Preview : Bravely Second

A environ une semaine de la sortie française de Bravely Second, deuxième volet de la nouvelle franchise de Square Enix, faisons le point sur ce que cet opus nous dévoile à travers sa démo officielle fraîchement mise en ligne.

Avant de commencer, précisons tout de même que si celle-ci est en anglais (un niveau lambda permet de saisir l'essentiel), le jeu complet sera pour sa part intégralement traduit en français, à l'instar de son aîné. Par ailleurs, chose rare sur l'eShop, cette démo dispose d'un nombre d'utilisations illimité.

Premier contact avec les nouveaux venus

Tout comme la démo de Bravely Default, celle-ci bénéficie de son propre scénario, évitant ainsi tout spoil de l'histoire du jeu, cependant, elle est décrite cette fois-ci comme un prologue, même si la fin laisse à penser qu'aucun de ses événements ne sera pris en compte dans le soft complet.

Quoi qu'il en soit, le début de la démo permet de visualiser une scène introductive en Réalité Augmentée (grâce à cette carte). Rappelant vivement la scène RA de Bravely Default, on y voit Agnès, apparemment poursuivie, qui s'adresse à nous (le joueur ? Yew ?) à travers son pendentif et nous demande (à nouveau) d'être son héros de lumière et de sauver ses amis et son monde. D'après le synopsis officiel dévoilé en 2014 et le contenu de cette démo, il semblerait que cette scène se place en fait chronologiquement entre celle-ci et le début du jeu complet.

En effet, la démo débute véritablement à Al-Khampis, une sorte de ville universitaire où les Trois Cavaliers (Yew Geneolgia, Janne Angard et Nikolai Nikolanikov) viennent d'arriver et contactent Agnès, devenue papesse de l'orthodoxie cristalline, par le biais de son pendentif. Celle-ci (qui n'a manifestement pas encore été enlevée) raconte que d'étranges événements ont eu lieu depuis quelques mois près du Temple du Vent et elle sent qu'ils augurent de problèmes bien pires. Elle leur demande d'enquêter afin de recueillir des informations sur ce qui se trame.

Après un petit tour de la ville, nos trois héros rencontrent leur (fausse) guide, Magnolia Arch (qui utilise des expressions françaises !!!). Suite à cela débute leur investigation dans la région d'Harena.

Cette démo s'articule donc autour d'une succession de quêtes variées plus ou moins liées au scénario de Bravely Second (a priori), qui permettent surtout de faire connaissance avec les nouveaux personnages principaux, à savoir Yew, Janne, Nikolai et Magnolia, ainsi que de futurs antagonistes (on retrouve aussi d'anciens porteurs d'astérisques). Les Discussions (sortes de Saynètes), qui sont toujours présentes (et encore une fois non doublées) dans cet opus, contribuent également à dévoiler certains aspects de la personnalité des protagonistes, de même que les commentaires que ceux-ci écrivent dans le bestiaire du journal de U (équivalent du Journal de D).

Certaines cut-scènes font également intervenir Agnès, apportant de-ci de-là quelques petites notes d'humour. Elle sert également tout au long de la démo à indiquer la prochaine étape si le joueur se retrouve bloqué (ce qui n'arrive pas) et à dévoiler quelques informations et anecdotes sur l'univers du jeu. A voir si cette fonctionnalité sera maintenue ou non dans le soft complet.

A première vue, ces nouveaux venus sont plutôt attachants, même s'ils manquent parfois d'originalité et qu'on a par moment l'impression de revoir le quatuor de Bravely Default, Yew ayant tout du jeune héros intrépide façon Tiz, et Magnolia partageant certains traits de personnalité avec Agnès voire Édéa. Janne et Nikolai sont plus « originaux » comparativement, mais regroupent aussi un certain nombre de clichés communs du genre.

