DS  GBA  GC  IOS  MD  N3DS  NES  PC  PS1  PS2  PS3  PS4  PS5  PSP  PSVITA  SNES  SWITCH  WII  WIIU  X360
Mass Effect 2

Fiche complète de ce jeu

Enfin le grand retour de Mass Effect, après un premier épisode plus qu’excellent. La nouvelle série de Bioware est en effet énorme, et tout le monde avait hâte de pouvoir continuer les aventures du commandant Shepard. Néanmoins, d’après les avis qui circulent un peu partout sur le net, il paraitrait que ce deuxième opus est bien inférieur au premier épisode. La faute à un scénario et un système plus basé sur l’action et moins sur le RPG. Mais je vais essayer d’expliquer pourquoi, ce Mass Effect 2 est, selon moi, égal au premier, si ce n’est même bien mieux.

Joker au rapport !

Saren est mort, et Sovereign fut vaincu. Tout cela grâce au commandant Shepard et à son équipe. Ceci a permis aussi à la race humaine de gagner une place au conseil. Un mois vient de s’écouler, et le Normandy continue de parcourir l’espace pour éradiquer le reste des Geths. Néanmoins, le Normandy se vit attaquer par un énorme vaisseau pour le moins inconnu, qui a réussi à mettre en pièce le vaisseau de l’alliance. Certains ont réussis à s’échapper à temps, mais d’autres y sont restés, tel que l’officier Presly, ou encore le commandant Shepard ! Oui, Shepard est bien mort, son corps flottant dans l’espace. Il va ressusciter deux années plus tard, grâce à l’intervention de l’organisation Cerberus. Shepard ne sait absolument pas pourquoi on l’a tiré de la mort, et c’est le chef en personne de Cerberus, ‘l’homme trouble’, qui va lui donner ces réponses. En effet, il a utilisé de nombreux fonds pour faire revenir Shepard d’entre les morts, connu sous le nom de projet Lazarre. Car il sait qu’il n’y a que le commandant qui pourra arrêter les Moissonneurs. Le problème étant que Cerberus a une mauvaise réputation, et que leur faire confiance serait pure folie. Mais l’homme trouble ne veut en effet que le bien de l’humanité. Et c’est là que va intervenir Shepard, pour comprendre ce qu’il se passe du côté des colonies humaines, où toutes traces d’êtres humains disparaissent. Et c’est ainsi qu’ils vont découvrir les Récolteurs. Qui sont les serviteurs des Moissonneurs. Mais pourquoi enlever des êtres humains ? Qui sont-ils réellement ? Peut-on faire confiance à Cerberus, et surtout à l’homme trouble ? A vous de partir à l’aventure à bord du Normandy V2, de vous chercher une équipe, et de traquer les Récolteurs …

Tout d’abord, pour ceux qui ne se souviennent pas de Cerberus, il est possible de les affronter au cours du premier Mass Effect. Il existait donc une mission annexe, où il était possible d’aller dans trois ou quatre bases de Cerberus, pour les éradiquer et se rendre compte qu’ils faisaient des expériences pour le moins troublantes. Mais le véritable but de Cerberus, et donc de l’homme trouble, est la survie de l’espèce humaine, voire de l’amener au pouvoir, qu’importe la manière, même si les autres races doivent en payer le prix. Ce qui en fait donc une organisation dangereuse pour l’alliance galactique. Néanmoins, on croisera pas mal de personnes qui ont quitté l’alliance pour rejoindre Cerberus. Ils disent la plupart du temps que c’est parce qu’ils n’ont pas les mains liées et peuvent agir librement, contrairement du côté de l’alliance, à cause du conseil. Bien sur, d’autres personnages qui pourront suivre Shepard, le font pour être sous ses ordres à lui, et ne font donc pas confiance à Cerberus pour autant.

