fortement apprécié. En revanche, ce sera le seul moyen de pouvoir utiliser les Réincarnations (autres apparences pour Ama) débloquées à l'issu de votre première partie, si vous remplissez les conditions requises (Yokaï anéantis, Bonheur reçu, etc.).

Pour terminer, notons que lorsque vous aurez fini le jeu, vous débloquerez un certain nombre de bonus, à savoir des artworks, des pistes de l'OST ainsi que des vidéos (telles que des bandes-annonces du jeu).

Bien que le portage sur Wii d'Ōkami ne soit pas aussi satisfaisant que ce qu'il aurait pu être grâce aux possibilités offertes concernant le contrôle du Pinceau céleste, l'utilisation du combo Wiimote & Nunchuk reste un quasi sans faute et fait honneur au titre de Clover ! Les commandes intuitives donnent vraiment le sentiment d'incarner la déesse Amaterasu. Niveau immersion, la travail graphique n'est pas en reste et c'est une réalisation de haute volée à laquelle on a droit. Si vous n'aimez pas la culture japonaise, passez immédiatement votre chemin (à moins que ce jeu puisse justement vous faire changer d'avis) car le titre transpire de son inspiration du folklore nippon, et c'est au sein d'une véritable estampe en 3D que l'on guide la magnifique louve rouge et blanche. La musique parfait le décor avec des pistes d'une incroyable qualité intégralement réalisées à partir d'instruments traditionnels. Si l'humour n'est pas en reste, notamment grâce au bondissant Issun, l'histoire à l'allure de conte japonais sait garder sa poésie et son côté émouvant lorsque cela est nécessaire. Il s'agit donc sans conteste d'un titre à avoir pour tous les possesseurs de la Nintendo Wii.

Note attribuée : 19/20

Rédigé par Dracohelianth le 04/08/2013

Retour

Si vous l'effrayez suffisamment, je suis sûre qu'il ne reviendra pas ! Votre braguette est ouve..., Beauté de guilde, Monster Hunter 3 Thèmes
© 2000-2021 Toute reproduction interdite sans autorisation - Termes d'utilisation - Ikoula - Haut de la page
Partenariats : Puissance Zelda | Final Fantasy Ring | Régie pub