Avant d'évoquer le gameplay, faisons un petit aparté sur l'aspect cosmétique. Pour faire court, les graphismes sont dans la même veine que ceux de son grand frère, c'est-à-dire très charmants et détaillés, avec une identité propre fidèle à l'univers du jeu, le tout sublimé par une 3D très soignée et bien exploitée afin d'améliorer l'immersion. Cependant, une fois encore, la ville est très petite (du moins la zone visitable) et les donjons de la démo sont très linéaires et exigus, très courts (visiblement réduits pour les besoins de cette version d'essai) et ne sont une fois encore pas très originaux, bien que les ambiances varient largement.

La mise en scène des dialogues reste assez minimaliste, comme dans Bravely Default, mais remplit au moins son office.

Enfin, côté audio, les musiques remplissent leur rôle, mais sont loin d'être exceptionnelles, souffrant inévitablement de la comparaison avec l'OST précédente de Revo. Pour plus de détails concernant la bande-son complète de Bravely Second, n'hésitez pas à consulter notre article de l'« OST du mois » actuellement consacré à cet opus et à son compositeur, ryo.

Les doublages (anglais) sont pour leur part toujours de qualité, cependant, ils ont tendance à chuinter (surtout les voix féminines). Espérons que cela ne soit dû qu'à la démo dont le son a peut-être été compressé...

Un Bravely Default amélioré question gameplay

Au niveau du gameplay, les développeurs semblent avoir suivi l'expression bien connue « On ne change pas une équipe qui gagne ». En effet, les joueurs du précédent opus ne seront pas dépaysés puisque toutes les bases établies par celui-ci ont été reprises dans ce deuxième volet (on y trouve même un village à reconstruire façon Norende !).

Sans entrer dans les détails (n'hésitez pas à consulter le test de Bravely Default pour cela), le système de combat reprend à l'identique le principe de Brave et de Default ainsi que le fonctionnement des jobs (compétences à débloquer, Spécialité, classe secondaire et compétences de soutien issues d'autres classes). Ces derniers affectent toujours les statistiques des personnages et leur affinité avec les divers types d'armes.

Dans la démo, on dispose de 4 jobs dès le début et on en débloque 5 autres en affrontant les boss. Sur ces 9 classes, 4 sont inédites : « Astrologian », « Hawkeye », « Exorcist » et « Wizard ». L'accent est particulièrement mis sur cette dernière, car par rapport à un simple Mage noir, elle dispose d'une compétence de « spellcraft ». Cette technique (facultative), utilisable en combat lors du choix d'une magie noire et consommant 1 PB en plus des PM du sort simple et de l'amélioration, permet d'accroître l'efficacité d'un sort en lui ajoutant un effet supplémentaire (infliger des dégâts à la manière d'une attaque physique, toucher tous les ennemis, agir en premier ou encore sur plusieurs tours). L'Exorciste présente également des compétences atypiques, puisque permettant de faire revenir à son état précédent les PV, PM et PB d'un personnage (et même le ranimer le cas échéant).

Tout cela laisse à penser que les nouvelles classes mériteront qu'on s'y essaie, même si on retrouve nos anciennes favorites.

D'ailleurs, lorsqu'on a trouvé une combinaison efficace et qui nous plaît, il est toujours gênant de devoir tout chambouler pour faire face à un boss. Problème résolu dans Bravely Second, puisqu'on peut à présent enregistrer jusqu'à 3 sets de commandes de combat. Ensuite, il suffit d'en sélectionner un à n'importe quel moment et laisser le combat automatique faire le reste (très pratique pour les séances de leveling, le tout en accéléré). Si lors d'un combat particulier, vous trouvez une tactique efficace, il vous suffit de choisir l'option Répéter pour agir comme au tour précédent, ou même d'enregistrer les commandes de ce tour dans l'un des trois sets. Un vrai plus niveau ergonomie !