Bref, après ce petit paragraphe sur Cerberus, passons au reste du scénario. Tout d’abord lorsque qu’on commence une partie et qu’on décide de charger son personnage du premier épisode, plusieurs choses seront vérifiées. Alors oui on pourra changer sa classe cette fois-ci et même changer le visage de Shepard, mais le jeu va aussi vérifier si, lors de votre partie du premier Mass Effect, si vous étiez plus en conciliation ou en pragmatisme, si vous avez sauvé le conseil, si Wrex est vivant, et qui est mort sur Virmire. Bien sur d’autres choses sont prises en compte sur bon nombre de quêtes annexes. On pourra par exemple tomber sur Conrad Verner, savoir si la reine Rachni va bien, ou recevoir des messages d’autres personnages qu’on a pu aider …

Mais revenons à la trame principale. Il est clair que l’ensemble n’est pas aussi palpitant que l’histoire du premier épisode, et d’ailleurs, le scénario ne devient vraiment intéressant que vers la fin du jeu. La mission finale est tout simplement énorme cela dit en passant. Mais ce qui fait sans aucun doute le charme de Mass Effect 2, c’est qu’il se tourne plus vers les autres personnages, et aussi de voir comment évoluent les autres races. On verra donc la détermination des Krogans, à vouloir trouver une solution au Génophage. Ou encore les Quariens, qui veulent trouver une solution au fléau Geth, et reprendre ainsi leurs terres, étant lassés d’errer sans fin dans l’espace à bord de leurs vaisseaux nomade. Mais la curiosité des joueurs prendra le dessus, sur le fait de savoir ce que sont devenus l’ancienne équipe du Normandy. Ashley Williams/Kaidan Alenko (tout dépend qui meurt dans le premier opus) est resté(e) dans l’alliance, et exécute des missions pour le moins secrète. D’ailleurs l’homme trouble pourra dire à Shepard ce qu’ils sont devenus, mais il est aussi possible de retourner à la Citadelle pour avoir quelques informations supplémentaires. Il est aussi assez marrant de voir que le conseil (si sauvé évidemment) ne croit toujours pas en l’existence des Moissoneurs, et continuent de penser que Sovereign n’était autre qu’un vaisseau Geth super évolué. Le conseil peut aussi rétablir le rang de Spectre à Shepard, tant qu’il se tient à carreau dans le territoire de l’alliance (oui, vu qu’il travaille pour Cerberus maintenant), mais cela ne change en rien le scénario, et de toute façon l’histoire se déroule essentiellement dans les systèmes Terminus, là où l’alliance n’a pas son mot à dire. Urdnot Wrex (si vivant lui aussi) est retourné sur la planète des Krogans, où il y est devenu chef de guerre, et il essaye d’unir les clans pour maintenir la paix, et de trouver une solution à la reproduction de son peuple. Liara T’Soni a radicalement changée. Au lieu de parcourir la galaxie à la recherche d’informations sur les Prothéens, elle passe son temps à traquer le Courtier de l’Ombre à présent. Garrus Vakarian est parti on ne sait où. En fait il pourra rejoindre les rangs de Shepard une fois de plus, mais pour le moment, il essaye de faire justice à sa façon, sous un nom différent, que ses proies lui ont donnés. Tali Zorah est retournée aider son peuple contre les Geths. Elle essaye avant tout de récupérer des échantillons de Geths inactif, pour les envoyer à son père qui pourra ainsi les étudier et trouver une solution à ce fléau.

Bref, je vais éviter de présenter tous les nouveaux personnages de ce deuxième opus, sachant qu’on peut avoir une équipe de 12 alliés (13 si on compte Shepard) et dont 2 qui sont en bonus via les DLC. Maintenant en ce qui concerne le déroulement de l’histoire, si on n’exécute que les missions principales, le jeu reste court (comme le premier) et, comme dit plus haut, n’a pas autant d’intérêt que le premier épisode. La mission sera juste de savoir ce que sont vraiment les Récolteurs, et quel est leur but véritable. Et il n’y a vraiment que vers la fin que le jeu décolle véritablement (mais quelle fin également !!). Le jeu tourne aussi réellement autour des membres de l’équipe, qui espérons-le, seront aussi présents dans le troisième épisode. Il est vrai que dans le premier Mass Effect, on pouvait par exemple chasser le docteur Ceylon pour Garrus, ou encore récupérer l’armure du grand-père de Wrex. Et bien c’est un peu le même principe dans cet épisode, en plus étoffé. Chaque personnage aura donc une mission, où généralement on en découvrira un peu plus sur leur histoire (même si dialoguer avec eux suffit déjà), et ensuite ils deviendront loyal à Shepard, qui les aura aidé dans leur quête. On pourrait aussi résumer Mass Effect 2 comme une grosse introduction au troisième épisode qui s’annonce dantesque après avoir vu la fin, et où beaucoup de choses pourront alors se passer, surtout si on continue avec les sauvegardes et les choix prit lors des deux Mass Effect, surtout pour savoir qui est réellement l’homme trouble, et ce qu’il veut sincèrement au final.

Un bug par-ci, un bug par là

Parler du scénario du jeu prendrait encore de nombreuses pages, mais pourrait aussi trop spoiler, il faut donc s’arrêter là. Passons donc au gros point noir du jeu, les bugs !! Mass Effect premier du nom connaissait déjà quelques bugs. Comme rester cloué au sol, les personnages qui se téléportent lors des scènes, l’impossibilité de quitter le menu, ou bien être bloqué au dessus du sol (j’ai rencontré personnellement tout ça). Mais ils n’étaient pas vraiment fréquents, pour ne pas dire rares. Ce qui n’est pas le cas de Mass Effect 2. En fait les bugs surviennent principalement lors des scènes ou des dialogues : un personnage qui disparaît, qui tourne le dos on ne sait trop pourquoi, qui se trouve en avant puis d’un coup en arrière. En clair ça tourne plus à du ‘c’est quoi ce délire !?’, qu’autre chose. Et le problème, c’est que ceci apparaît sur au moins la moitié des scènes du jeu. A se demander s’ils ont testé leur jeu chez Bioware !

Mis à part ça le jeu reste vraiment très beau, peut être même un poil au dessus du premier. De plus, dans le premier ME, il fallait parfois attendre quelques secondes, avant que certaines textures apparaissent, que ce soit pour les personnages ou le décor. Ce problème est réglé dans ME2, bonne nouvelle. Mais il est vrai que dans certains lieux, lorsqu’on regarde le sol ou l’herbe, ce n’est pas vraiment génial. Néanmoins ME2 est bien plus sombre que le premier, et on se retrouvera encore plus souvent dans des décors ‘apocalyptiques’. Dans l’ensemble, le jeu reste vraiment très joli, et pour les personnages, c’est toujours aussi réaliste et soigné.

Pour en revenir rapidement aux scènes de dialogues, rien à dire sur la VF qui est toujours aussi excellente. Mais il faut avouer, et même signaler (pour certaines personnes du moins) que le langage est beaucoup plus trivial. En effet, les personnages ont encore moins leur langue dans leur poche. C’est par exemple le cas de Jack. Cette femme ne pourra pas placer une phrase sans vulgarité, ou sans faire allusion au sexe. Même Shepard se lâche par moment, comme lorsqu’il dit ‘Donne moi un nom, ou j’te coupe les couilles et je les revends à un Krogan !’. C’est plutôt assez amusant. D’ailleurs le jeu se veut aussi beaucoup plus ‘comique’. Avec un Joker au meilleur de sa forme, et des phrases comme cité plus haut, oui, on rigolera à certains moment. Mais il ne faut pas que certains s’inquiètent, le jeu reste quand même sérieux globalement. Même si ça fait plaisir de voir un Shepard plus souriant qu’auparavant.

TPS or RPG ?

Voilà sans aucun doute le point qui va rebuter certains joueurs. Le jeu se présente comme beaucoup plus action et moins RPG. Avec l’inventaire qui disparaît, et un arbre de compétences sûrement trop limité. Mis à part le fait que le niveau maximal est passé de 60 à 30, l’arbre de compétences fait vraiment peine à voir dans ce deuxième opus. En gros chaque personnage possède quatre compétences (un peu plus pour Shepard). Une qui permet d’augmenter les statistiques générales du personnage, et les trois autres qui sont des techniques. Une fois que la compétence est au niveau max, il faudra choisir son utilisation. Par exemple une attaque de grenade qui pourra toucher plus de monde mais fera moins de dégâts, ou avec une portée réduite mais de plus gros dommages. On conserve donc toujours la liberté de faire nos choix, même si cela est bien trop limité en comparaison du premier opus. Mais, petite nouveauté pour les attaques biotiques : on pourra cibler un ennemi en lui lançant plusieurs sorts différents afin de créer un combo en dégâts, et aussi assigner tel sort à une touche de la manette. Plus besoin donc de mettre toujours le jeu en pause avec RB, le temps de chercher son attaque.