D'autre part, il faut savoir que les combats peuvent désormais s'enchaîner lorsqu'on en finit un dès le premier tour (on peut quand même refuser la plupart du temps) avec à la clé un bonus multiplicateur d'expérience/de PC/d'argent, qui va de 1,5 pour le deuxième affrontement à 2,2 pour le cinquième. Par contre les PB ne sont pas réinitialisés comme lorsqu'un combat aléatoire se lance. Cela dit, c'est un sacré avantage lorsqu'il s'agit de monter le niveau de son équipe rapidement, de développer ses jobs ou encore de renflouer les caisses.

En parlant de niveau, lorsqu'on entre dans un donjon (au moins dans la démo), le niveau recommandé est indiqué, ce qui est très pratique si vous êtes du genre à jeter un œil à tous les lieux accessibles dès le début, vous évitant ainsi un amer Game Over (même si l'option de sauvegarde automatique contribue à réduire fortement les pertes dans ce genre de situation).

Toutefois, si cela semblerait utile en début de partie, il y a de fortes chances que ce ne soit plus le cas au bout d'un moment car on peut supposer que comme dans Bravely Default, le niveau n'est pas le paramètre le plus important, c'est plutôt celui des jobs qui importe.

Ceci nous amène à évoquer la difficulté, toujours paramétrable à tout moment, et relativement réduite dans cette démo, mis à part le dernier boss assez retors. Par ailleurs, le taux de rencontres aléatoires est lui aussi à nouveau modifiable, ce qu'on ne peut qu'apprécier.

Avant de conclure, il nous reste un point majeur à aborder, puisque le jeu lui-même porte son nom : le système de Bravely Second.

Intégré à la version « ultime » du premier volet, il n'y a pour ainsi dire eu presque aucune amélioration apportée à cette fonctionnalité qui en nécessitait pourtant quelques-unes.

Pour rappel, Bravely Second permet à un personnage d'agir en plus de son tour habituel et de faire des dégâts critiques à chaque coup. Tout comme avec les Points Brave, une action normale (attaque/compétence classique et utilisation d'item) coûte 1 PS et une technique nécessitant normalement des PB pour être effectuée puise à la place le même nombre de PS.

Cette fois-ci par contre, à la manière de Brave, on peut prendre une avance de PS, mais tant que le chiffre est dans le négatif (rouge) suite à ça, on ne peut plus faire de Bravely Second, tout comme les PB négatifs empêchent de faire un Brave.

Enfin, le taux de recharge du sablier à PS n'a pas changé, toutefois le temps défile maintenant aussi quand on joue, et plus uniquement en mode veille, ce qui reste malgré tout bien trop lent, d'autant plus qu'à en croire la démo, on ne peut toujours pas stocker plus de 3 PS...

C'est donc ici que finit notre tour de la démo spéciale de Bravely Second, un jeu qui semble dans la droite lignée de Bravely Default, tant en terme d'ambiance que de gameplay. Ce dernier bénéficie d'ailleurs de quelques ajustements destinés a rendre l'expérience de jeu encore plus fluide et agréable, même si on aurait apprécié que l'accent soit mis sur le système de Bravely Second qui paraît pour le moment toujours en retrait, notamment à cause de son mode de recharge particulièrement lent. Quant aux nouveaux personnages, ces quelques heures passées en leur compagnie font ressortir leur côté attachant, même si on pourrait regretter leur manque d'originalité, notamment au regard du casting du premier volet avec lequel on remarque quelques similitudes évidentes.

Si vous avez 6 à 7 heures de votre temps à consacrer à une démo, n'hésitez pas à la télécharger, d'autant plus qu'en la terminant à 100%, vous pourrez récupérer quelques items dans la version complète du jeu (retrouvez un petit guide des boni à débloquer par ici).

Rédigé par Dracohelianth, le 17 février 2016

Thèmes
© 2000-2019 Toute reproduction interdite sans autorisation - Termes d'utilisation - Ikoula - Haut de la page
Partenariats : Le Serpent Retrogamer | Puissance Pokemon | Puissance Zelda | Final Fantasy Ring | Nintendo Master | Régie pub