Mais puisqu’on parle de ça, abordons vite fait l’I.A des alliés. Le niveau est rehaussé depuis le premier épisode. Il est vrai que par moment, ils continuent de mourir bêtement car ils ne se mettent pas à couvert. Cela dit, ils peuvent tout aussi bien faire le ménage, et ils utilisent judicieusement leurs sorts biotiques. Cela en devient même troublant, tant ils peuvent se révéler efficaces par moment. Il faut aussi signaler la disparition des compétences décryptage et électronique. Car oui c’était quand même embêtant lorsqu’on n’avait pas le bon personnage dans le groupe pour faire ça, et qu’on ne pouvait donc pas ouvrir des portes et récupérer des équipements. A la place il faudra passer par une sorte de ‘mini-jeu’ lorsqu’on voudra pirater un casier ou ouvrir une porte. Cela consiste généralement à relier des sortes de logos entre eux, et de trouver les bon textes qui défilent (c’est un peu difficile à expliquer).

Les compétences charme et intimidation ont aussi disparu. Mais on pourra toujours débloquer de nouveaux dialogues, tout dépend de notre niveau de conciliation ou de pragmatisme. A ce sujet, lors de certaines scènes, on verra parfois apparaître sur le côté gauche un petit logo en bleu, ce qui signifie qu’on peut exécuter une action conciliante en appuyant sur LT. Ou bien dans le côté droit en rouge, pour faire une action pragmatique. Cela change totalement la scène en même temps, puisque cela peut sauver une vie par exemple. Et pour en finir avec ce sujet, quand Shepard revient à la vie au début du jeu, on n’aura pas de mal à remarquer qu’il a pas mal de cicatrices au visage. Soyez bon, et les cicatrices commenceront à disparaître, ou bien faites de mauvaises actions, et les cicatrices vont s’accroître, donnant à Shepard un visage pour le moins effrayant …

Voyons maintenant l’équipement. Globalement, il y a beaucoup plus d’armes que dans le premier opus. Pas sur la quantité certes, mais sur le choix des armes différentes. Car si on prend les armes du 1, il n’y a vraiment que quatre armes différentes. Et changer d’équipement se résume à la puissance et couleur de l’arme. Dans ME2 on retrouve le pistolet, le fusil d’assaut, le fusil à pompe et le sniper. La mitraillette et les armes lourdes font leur apparition. Alors non ce ne sont pas que deux types d’armes supplémentaires, c’est surtout qu’il y a plusieurs sortes de snipers, de pistolets, de fusils d’assaut, etc … Donc au final, oui, cela fait plus d’armes que ME1. Il est vrai que lorsqu’on prend le sniper et le pistolet, la visée et la cadence de tir ne change pas, contrairement aux fusils d’assaut, mais cela peut influer sur la puissance de feu, ou sur le nombre de munitions portées. Oui car maintenant il y a aussi des munitions. Cela est expliqué dans le jeu : pour remplacer la surchauffe des armes, ils ont préféré utiliser des cartouches thermiques. On trouve généralement des munitions au sol, ou après avoir terrassé des ennemis. Sinon il faudra se servir d’une autre arme jusqu’à trouver des munitions. D’ailleurs, lorsqu’on trouve des cartouches, cela redonne des munitions à toutes les armes. Les alliés n’ont pas besoin de munitions et possèdent deux armes différentes. Quant à Shepard, tout dépend de sa classe, mais il pourra disposer d’entre trois et cinq armes différentes (à noter que seul Shepard peut utiliser des armes lourdes). Il faut d’ailleurs utiliser judicieusement les armes lourdes, plutôt contre les gros ennemis, voire les boss. En effet les munitions d’armes lourdes sont plutôt rares, et ne sont pas restaurées une fois la mission finie. Pareil également pour le médi-gel, qui se récupère assez souvent au cours des missions (et non plus quand on veut à l’infirmerie) et qui sert à présent à ressusciter et non plus à juste se soigner.

Pour finir avec les armures, on passe à quelque chose de plus ‘customisable’. En effet, on pourra acheter des pièces d’armures (casques, épaulières, jambières etc.). Au joueur ensuite de décider ce qu’il veut équiper, en fonction du look, et surtout des bonus ajoutés. Par exemple on pourra avoir 10% de munitions supplémentaires pour nos armes, grâces à des gantelets, ou bien 5% de santé en plus avec un casque. Chaque équipement a ses propres bonus, à vous de décider quoi mettre. Ensuite il est possible d’ajouter des motifs à son armure, et d’en changer la couleur. Un système donc bien différent de celui de ME1, qui demande un peu plus de réflexion sur la manière d’équiper, laissant aussi une petite liberté, même s’il n’y a pas beaucoup de pièces d’armures.

Déploiement

En ce qui concerne les combats, ils n’ont pas vraiment changés. Le plus important dans ME2, c’est de se mettre à couvert contre une caisse, ou un mur. Sinon c’est la mort assurée, contrairement au premier opus où nous n’avions pas trop besoin de rester planqué tout le temps. Car en vérité, le bouclier et les vies descendent très vite, il faut donc rester à couvert et tirer au bon moment (et ne pas oublier de recharger). De plus il faut appuyer sur la touche A pour se plaquer contre quelque chose. Et c’est d’autant mieux, car c’était bien énervant quand le personnage dans ME1 se plaquait contre un mur sans raison, alors qu’à la place on avait envie de tirer. Il est maintenant possible de grimper au dessus des caisses, ou de sauter par dessus pour avancer. Tout s’exécute avec le bouton A, facilement. Sinon il est toujours possible de changer ses armes, ou de sélectionner une attaque biotique avec les touches LB et RB. Et pour viser et tirer avec les touches LT et RT. Globalement, le système n’a pas vraiment changé, car mis à part la barre de bouclier et les munitions, le tout reste très similaire.

Normandy V2

Au fur et à mesure que le jeu avance, il sera quand même possible de développer ses équipements, et d’ajouter d’autres bonus à Shepard et aux autres personnages. Le nouveau Normandy disposant d’un laboratoire, on pourra exécuter toutes sortes de recherches. Cela s’applique évidemment aux armes et armures (et même au vaisseau Normandy). Tout d’abord, il faudra acheter, ou trouver au cours des missions, des choses qui pourront ensuite être développées : augmenter sa réserve de médi-gel, le nombre de munitions, le niveau de santé/bouclier, la puissance des armes, la précision etc … Bref le choix est large, mais attention, cela ne coûte pas des crédits, non, mais plutôt des ressources. Il existe quatre ressources nécessaire. L’iridium, le platine, le palladium et l’élément zéro (l’élément zéro étant le plus rare de tous). Il est possible de trouver ces ressources au cours des missions, mais seulement en faible quantité. Il faut surtout en chercher sur les différentes planètes. Souvenez vous dans ME1, vous pouviez scanner différentes planètes pour acquérir des objets de quêtes ou bien atterrir et exécuter une mission ennuyeuse à bord du Mako. Dans ME2, il est possible de scanner toutes les planètes à la recherche de la moindre ressource. Vous avez un scanner sur le côté droit, qui vous indique si les ressources sont abondantes ou épuisées. Ensuite, à l’aide d’un radar, vous devez chercher la moindre ressource sur toute la surface de la planète en question. Il suffira de regarder si le scanner s’affole, ou de sentir les vibrations, puis de lancer une sonde pour acquérir des ressources. Ce système est certes sympathique au début, mais devient vite très lassant. Il y a énormément de planètes et passer X minutes dessus à chaque fois deviendra plus que pénible. Mais c’est toujours mieux que des missions en Mako …

Et puisqu’on parle du Mako justement, il a totalement disparu (oh joie !), pour laisser place à un nouveau véhicule : le Hammerhead. Il ressemble plus à une sorte de petit avion qui flotte à l’aide de deux réacteurs, qui peut sauter (ou voler plus haut au choix), se propulser pour aller plus vite et aussi équipé d’un canon pour tirer des missiles. Il y a cinq missions au total avec cet appareil qui sont d’ailleurs téléchargeables, mais cela gratuitement, à l’aide du code fournit dans votre version du jeu. Au final il en ressort que ce n’est pas trop mal puisque ce véhicule se pilote sans trop de soucis. Il n’y a vraiment qu’une seule mission où il faudra chasser des Geths, mais contrairement au Mako, ils ne pourront pas vous tirer dessus lorsque vous vous trouvez à 10 kilomètres d’eux.

Pour en revenir un peu sur le Normandy, il a pas mal changé. Il y a plusieurs salles réparties sur quatre étages. Chaque nouveau personnage se verra attribuée une salle précise. De toute façon, lorsqu’on veut prendre l’ascenseur et choisir son étage, il est écrit où les personnages sont affectés. Il faut juste s’en souvenir au départ si on veut les chercher. Mais il est important de leur parler si on souhaite entamer leurs quêtes, ou encore pour trouver une idée de développement pour le Normandy. Car oui on peut renforcer certaines choses pour le vaisseau qui serviront pour plus tard mais aussi pour augmenter son maximum de sondes (pour la recherche de ressources) ou son maximum de carburant. Car, en fait, on se déplace maintenant sur la carte galactique. Pour se déplacer de secteurs en secteurs, on utilise toujours le relais cosmodésique. Mais lorsqu’on est entré dans un secteur, du genre Hadès Gamma, qui est composé des systèmes Antaeus, Cacus, Dis, Farinata et Plutus, cela consommera du carburant pour se déplacer de l’un à l’autre. Bon, à côté de chaque relais cosmodésiques, on peut acheter du carburant et des sondes.

Pour conclure à présent sur le système, on peut dire que l’ensemble est bien meilleur que celui de ME1 : beaucoup plus orienté action, de choix stratégiques à faire sur ses équipements et d’améliorations possibles. L’inventaire moins étoffé fait quand même du bien, vu qu’il était énervant au bout d’un moment d’avoir trop d’objets, et de passer du temps à trier, vendre, transformer en omni-gel… Le Mako qui est enlevé aussi, ça fait plaisir. Parmi les points noirs par contre, on citera sans aucun doute l’arbre de compétences, qui est vraiment limité, sans oublier la recherche de matériaux sur les planètes qui peut vite devenir gonflante. Après cela reste aussi un avis personnel, et d’autres joueurs préfèreront toujours le système de ME1 au 2.

Engagez-vous au SSC

Petit topo sur la durée de vie : bien que le jeu tourne à présent sur 2 DVD, tout faire vous demandera à peu près le même temps que dans le premier, à savoir entre 30 et 40 heures pour boucler toutes les missions. On peut d’ailleurs obtenir des missions secondaires sur son terminal privé (oui c’est aussi nouveau ça), donc il faudra toujours penser à consulter ses mails après chaque mission, ou à parler aux des gens dans les diverses villes. Il y a aussi des missions cachées, qui peuvent se trouver en cherchant des ressources sur les planètes. En ce qui concerne la musique, il n’y a rien à dire non plus là dessus. On a toujours des musiques digne d’un grand film, qui se veulent comme pour ME1, plutôt discrètes par moment, mais qui savent être présentes lors des grandes scènes, ce qui procure parfois encore plus de frissons.

Mass Effect 2 est donc une très grande réussite. Certains joueurs vont être déçus par son système ou encore son scénario principal un peu plat, du moins jusqu’aux scènes finales. Il arrive quand même à nous faire baver pour le futur Mass Effect 3, tant on se pose des questions, tant on a envie de connaître la suite, tant la fin est monstrueuse. On espère cela dit que la plupart des personnages reviendront dans le troisième épisode, vu que ce second opus tourne surtout autour de leur recrutement. Bref, il faut faire cet épisode, et enregistrer les bons choix, qui suivront dans le troisième opus. Mais pour l’instant, il va falloir patienter en silence, jusqu’au chapitre final du commandant Shepard …

Note attribuée : 18/20

Rédigé par Deathyuya le 08/06/2010

Retour

Tu n'as pas le droit de décider qui vit ou qui meurt., Héros, Nier Thèmes
© 2000-2022 Toute reproduction interdite sans autorisation - Termes d'utilisation - Ikoula - Haut de la page
Partenariats : Puissance Zelda | Final Fantasy Ring | Régie pub